Animation - Taëva

 :: Avant tout :: Registres :: Personnages non-jouables
avatar
Nombre de messages : 137
Rôle : Guide

Plus sur le personnage
Âge: 33
Race: Pardusse
Mar 07 Aoû 2018, 02:26




Taëva


Agée de 33 ans

De Sexe et de genre Féminin

Pardusse sans magie

Originaire d'Irianeth

Guide

D'allégeance Impartiale

Ère dans le monde des mortels

À la recherche d'aventuriers

Avec qui partager les

Mille et un secrets

Dont elle est l'unique détentrice.


Physique


De par son sang de pardusse, Taëva possède une démarche féline: des hanches qui se balancent lascivement, pattes antérieures légèrement fléchies et une longue queue qui lui sert à garder un équilibre parfait. Sa taille est légèrement supérieure à celle des humains, mais inférieure à celle des mâles de sa race. Sa peau est un pelage roux tigré qui recouvre complètement son corps. Les extrémités de ses pattes sont armées de griffes pour se défendre et se déplacer en hauteur. Agile, rapide, expérimentée, Taëva est une créature avec qui l'on se sent en sécurité. Elle dégage cette assurance propre aux aventuriers qui n'ont rien à craindre. Vêtue par conventions sociales plus que par besoin réel, Taëva garde toujours sur elle une arme ou deux, souvent dissimulées sous une cape terne.


Caractère

Petit papillon social, Taëva n'a pas peur de parler fort et à n'importe qui. Elle sait comment se glisser dans une conversation qui ne la concerne pas. Pas une once de regret de ne pas s'être mêlée de ses affaires. Probablement ses origines pardusses qui lui donnent cette indifférence. Elle demeure charmante et d'agréable compagnie. Les nuits autour du feu sont toujours plaisantes avec elle. Elle a un don pour raconter des légendes et des récits d'aventure. Peut-être un jour racontera-t-elle les vôtres ? Ce qui est sûr c'est que si vous recherchez un peu d'action, elle saura vous en trouver. Demandez simplement si elle sait quelque choses à propos d'un truc ou deux. Ne lui demandez pas d'où elle sait toutes ces choses. Faites-lui simplement confiance.




FICHE PAR ATHENA. MODIFIÉ PAR TINTALLË


Histoire


Naissance d'une vieille âme 

Je suis née dans l'une des familles de Pardusse d'Irianeth. Venue de loin pour prêter allégeance à l'Empereur Tristan, ma famille s'est bâtie une réputation de soldat. Malheureusement, les pardusses n'ont pas la fibre magique pour devenir Chevaliers. Ils ont dû unifier leur sang avec celui des humains pour cela. Moi, je suis l'un des nombreux enfants de Char et Lotte O'frèze: Char'kake. Comme tous mes frères et soeurs, j'ai appris à me battre pour obtenir affection, nourriture et reconnaissance. Mais la vie de mes parents dans l'armée ne m'a jamais passionnée. J'ai toujours voulu vivre librement sans que mes actions n'aient de répercutions sur des innocents. Autant dire que l'armé n'était pas faite pour moi. J'ai quitté l'île mère pour les colonies afin de rechercher une vie qui me conviendrait. J'ai troqué mon nom pour celui d'une autre. Cela n'a pas été facile. Elle et moi n'avons pas les mêmes désirs. Quoi qu'il en soit, j'ai réussis à me trouver des papiers pour voyager. Je dois simplement faire attention lorsque je sors aux frontières, mais en bref, je peux aller d'une allégeance à une autre avec de simples faux papiers. Ils m'ont couté une fortune, mais ils en valent la peine. Je peux aller dans toutes les auberges du continent à la recherche de gens curieux et avides de découvrir des trésors oubliés. C'est mon plaisir de guider les gens vers des lieux dangereux où dorment des récompenses en échange d'argent et d'un peu de satisfaction personnelle.

Mais pourquoi donc ne pas garder ces artefacts pour moi-même me demanderez-vous. Et bien, simplement parce que je ne peux aller les chercher moi-même. La magie divine qui les habitent et les gardent ont quelques effets négatifs sur moi. Je ne peux donc pas en profiter. Je trouve une plus grande satisfaction à violer les temples créés impénétrables par les dieux. Vous supposez que j'aime les défis ? Je déteste plutôt les dieux et leurs secrets. 



FICHE PAR ATHENA. MODIFIÉ PAR TAËVA
Taëva


Je suis un reflet.

L'image parfaite de la déesse de la vérité.

Le souvenir brulant de la fille de Parandar.

L'illusion de son crime.

L'incarnation de ce qu'elle a perdu.

L'allégorie de ce qu'elle ne sera plus jamais.

Je suis la voix de son mensonge.

Le bruit de ses remords.

Le grondement sournois de l'évidence.

Le hurlement d'une vérité destructrice.

Je suis la malédiction de Parandar.


