L'absence de lumière ne mène pas toujours à l'obscurité [PV]

 :: Hors Jeux :: Dix-neuvième génération
avatar
Nombre de messages : 16

Plus sur le personnage
Âge:
Race:
Dim 28 Jan 2018, 10:03
Combien de temps cela faisait-il depuis son retour? Il n'était pas parti longtemps, mais la notion du temps au Panthéon était chose complètement abstraite. Kreos laissa tomber sa tête vers l'arrière et observa les cieux de son domaine. La noirceur n'existait pas sans lumière, et le néant en est l'absence. Malgré toutes les croyances, le néant était blanc. Le blanc c'est l'absence de couleur, donc de lumière. S'il se déplaçait certes dans l'obscurité pour mieux se saisir de ses victimes, le néant, le véritable néant, réservé aux êtres célestes... était blanc. Serait-elle déçue s'il le lui disait ? Sûrement.

Soudain, le ciel se colora et s'assombrit. Depuis quand avait-il une réflexion sur les couleurs... ou leur absence. Il secoua la tête et se redressa. Assied sur une chaise faite de toile d'araignée, sans être collante, il se souleva comme si la gravité n'avait pas de signification et ses yeux parcoururent son domaine. Très modeste, son petit palais ressemblait plus à une cabane dans les bois, à l'exception que les murs étaient semblables à la toile d'une araignée, en bien plus épaisse et comme s'ils avaient été tissés. Chaque meuble, chaque chose qui l'en composait, ou presque, était constitué de ce fil si fin et si précis. Le blanc de ses toiles se faisaient des ombres à elles-mêmes, créant un domaine semblable à un nuage, parfois blanc éclatant, parfois ombré. Les murs eux-même était particulier dans leur filage particuliers qui créait des ombres... car le toit de l'intérieur était blanc, mais ne brillait pas pour autant. C'était un blanc sans lumière, un blanc du néant, à l'exception évidemment de quand son humeur changeait et qu'il se couvrait.

Sortant du bâtiment, le jeune dieu se dirigea vers une fontaine qui se trouvait un peu à l'extérieur de celui-ci, sur le sentier qui menait vers d'autres domaines. S'asseyant au rebord de celle-ci, il laissa glisser ses doigts sur la surface, observant les remous que ses gestes créaient, avant de se saisir de la louche mise à disposition pour boire à la source. Malgré, ses pensées revenaient vers la sorcière. Jamais auparavant une mortelle ne lui avait adressé la parole de cette façon, elle s'était montrée sans crainte à son égard. Elle n'avait certes pas été insolente ; il ne l'aurait pas toléré, quoique... cela aurait aussi été une première. Cette façon qu'elle avait de parler avec assurance de sa place dans le monde... qui était-elle pour décider de cela? Elle n'était que l'enfant mortelle d'un dieu... et elle parlait comme si elle était plus que cela. Savait-elle des choses qu'il ignorait?

Secouant de nouveau la tête pour chasser ces pensées de son esprit, il se releva gracieusement et posa pied au sol. Sentant une présence qui approchait, Kreos tourna la tête vers Behemoth. Il ne se montra pas surpris. Le dieu des monstres et des ténèbres avait de nombreuses créatures à son service. Il était d'ailleurs beaucoup plus ancien qu'il ne l'était. Aucune colère ne se dégageait de lui, donc le jeune dieu ne se montra pas tendu et l'accueillit poliment d'un signe de tête. Il ne partit pas, se doutant qu'il savait tout de sa petite visite à Izékielle et qu'il venait lui en parler. En fait, cela l'intriguait plus qu'autre chose. S'il le dieu prenait la peine de venir le voir, c'est qu'elle avait une certaine importance. Kreos avait peu de visites. Être le dieu des châtiments était déjà quelque chose en soi, mais être le dieu du néant... le dieu de l'absence... c'était être seul. Et il s'en accommodait bien. Il appréciait sa solitude.

Il invita donc son aîné à le suivre sur le sentier vers son domaine. Inutile de discuter de ces choses aux yeux et sus de tous. Son intérêt pour cette jeune femme n'avait pas à s'ébruiter.

Page 1 sur 1

Sauter vers :