Coalition (PV Ezerya)

 :: Hors Jeux :: Dix-neuvième génération
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Lun 18 Sep 2017, 06:35
La journée avait été éreintante. A dire le vrai, rien de réellement inhabituel ainsi. Saorise c'était disputé avec le monde entier. Cela avait débuté comme bien souvent, par un entraînement matinal avec son maître Thaïs. Ian était présent et le ton était monté avec lui et sa mère.  Pas plus qu'a l'accoutumé, c'était là une manière comme une autre d'interagir avec autrui, la seule que bien souvent Saorise utilisait.
L'apprenti c'était simplement montré taquin et observateur cherchant à éprouver les limites du chevalier et de la sorcière. Qu'était donc le but des règles sinon qu'il fallait les franchir ? En cela Saorise s'appliquait avec acharnement à transgresser toutes celle qu'il se donnait le droit de  mépriser. En premier lieu celle sur le respect de la hiérarchie. Par nature, il aspirait à faire preuve de respect devant qui il en estimait digne et pas en seule raison d'un grade ou d'un titre.

Raison pour laquelle il appréhendait quelque peu la nomination du nouvel empereur en titre, particulièrement en cause son demi frère Volkan. Pas être plus détestable n'existait sur Irianeth. Enfin si peut être en la personne de cette petite teigne d'Ismaëlle. Cette jeune pimbêche avait le don d'irriter passablement le perlois.
Volkan était tout ce que craignait Saorise, Ismaëlle tout ce qu'il détestait. En ce jour maudit, il avait d'ailleurs affronté les deux. D'abord l'aspirant chevalier qui ne c'était pas fait prier pour l'humilier comme à son habitude et le brun lui avait bien sur tenu tête avec toute la superbe dont il était capable. Tout en Volkan criait sa supériorité présumé, tout n'était que suffisance et hargne. Tout cela était l’apanage de Saorise, il n'était pas disposé à laisser ainsi sa place.  
L’immaculée quand à elle n'était qu'une enfant trop gâtée qui tenait tout pour acquis. Proprement insupportable.  

Cette journée avait donc laissé Saorise fatigué et de fort mauvaise humeur. Il n'était pas si aisé de se montrer détestable avec tous et chacun et il avait parfois besoin de se ressourcer, d'être au calme, serein ne serait ce qu'un instant. Dans de tel moment, il avait une solution toute trouvé, aller voir Ezerya. Il n'y avait qu'avec elle qu'il parvenait à se montrer plus tolérant, plus doux également. Sa sœur avait cette propriété sur lui, elle l'apaisait. Il n'avait que peu envie de retrouver la demeure de son maître pour l'heure, il s'en retournerait un peu plus tard.

Il aspirait également à avoir une discussion sérieuse avec l'apprenti seccyeth. Depuis son arrivé, il reportait cela. Lui poser des questions sur Ryan, sur leur père. Il ne pouvait pas décemment se tourner vers Volkan, aussi voulait il connaître le ressenti de sa sœur. Il désirait se forger sa propre vision de l'empereur, ne pouvant faire confiance à ses propres souvenirs n'en ayant aucun avec lui, il se referait donc au jugement d'Ezerya.

Il errait sur les plages avec l'espoir de la trouver là, si tel n'était pas le cas, il se rendrait à la forteresse.
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Mar 19 Sep 2017, 09:55


Mois 9 - An 1264

Les yeux dorés de la jeune femme étaient posés vers le sol, les ailes battantes elle se dirigeait vers le plateau de Lissen. L'esprit vide, elle appréciait simplement ce moment de calme. En effet, cette journée avait commencé tôt avec son maître Faelina. La pardusse était quelqu'un d'atypique, mais en un mois Ezerya avait appris de nombreuses choses à son contact. Aujourd'hui, elle avait nourri comme souvent les dragons et avait une fois de plus tenté de renforcer son lien existant avec Aurum. Le dragon mâle qu'elle connaissait depuis sa naissance était encore jeune, mais avait un fort caractère ne se laissant approcher que par moment et tentant toujours de montrer son indépendance et sa puissance. La jeune femme avait d'ailleurs quelques marques de brûlure qui prouvaient cela.

