Two Lonesome Knights - Xiufei

 :: Confrérie de Jade :: Province de Jade
avatar
Nombre de messages : 15
Rôle : Chevalier de Jade, princesse de Rubis

Plus sur le personnage
Âge: 24 - 29 ans (I)
Race: Humaine
Mar 06 Nov 2018, 13:09

La mission était simple ; trouver, suivre et appréhender les bandits qui ne cessaient d’attaquer des caravanes de marchandises non loin de la frontière avec Beryl ; mais simple ne voulait pas dire sans danger. La prémisse était simple, le reste dépendait d’eux. Eux ? Les deux ombres à cheval fixant l’horizon au soleil levant. Figures floues et indéfinies mais à l’objectif clair. Trois étapes, un veni vidi vici à suivre et mettrai en œuvre.
Deux chevaliers de Jade en mission. Ils avaient déjà localisé la dernière attaque et traquaient les traces fraiches des bandits, autant les attraper à leur cache, c’était d’une pierre deux coup, cela pourrait certes être plus complexe dans la tâche mais plus simple finalement. Après tout, ils faisaient partie de l’élite des forces armées de Jade, d’Enkidiev même.

Nesiris arrêta son cheval et traversa le petit ruisseau à pieds, allant s’accroupir pour observer les empreintes de l’autre côté du ruisseau. Un cheval, non, un âne, portant un poids lourd, probablement les marchandises volées, et trois humains, pieds plutôt grands, des hommes sans doute. La femme chevalier avait de la chance, son ancien maître était un traqueur d’excellence qui lui avait enseigné quelques petits trucs assez pratiques. Pas pour une guerre peut-être, mais pour ce genre de mission, c’était parfait. Elle retraversa et remonta sur sa jument. Tournant la tête vers Xiufei, son partenaire de mission, un chevalier de son âge et de sa génération qu’elle ne connaissait pas si bien que ça finalement (peut-être que si elle passait moins de temps avec Notissemi elle pourrait apprendre à connaître mieux ses camarades), elle lâcha sa conclusion « on va finir par les rattraper, ils sont peut-être à un kilomètre en amont, pas plus, la mule boite. » Ils l’avaient probablement trop chargé, l’animal qui avait fini par se blesser. Ou alors c’était une vieille bourrique, mais le fait est qu’elle n’allait pas pouvoir continuer à ce rythme longtemps et que les chevaliers, à moins de réduire drastiquement leur rythme de marche, allaient vite rattraper les brigands. « Qu’en dis-tu ? On prend l’avantage sur eux et on leur demande ‘gentiment’ où est leur base ? » Demanda-t-elle avec un sourire quasi invisible ; deux contre trois, quatre peut-être si l’un d’entre eux était sur l’âne, c’était presque trop facile.

Ca en tout cas, ce côté sûr d’elle et en maîtrise de ce qu’elle faisait, c’était l’impression que donnait Nesiris à l’instant ; réellement à l’intérieur, elle était en train de refaire le monde, de s’engueuler pour les termes utilisés qui lui donnaient l’impression d’une miss-je-sais-tout, de regretter cette mission groupée avec quelqu’un qu’elle ne connaissait pas, de réfléchir à des punchlines à lancer quand ils arrêteraient les bandits, inventer, détruire, recommencer une suite de théories et de variations des instants passés, présents et futurs. Bref, la panique sociale la gagnait mais elle arrivait encore à présenter une face calme et sûre d’elle, alors qu’elle n’allait pas tarder à fondre intérieurement. Vite, un combat qu’elle puisse utiliser ça comme catharsis et se débarrasser, pour un temps, de son anxiété.
avatar
Nombre de messages : 44
Rôle : Chevalier de Jade

Plus sur le personnage
Âge: 23 - 28
Race: Humain
Ven 09 Nov 2018, 19:17
AN 1570 mois 2