Malédictions

En punition pour son crime, le Saint-Père des Dieux a apposé sur elle 5 malédictions:

1 - Le reflet : Visible par tous, son reflet n’est pourtant pas à l’image de son physique. S’il répond parfaitement à ses gestes, il n'en reste pas moins qu'il n'est clairement pas le sien. Si vous y prêtez attention, vous y verrez une très belle femme élégante avec une peau de porcelaine et des cheveux d'un blanc immaculé. Un sourire s'accroche férocement à ses lèvres. Une image idyllique qui appartient à la jadis déesse de la vérité. Un souvenir qui se veut douloureux pour Taëva. Ce reflet a pour but de lui rappeler constamment ce qu’elle ne pourra jamais plus être et ce qu’elle a perdu, c’est-à-dire son essence divine.

2 - La conscience : Une voix résonne constamment dans sa tête. Méchante, négative, sadique et prétentieuse, cette voix n’aura jamais de bons commentaires à lui faire part. Elle sera toujours là pour lui taper dessus en lui rappelant qu’elle n’est qu’une mauvaise graine, qu’elle ne fait rien de bon et qu’elle est minable. Elle ne sera là que pour la narguer. Cette voix ne peut être entendue par personne d’autre, même en lisant son esprit. C'est la magie de Parandar après tout. Taëva lui répond souvent de façon audible puisqu'on ne lui a jamais appris à ne pas le faire. Quand elle était jeune, on trouvait même cela mignon.

3 - Le souvenir :Sa mémoire ne peut être altérée. Aucun accident, aucune magie, aucun pouvoir ne peut effacer les images et les mots que Parandar a gravés dans son esprit. D'une vie à une autre, elle se souviendra de ses actes et de ses précédentes vies. Le temps est long et lourd lorsque tout est constamment à recommencer.

4 - L'aveu : Elle ne pourra jamais dire ce qu’elle a fait et se libérer de ses actes. Les mots ne se formuleront jamais dans sa bouche. Dès que son cerveau essayera de former une phrase, ceux-ci se brouilleront ce qui l’empêchera de dire ou d’écrire son aveu. Elle est donc obligée de se souvenir de ce qu’elle a fait sans pouvoir s’en communier.

5 - La distance : Taëva est affectée par les objets ou les êtres qui sont d’essence céleste. C'est-à-dire qu'ils lui grugent de l'énergie par leur simple proximité. Plus l'essence est forte, plus l'énergie de Taëva diminue rapidement. Même lorsqu'elle est dissimulée, l'énergie affecte Taëva. Aucune magie ne peut se cacher de Parandar.




FICHE PAR ATHENA. MODIFIÉ PAR TINTALLË


Histoire


“Les cheveux blancs sont une couronne d'honneur.”

Fille de Parandar, Taëva était la déesse de la vérité, pure et innocente. Gardienne des clés qui ouvrent tout, elle était une alliée de confiance pour Parandar et sa justice divine. Pendant un temps indéfini, elle a tenu son rôle à la perfection: celui de fille et de déesse. Elle a unis son essence à ceux d'autres dieux afin de créer de nouveaux dieux et des serviteurs immortels. Puis elle mis au monde l'enfant de trop: Divinité de l'Illusion et de l'Embrouille. On lui a arraché sa progéniture trop vite. En elle a germé le mensonge et la douleur qu'il occasionne.

 
“Même le lilas blanc a une ombre.”

Elle s'est enfermée dans sa rotonde avec ses mensonges et sa démence, imaginant encore l'enfant dans ses bras. Isolée des autres, elle est devenue une inconnue dans le monde divin. Jusqu'au jour où il est venu la voir, cet enfant qui l'a brisée. Il a forcé la vérité sur elle, mais incapable d'assumer qu'elle avait perdu ce qu'elle était, elle a commis le crime ultime d'abuser de son pouvoir sur un autre dieu. Elle a envoyé dans le monde des mortels cet enfant devenu adulte recommencer une vie. Puis elle a réécrit la vérité sur ce dieu pour que nul ne sache ce qu'elle avait fait. Ainsi, elle a brisé un dieu et mentis à Parandar.

“Le noir, c'est la seule couleur qui ne change pas.”

Mais la vérité est dure à cacher. Incapable de vivre avec ce mensonge, elle a tenté de réparer sa faute. Elle a tué le corps mortel de son enfant pour ramener son âme dans le monde divin. Puis elle a avoué au grand dieu Parandar sa faute, croyant qu'il mettrait fin à sa souffrance en achevant sa vie. Toutefois, il jugea que la mort était une sanction trop douce. Il la condamna au contraire à la vie, damnation éternelle dans le monde des mortels où elle ne serait rien, si ce n'est qu'une âme en peine, brisée et lourde des regrets qu'elle porte. Il l'enchaina à 5 malédictions que lui seul peut défaire. Ainsi, son sort est désormais scellé.



FICHE PAR ATHENA. MODIFIÉ PAR TAËVA


Page 1 sur 1

Sauter vers :