La blonde avait sans doute espéré que le lien qui existait entre eux faciliterait les choses, mais cela restait tout de même bien complexe et elle était toujours dans une phrase d'apprivoisement avec le dragon d'or. Un jour cependant, elle savait que leur lien se renforcerait. Il fallait simplement être patiente comme Faelina aimait le dire, comme lorsqu'on chasse une proie. Une activité qu'Ezerya avait d'ailleurs commencé à pratiquer au contact de la seccyeth. C'était une certitude, les compétences déjà variées de l'apprentie s'étaient renforcées au contact de l'ancienne chevalière et chaque jour n'était que découvert. Quoi qu'il en soit, Ezerya était heureuse du choix qu'elle avait fait et elle ne reviendrait en arrière pour rien au monde. Quitter l'atmosphère de la forteresse impériale avait quelque chose de rafraichissant et elle se sentait accepter sur le plateau de Lissen.

Cet après-midi pourtant, elle avait fait le voyage pour se rendre à la capitale. Après tout, c'était là que sa mère et sa grand-mère vivaient et si les deux femmes avaient été désappointées de son choix de carrière elle l'aimait tout de même. De plus, Ezerya tenait à rester présente à la forteresse et c'était également un moment où elle pouvait discuter avec ses amis qui avaient choisi une voie différente de la sienne. Ezerya voulait certes devenir seccyeth, mais elle n'en oublier pas ses racines. Ainsi donc, sa journée avait été emplie de rencontre et de discussion. Bien évidemment, Aselyne, sa grand-mère, n'avait put s'empêcher de lui reprocher une fois de plus son choix alors que sa mère se montrer plutôt satisfaite de la voie s'épanouir et grandir d'elle-même.

En fin d'après-midi elle avait pris le chemin de retour, sachant que sa journée était encore loin d'être terminait. Ses ailes avaient cet avantage de lui permettre de se déplacer rapidement et de ne pas avoir à emprunter les sentiers battus. Soudain, ses yeux se posèrent sur une personne marchant seule sur une plage. Les plages bordant l'Empire étaient souvent des endroits de méditation et de repos ou beaucoup y faisait les cent pas en quête de réponse. Ce furent les ailes immaculées du promeneur qui attirèrent son attention. Il y en avait peu qui partageait cet attribut bien singulier. Instinctivement, la jeune femme sonda le territoire pour s'assurer qu'il s'agissait bien de son demi-frère récemment retrouvé : Saorise. Sans doute aurait-il plu à leur père si celui-ci l'avait connu avant sa mort. À moins qu'il ait eu connaissance de son existence, mais choisi une éducation autre ? C'était une question à laquelle Ezerya n'avait pas de réponse. Elle n'avait jamais eu la chance de connaître assez son père pour savoir comment ce dernier réfléchissait et ce qui se cachait dans son esprit.

La jeune femme piqua vers le bas, approchant de son demi-frère. Peut-être désirait-il simplement être seul, mais une intuition lui faisait dire qu'il avait peut être envie de discuter un peu. Elle aurait le temps de finir ses tâches plus tard le plateau de Lissen ne dormait jamais réellement et nombre de dragons était plus actif lorsque le soleil se couchait. Délicatement elle se posa sur le sable en soulevant quelque gerbe. Elle adressa un sourire amical à son demi-frère, celui qui arborait un physique si semblable à leur père.

—  Bonjour Saorise, heureuse de te croiser ici. Qu'est-ce qui t'amène sur à errer sur cette plage ? Tu sembles songeur… Volkan à encore essayer de te compliquer la vie ? Ton entraînement avec Thaïs se déroule bien j'espère ?