Qu'il est appréciable de ne pas avoir à s'interroger tous les dix pas sur l'emplacement du chien pour être sûr qu'il ne s'amuse pas à passer entre les pattes de Gaogui ou de la monture de Yancy, sur la situation de l'écuyer et s'assurer qu'il ne fasse pas déteindre sa mauvaise vue sur son cheval et se retrouve à aller dans la mauvaise direction. Pas bonheur, cette situation n'arrivait pas si souvent que ça, presque jamais à dire franchement, mais ça a bien dû arriver une fois ou deux. sûrement. Forcément même, il n'est pas imaginable que ça ne soit pas arrivé, quand on est aveugle et qu'on se trimballe un chien il y a forcément d'énormes gaffes de faites, comme effrayer l'un des chats du chevalier par exemple. Le chien avait à peine reniflé Qiānxùn qu'elle s'était sauvée à tire pattes, la retrouver lui avait prit une soirée complète. Maudit chien.

S'il était parvenu à refourguer Yancy à un autre chevalier le temps de sa mission, il n'est pas aussi tranquille qu'il le voudrait. Ce n'est pas qu'il soit un adorateur des missions en solitaire, avoir de la compagnie peut être agréable de temps à autre, mais plutôt qu'il ne voit pas pourquoi leur chef à jugé nécessaire qu'ils soient deux pour l'effectuer et encore moins pourquoi il se retrouve avec elle. Qu'on l'associe à l'un des chevaliers plus expérimenter dans l'idée folles qu'ils aient encore quelque chose à lui apprendre, il peut le comprendre, mais qu'on lui demande de se mettre avec un chevalier adoubé en même temps que lui, ça il ne le comprend pas. Hirohiko lui avait glissé quelque chose comme collaboration lorsqu'il lui avait parlé de la mission, selon son chef la réponse à sa question est collaboration, mais soit il a mal compris la question soit Xiufei ne voit vraiment pas le rapport entre la question et la réponse. Hirohiko comprend mal les choses parfois.

Perdu dans ses pensées, comme un peu trop souvent à son goût, il reporte son attention sur la jeune femme, Nesiris lui semble-t-il, qui vient de mettre pied à terre. Xiufei soupire exaspéré, ils se rapprochent enfin de leurs cibles et cette fille décide de perdre du temps pour patauger dans l'eau et fixer le sol tel un chasseur. Qu'on lui rendre Yancy à la place de cette fille, il ne se serait jamais permis d'agir de la sorte lui au moins. Chose logique pour un écuyer, certes. Malgré son agacement il affiche l'air le plus neutre qu'il possède dans son répertoire et ne prononce pas un seul mot bien qu'il ai fortement envie de l'attraper par le col pour la recoller sur son canasson ou carrément partir sans l'attendre. Partir sans elle, que voilà une bonne idée, plus personne pour le retenir et la possibilité d'agir à sa façon, la méthode la plus sûre d'obtenir une victoire selon lui.

Au moment où l'idée se transforme peu à peu en projet, Nesiris s'adresse directement à lui, plus question de partir sans écouter et répondre, ça ne serait pas très poli. « on va finir par les rattraper, ils sont peut-être à un kilomètre en amont, pas plus, la mule boite. Qu’en dis-tu ? On prend l’avantage sur eux et on leur demande ‘gentiment’ où est leur base ? » C'est parfait. Parfait pour lui faire regretter de ne pas être partie plus tôt. Parfait pour lui donner l'impression d'être prit pour un imbécile. Parfait pour qu'il l'a prenne pour une sotte qui veut absolument se faire remarquer. Bien sûr qu'ils vont finirent pas les rattraper. Bien sûr que la mule boite, les voleurs sont généralement idiot au point d'imaginer que ces bêtes peuvent porter une charge quasi-illimité. Bien sûr qu'ils prennent l'avantage pour leur demander où est la base. Trop d'évidences en une seule phrase, est-elle encore dans une espèce de phase écuyer où elle sort tout ce qu'elle connait dans l'unique but d'obtenir la reconnaissance, une tape dans le dos ou n'importe quoi que n'importe qui ferait pour féliciter un écuyer ayant enfin trouver une bonne raison. D'ailleurs, n'a-t-elle pas un écuyer à s'occuper ou ont-il jugés qu'elle n'était pas apte à s'occuper d'un enfant ? Baste, qu'importe ce n'est pas le moment d'y songer, l'élève attend une réponse du maître. Xiufei prend quelques secondes pour se reprendre et s'assurer de chasser le plus de lassitude possible dans son ton avant de lui répondre.