C'était une possibilité après tout, Volkan n'aimait pas la concurrence et Saorise en était une certaine bien qu'aucune nouvelle n'ait été donnée quant aux choix d'un héritier pour l'impératrice Hyllïna. De nombreuses rumeurs circulaient après tout et Volkan comptait sans doute mettre son grain de sable s'il n'était pas désignait. Du point de vue d'Ezerya l'écuyer avait sans doute bien mieux à faire que persécuter leur frère, mais Volkan restait fidèle à lui-même. Même si l'entraînement avec Kaylann - la fille de son propre maître - devait s'avérer prenant il trouverait toujours un moment pour prouver sa supériorité au monde entier.
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Jeu 21 Sep 2017, 06:25
Assis face à la mer, Saorise était songeur. Il entendit distraitement quelqu'un se poser près de lui, Ezerya bien sur.

- «  Ezerya »

Le sourire qu'il adressa à sa sœur gagna immédiatement ses yeux qui s'allumèrent d'un éclat nouveau. Il était heureux qu'elle soit là tout simplement. Il n'avait rencontré aujourd'hui que des individus lui étant hostile, un peu de chaleur lui était réellement agréable.

—  Bonjour Saorise, heureuse de te croiser ici. Qu'est-ce qui t'amène sur à errer sur cette plage ? Tu sembles songeur… Volkan à encore essayer de te compliquer la vie ? Ton entraînement avec Thaïs se déroule bien j'espère

Était-il si aisé à déchiffrer ? Sans doutes Ezerya commençait elle à bien le connaître après tout rien de plus normal. Avec elle il ne rechignait pas à se lier, il n'était pas provocateur comme avec tout autre. Leur lien était filial, naturel, il ne cherchait donc pas à s'en défaire cela aurait était vain et proprement stupide.

- «  Volkan est égal à lui même, purement insupportable, mais n'aie crainte comme à l'accoutumé, je le lui rend bien ! »

En effet Saorise rendait coup pour coup et avec Volkan ce n'était pas là mince affaire.
D'une certaine manière cela allait tout à fait à l'apprenti. Il était en colère, en colère contre Ryan d'être absent, de ne l'avoir jamais connu... Il avait une telle haine pour des causes si différente... Il était parfois simplement plus aisé de tourner tout cela contre son demi-frère. Lui était en vie et tout disposé à en découdre avec Saorise. C'était plus facile de tourner sa hargne contre lui pour ne pas en vouloir à un fantôme, un souvenir qui n'était même pas le sien. Peut être en était il de même pour l'apprenti chevalier, de cela le brun ne pouvait en être certain.

Une moue contrariée lui échappa à la mention de Thais. L'entraînement à proprement parlé se passait plutôt bien, les difficultés se trouvant davantage dans leurs rapports conflictuel et en cela il se savait majoritairement responsable.

- «  Thais est contente de mes aptitudes magique, elle pense que mon potentiel dans ce domaine est tout à fait présent. »

Saorise n'appréciait pas mentir. Il n'y avait recours qu'en extrême dernier recours aussi taisait il souvent les points les plus délicats. Il préférait la franchise à toute autre solution, mais la possibilité de décevoir Ezerya par ses agissements d’adolescent en quête de l'imite l’embêtait. Elle était bien l'une des seules personne qu'il se refusait à blesser ainsi. Il changea alors prestement de sujet même si l’intérêt qu'il portait à ses projets étaient réel.

- « Et toi comment se déroule ton apprentissage de Seccyeth ? »

C'était une des raisons pour laquelle il la respectait. Elle avait pris une décision et elle s'y tenait. La logique aurait peut être voulu qu'elle se dirige tout comme Volkan vers la voix des chevaliers, mais Ezerya c'était choisi la sienne et cela forçait l'admiration de Saorise.

Les minutes s’égrenèrent en silence. Saorise cherchait les mots adéquat pour aborder le sujet qui le taraudait depuis son arrivé sur le continent. Il n'avait encore jamais trouvé le courage de l'aborder avec elle. Ryan.
Il se retourna vers sa sœur plantant son regard dans celui si semblable de la blonde

- «  Ezerya ? Comment, comment il était Ryan ? Je veux dire... en tant que père ? Il se débrouillait bien avec toi ? Est-ce que... c'était un bon père ? Est ce vrai que tu as vu celle qui l'a tué, Lyzann ? »

Il avait tant de questions sans réponses et ne savait pas à qui les poser. Sa voix avait sonné légèrement trop emplie d'espoir à son goût, il l'aurait voulu plus neutre, il avait cherché à ce qu'elle soit ainsi. Toutefois, il songeait que sa sœur n'en prendrait pas offense.
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Lun 25 Sep 2017, 05:42


Le sourire d'Ezerya s'étira quand son frère fit mention de Volkan. Elle espérait en effet qu'il le lui rende bien. Volkan devait être fou de rage. Lui qui avait vu l'attribution d'Ezerya dans l'ordre des seccyeths comme une chance d'occuper le terrain au palais impérial avait de nouveau un sérieux concurrent dans les pieds. Le jeune garçon répondit ensuite vaguement à la question concernant son entraînement. Sans doute y avait-il quelque chose à creuser mais Ezerya fit semblant de ne rien remarquer à ce sujet. Elle n'était pas là pour contrôler son frère ni le mettre mal à l'aise. S'il voulait lui parler d'un quelconque problème dans son entraînement magique, il le ferait bien assez tôt, elle avait confiance en cela. La patiente était une vertu qu'elle possédait et qu'elle avait améliorer au contact des seccyeths. C'était de toute façon nécessaire pour apprivoiser un dragon. La blonde saisie donc la perche tendue par son cadet et le laissa se dérober à la discussion.

Tout ce passe pour le mieux. Aurum se montre capricieux mais c'est normal. J'ai le sentiment que les choses avancent et en attendant j'ai toujours la chance de pouvoir voler de mes propres ailes. L'entraînement avec Faelina est également très intéressant, elle a une vision des choses particulière mais cela permet de voir les choses différemment… C'est enrichissant.

Tout en parlant, Ezerya avait commencer à marcher avec son frère, gardant ses ailes rétracter dans le dos et profitant de l'air marin avant de devoir retourner sur le plateau de Lissen. Elle sentait que quelque chose tracassait Saorise mais préférait attendre que celui- se confie. Le silence s'installa entre les deux adolescents laissant à Ezerya le loisir de profiter du son des vagues s'échouant sur la terre. Puis, le brun se retourna soudainement et ses lèvres s'entrouvrir. L'apprentie seccyeth reporta toute son attention sur lui, lui souriant gentiment pour l'encourager à aller plus loin.

La question tomba alors. Il voulait parler de leur père. Comment lui reprocher ? Ezerya en été passé par là aussi et même si son obsession s'était doucement évaporé elle continuer d'être intéressé par tout ce qui touchait son père. Le sourire de la jeune femme disparut alors que ses yeux parurent songeur quelques secondes. Elle laissa le silence revenir avant d'ouvrir la bouche à son tour.

J'ai vu celle qui l'a tué. La captivité l'avait rendu à moitié folle mais elle a tenter de me manipuler… Ce n'est qu'une créature pitoyable qui ne mérite pas la vie et qui a mener ceux là même qu'elle protège à l'extinction. Elle a tué notre père par simple vengeance, pour une raison aussi futile et ridicule que la vengeance… C'est… médiocre.

Les lèvres de la jeune femme se serrèrent légèrement. Avec le temps les choses n'avaient pas vraiment changé. Elle avait fait le deuil de son père mais la raison de sa mort lui paraissait toujours aussi ridicule. Il était mort parce qu'une folle avait décidé de se venger du passé au lieu de réfléchir à l'avenir. Elle-même voulait-elle se venger d'Enkidiev ? Peut-être, mais elle préférait se dire qu'elle défendait une idéologie plus grande et que pour que le modèle impérial survive il était nécessaire d'éliminer la menace d'Enkidiev qui jamais n'évoluerait.

Quant à notre père est bien… Il n'était pas vraiment un bon père… Enfin, je ne peux pas te répondre à vrai dire. Il ne m'a porter de l'attention qu'une fois. Une seule discussion où il s'est intéressé à moi, à mes motivations à qui j'étais… Puis il est partie à Zénor et n'est jamais revenu.

Elle garda un instant le silence, se remémorant se souvenir si cher à ses yeux avant de reprendre.

Je lui en voulais de n'avoir d'yeux que pour Volkan. De me délaisser parce que j'étais une fille. Je ne sais pas si c'était par machisme. Je ne crois pas, il a nommé plusieurs femmes à des postes d'intérêt. Je crois simplement qu'il a toujours voulu avoir un garçon et que je lui rappelais trop son ancienne vie. Toutes les personnes que j'ai interrogée on dis qu'il avait changeait lorsque sa famille est morte alors il voulait peut être se protéger. Il restait un homme après tout.

Elle haussa les épaules, tout cela n'était que des suppositions et elle ne connaîtrait sans doute jamais la vérité à ce propos.

Je crois qu'il voulait avoir un héritier de son sang mais qu'il ne voulait pas s'attacher trop vite, qu'il ne voulait pas être dessus. Ou peut-être qu'il voulait simplement que nous soyons élevé de manière différentes pour avoir un panel de choix d'héritier plus important. Je n'en ai aucune idée. Il n'était pas censé partir si vite, peut-être aurait-il pris le temps de nous connaître plus tard, je n'ai pas de réponse.

Sans doute avait-elle été un peu au-delà de ce que son frère lui demandait mais elle se doutait qu'au fond c'est la question qu'il avait voulu lui poser. Est-ce qu'il en voulait plus ? Peut-être mais elle le laissait déjà encaisser ses premières réponses qui pouvaient être compliquer à digérer. Après tout, il n'était pas impossible que leur père ne les ai jamais considéré comme des enfants à proprement parler mais juste comme des pions dont un sortirait un jour du lot.

Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Ven 29 Sep 2017, 05:41
— J'ai vu celle qui l'a tué. La captivité l'avait rendu à moitié folle mais elle a tenter de me manipuler… Ce n'est qu'une créature pitoyable qui ne mérite pas la vie et qui a mener ceux là même qu'elle protège à l'extinction. Elle a tué notre père par simple vengeance, pour une raison aussi futile et ridicule que la vengeance… C'est… médiocre. 

Saorise mesurait chacun des mots prononcés, guettant leurs effets en lui. Ainsi ce qui avait poussé cette chevalière, Lyzann à agir était la vengeance.
Ezerya semblait en ressentir une profonde haine. Cette femme avait tué Ryan, elle devait mourir. Fait des plus logique s'il en était. L'ennemie était en cause, par sa très grande faute l'apprenti ne connaîtrait jamais celui qui était son père, Volkan et Ezerya en était eux même privés.
Saorise avait tant de difficulté à le dénommer ainsi : père. Il n'en connaissait seulement ce qu'on lui en avait dit. Derdre l'assimilait à un dieu sur terre, il avait put ouïe dire des avis plus... nuancé. Il ne savait toutefois ce que lui en aurait pensé. Enfant il se plaisait à songer que lorsque l'empereur poserait regard sur lui, il l'aimerait instantanément d'une affection paternelle pleine et entière, mais Saorise avait grandit.
Ryan n'avait probablement pas eu vent de l'existence de ce bâtard. Il n'avait donc pas put choisir de le rencontrer, de lui témoigner une certaine affection, il n'en avait simplement pas eût le temps. C'était là bien cruel, injuste même.

— Quant à notre père est bien… Il n'était pas vraiment un bon père… Enfin, je ne peux pas te répondre à vrai dire. Il ne m'a porter de l'attention qu'une fois. Une seule discussion où il s'est intéressé à moi, à mes motivations à qui j'étais… Puis il est partie à Zénor et n'est jamais revenu.

Cette partie du discours mit plus longtemps à être assimilée par Saorise. Ryan n'était donc pas un père exemplaire avec elle. Il aurait aimé la questionner, savoir comment elle l'avait vécue, si elle en avait souffert, si elle était parvenue en s'en relever malgré tout. A l'instant, il en était simplement incapable. Il restait coi, incapable d’émettre le moindre son, il se contentait de boire les paroles de sa sœur et d'en examiner la portée sur lui.
Ryan était faillible. Constat bien étrange pour l’apprenti, sa mère lui ayant vanté sa perfection à de trop nombreuses reprises, il avait finit par considérer cela comme acquis.

— Je lui en voulais de n'avoir d'yeux que pour Volkan. De me délaisser parce que j'étais une fille. Je ne sais pas si c'était par machisme. Je ne crois pas, il a nommé plusieurs femmes à des postes d'intérêt. Je crois simplement qu'il a toujours voulu avoir un garçon et que je lui rappelais trop son ancienne vie. Toutes les personnes que j'ai interrogée on dis qu'il avait changeait lorsque sa famille est morte alors il voulait peut être se protéger. Il restait un homme après tout. 


Il était un homme après tout... Cette phrase raisonna longtemps dans l'esprit de Saorise. Justement dans son imaginaire d'enfant, c'était un être infaillible, un héros pas un père et un mari blessé par une trop grande perte. C'était facile d'en vouloir à un individu presque irréel, à une personne qui cherchait seulement à se protéger était bien plus délicat.

Ryan n'était pas parfait. C'était chose bien idiote, mais l'apprenti en tombait de haut. Il revêtait à ses yeux quelque chose de plus humain désormais, c'était terrifiant . Ce père qu'il n'avait jamais connu mais dont Derdre vantait tant et tant les mérites, commettait des erreurs et des conséquentes qui plus est. Il avait ignoré Ezerya, sans méchanceté probablement, mais les faits étaient inchangé.
Il voulait un garçon... Il avait Volkan, c'était son préféré l'aspirant le plus probable au trône. Qu'aurait il pensé de Saorise? Les choses avec lui aurait elle était différente? Il avait longtemps espéré qu'elle le soit...
En écoutant Ezerya, les doutes le tenaillaient. Il était probable qu'il se soit comporté avec lui comme avec sa sœur et son frère... Un doute s’insinuait même dans son esprit. Et s'il connaissait finalement son existence? Et si Ryan avait choisi en toute connaissance des choses, de le laisser à Perle? Si Saorise n'avait été qu'une pièce interchangeable, un bâtard de secours si ceux qu'l avait déjà sous son emprise ne le satisfaisait pas?
Non c'était impossible, ce ne pouvait en être ainsi, ce ne devait pas en être ainsi.


— Je crois qu'il voulait avoir un héritier de son sang mais qu'il ne voulait pas s'attacher trop vite, qu'il ne voulait pas être dessus. Ou peut-être qu'il voulait simplement que nous soyons élevé de manière différentes pour avoir un panel de choix d'héritier plus important. Je n'en ai aucune idée. Il n'était pas censé partir si vite, peut-être aurait-il pris le temps de nous connaître plus tard, je n'ai pas de réponse. 

Bien sur personne ne pouvait en avoir la certitude, c'était là pure spéculation. Saorise ressentit alors le besoin de s’asseoir, ses jambes semblaient faiblir sous son poids. Il avait eut beaucoup à intégrer ce soir. Sous le coup de l'émotion il n'était pas certain de ce que cela impliquait encore ou non pour lui. Il ne savait réellement quel sens donner à tout cela. Il lui faudrait du temps, simplement du temps.

Il était heureux d'être avec Ezerya en cet instant, avec elle il pouvait être lui, ce qu'il venait d'apprendre le touchait et devant sa sœur, il n'avait nul besoin de faire semblant, il pouvait être honnête et ne pas porter un masque comme il en avait coutume, c''était reposant.

- « Merci Ezerya, je suis content que tu sois à mes côtés. »

Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Lun 02 Oct 2017, 12:08


Il avait écouté chacun de ses mots. Il avait bu ses paroles alors qu'elle-même n'était pas sûre de ses dires. Elle spéculait simplement. Elle lui avait livrer son ressenti sur leur père mais elle ne pouvait dire qu'il s'agissait de la vérité. Le défunt Empereur avait toujours été bien trop secret et renfermé pour qu'elle puisse le comprendre. Même sa mère, celle qui avait été l'une de ses favorites ne savait que bien peu de chose et refuser d'être interrogée trop longuement à ce sujet. En privé, il était bon et doux avait-elle dit mais il y avait toujours une distance. Une distance que l'homme avait mis entre lui et le reste du monde. Une distance qui l'avait propulser d'une manière au rang de dieu pour bien des gens. Alors qu'elle avait fini de parler, les yeux perdu dans le vide de l'horizon elle reporta son regard sur Saorise qui s'était arrêté et même assis sur le sol sableux.

Il était certain qu'elle ne lui avait pas permis d'aller mieux. Le jeune homme semblait encore plus tourmenté qu'auparavant. A vrai dire elle n'était pas certaine de lui avoir fourni des réponses. Sans doute se posait-il encore plus de question maintenant. Elle ne regrettait cependant rien, parler de leur père lui avait fait du bien et elle Saorise avait le droit de savoir ce genre de chose, lui qui n'avait jamais été là avant que leur père ne meurt. Tranquillement, Ezerya s'assit à côté de son frère laissant ses ailes toucher le sable. Ce n'était pas là une position que sa grand-mère aurait toléré mais elle été seule sur la plage avec son cadet. Et quand bien même quelqu'un les observerait, elle s'en moquait. Elle ne faisait que s'asseoir sur le sable, rien de si grave ou choquant.

Moi aussi je suis contente que tu sois là. Je sais que notre père à sans doute eux d'autres enfants mais jusque là je ne connaissais que Volkan et… et bien tu connais ma relation avec lui.

Elle soupira. Elle ne détestait pas Volkan et se doutait qu'il en allait de même pour lui. Simplement, ils avaient été mis en compétition depuis leur naissance et cela n'aidait donc pas à lier des liens. Un jour peut être pourrait-elle discuter avec son frère sans se disputer mais ce jour n'était pas encore arrivait et si aujourd'hui elle ne le provoquait plus directement il fallait bien avouer qu'elle l'avait fait enrager plusieurs fois sans que celui-ci ne demande rien.

Quand aux autres personnes et bien ils ne peuvent pas réellement comprendre. Tu es le seul qui le peux, qui peux savoir ce que ca fait d'être l'enfant de la personne la plus respecté d'Irianeth mais de n'avoir jamais pu le connaître réellement et d'avoir cette impression que n'importe qui le connaissait mieux que nous.

C'était réellement frustrant il fallait bien l'avouer. Si elle avait été plus jeune sans doute aurait-elle tenter d'entrer en contact avec son paternel. L'idée lui venait encore parfois à l'esprit. Après tout, il devait être dans les cieux, dans les plaines ou ailleurs et elle avait lu des légendes sur des hommes qui reviennent sur terre ou des fantômes. Cependant, elle se refuser à arriver à ce point, c'était trop dangereux et déranger le sommeil des morts n'était jamais bon. Finalement, un léger sourire traversa son visage alors que ses mains s'enfonçaient dans le sable comme si elle été encore une enfant.

Je ne t'ai pas vraiment aider n'est-ce pas ?
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Sam 14 Oct 2017, 05:31

— Moi aussi je suis contente que tu sois là. Je sais que notre père à sans doute eux d'autres enfants mais jusque là je ne connaissais que Volkan et… et bien tu connais ma relation avec lui


Ezerya soupira à la mention de Volkan et Saorise ne put retenir un sourire. Il connaissait le caractère déplorable de leur frère. Il le provoquait souvent, mais l’aîné le lui rendait bien. Entre eux c'était à chaque rencontre politesses lancées à la volé. Le blond n'était pas réellement un mauvais bougre, son cadet le savait. Il ne l'aurait jamais reconnu, mais il n'ignorait pas toutefois cet état de fait
Il était toutefois parfois plus facile de se chamailler et d'ainsi libérer les tensions, que d'avoir une rancœur commune vis à vis de leur père. Leur relation s'apaiserait peut être avec le temps, mais pour l'heure elle n'était que rivalité et bassesse échangée. Avec Ezerya néanmoins tout était bien plus apaisé la jeune fille étant d'agréable compagnie.

— Quand aux autres personnes et bien ils ne peuvent pas réellement comprendre. Tu es le seul qui le peux, qui peux savoir ce que ca fait d'être l'enfant de la personne la plus respecté d'Irianeth mais de n'avoir jamais pu le connaître réellement et d'avoir cette impression que n'importe qui le connaissait mieux que nous. 


Une moue de stupéfaction passa sur les traites de Saorise. Elle avait énoncé parfaitement ses pensées les plus intimes. Il avait souvent songé qu'il était probablement l'un des seuls habitants d'Irianeth à n'avoir jamais entendu le son de la voix de Ryan. Il était son fils et pourtant l’empereur lui était un parfait inconnu. C'était proprement hilarant, triste mais risible. Il enfonça ses doigts dans le sable jouant avec celui-ci, cherchant à reprendre une certaine contenance.

— Je ne t'ai pas vraiment aider n'est-ce pas ? 


Saorise réflichit un instant puis reposa les yeux sur sa sœur.

- «  Si je crois. Je n'ai jamais vraiment eut de famille alors j'ai le sentiment que ça me fait du bien de pouvoir converser avec toi. Merci Ezerya, réellement. Je suppose que tout ça n'est pas aisé pour toi non plus. Ryan ne me manque pas vraiment, je présume que ce n'est pas tout à fait pareil pour toi»

Il était sincère, il était plaisant d'avoir un allié et il ressentait réellement de l'affection pour son aîné. Il voulait voulait être là pour elle comme elle l'était pour lui, un échange équivalent en somme.

Il ne pouvait se résoudre à appeler l'empereur père, ce dire son fils était paradoxalement plus facile pour Saorise. C'était un fait, ça ne l'impliquait pas vraiment. Le mot père paraissait tellement important pour d'autres, ne se résumant pas à simplement une ascendance, il ne savait réellement ce que cela signifiait pour lui. Ce qu'était Ryan pour lui. Le saurait il seulement un jour ? Les sentiments était trop mélangé pour qu'un soit plus puissant qu'un autre. Admiration, ressentiment, tristesse, colère, respect.... Tout était imbriqué de manière chaotique. Saorise désirait ressembler à l'empereur autant que s'en démarquer. Pour sa sœur cela semblait plus aisée.

Bientôt aurait lieux le couronnement. L'apprenti avait une idée de ce qu'il voulait sur ce point. Il désirait Ezerya comme impératrice, elle était encore jeune bien sur, mais il était certain qu'elle saurait faire prospérer l'empire tout en sauvegardant l'héritage de leur père. Lui ne voulait pas de ce fardeau, mais elle avait été élevé pour cela et si tel était son souhait il l'aiderait autant que faire se peut à obtenir ce qu'elle désirait. Après un silence paisible Saorise choisit de relancer la conversation sur ses préoccupations.

- « Bientôt la course au trône débutera, sincèrement Ezerya veux-tu y participer? Dans tout les cas, tu peux compter sur mon soutien, je t'aiderais à obtenir ce que tu désir.»
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 :: Hors Jeux :: Dix-neuvième génération
Sauter vers :