« La mission étant ce qu'elle est et étant ce que nous sommes, il me paraît relativement évident que nous allons les rattraper. Quant à la mule, si un jour tu croises une bandes de voleurs avec assez de jugeotes pour ne pas la charger à outrance et la traiter comme elle le mérite, je serais ravi que tu me les présentes. » Mission chasser la lassitude de sa tonalité : réussie, du moins partiellement, son ton est absolument neutre, quoique peut-être trop distant et pincé, mais absolument pas lasse. Mission chasser la lassitude de ses paroles : échec critique, mais avec un peu de chance elle sera trop occupée pour s'en rendre compte. Nouvelle tactique en cours, sourire très légèrement et incliner la tête en guise d'excuse, dans le style  "désolé si tu remarque à quel point tu m'agaces, mais pas désolé de l'être "« Nous n'avons ni l'apparence ni les accessoires nécessaire pour leur tendre un piège, les suivre avec l'espoir qu'ils nous mènent à leur cachettes me semble être peu sûr et bien trop long. Allons à leur rencontre et obtenons les renseignements voulu. On peut reprendre la route ou tu as d'autres questions ? »

Le chevalier reprend sa route sans attendre de réponse, puisqu'il vient de l'approuver elle ne doit rien avoir à y redire et sa question étant purement rhétorique il se fiche un peu d'obtenir une réponse. Il aurait vraiment dû prendre le temps de boire un thé avant le départ, il est toujours un peu plus détendu et lorsqu'il en boit deux. En revanche il est toujours un peu plus impatient et à vouloir que les choses s'accélère lorsqu'il en boit de trop. Après réflexion, il est bien possible que sa dernière tasse soit la numéro cinq plutôt que la première, mais ayant mal dormi c'est parfaitement justifié. Enfin, quand bien même il aurait abusé de théine, ça n'enlève rien au fait que Nesiris lui semble être comme un écuyer qui cherche à se faire bien voir et qu'il en vient sérieusement à douter de ses compétences et aptitudes.

Malheureusement il va bien vite se rendre compte des maigres capacité qu'elle possède puisqu'à quelques pas d'eux un groupe, accompagné d'une mule boiteuse, transpire le vol et les mauvais coups. « Si tu te sens capable de discrétion, tu devrais aller au-devant d'eux pendant que je reste sur leurs talons. Oh, bien sûr nous pourrions la faire à la barbare et les interpeller en restant derrière eux. » Chose qui manque un peu trop de panache à son goût, mais il faut au moins faire semblant de reconnaître que cette méthode est quelque peu plus simple à mettre en œuvre. Enfin, du moment qu'ils parviennent à les mettre hors d'état de nuire et à en garder au moins un pour les mener jusqu'à leur cachette, que ça soit au singulier ou au pluriel, qu'importe la méthode usitée.
avatar
Nombre de messages : 15
Rôle : Chevalier de Jade, princesse de Rubis

Plus sur le personnage
Âge: 24 - 29 ans (I)
Race: Humaine
Mar 13 Nov 2018, 20:23

Ah. Ca-y-est. Elle se souvenait, Nesiris, du pourquoi du comment son cœur n’avait jamais battu plus que de raisons pour le cousin de Notissemi. Il était beau certes…Mais c’était peut-être tout ce qu’il avait à son avantage. Il avait un égo plus grand que l’Empire d’Irianeth et Enkidiev réunis, une monstruosité sans fin qui faisaient que la majorité de l’Ordre de Jade faisait en sorte d’éviter sa compagnie quand cela était possible. Alors pourquoi diable leur chef les avait-il mis ensemble, elle qui avait une réputation froide et lui dont la présence même, puant l’égocentrisme, avait tendance à faire fuir qui s’approchait ? Elle s’en voulait, maintenant, Nesiris, d’avoir pensé que cette mission pourrait être simple. Voilà qui rajoutait une couche de difficulté, devoir supporter un confrère qui se pensait dieu sur terre. Et qui était en train de la prendre pour une moins que rien, manifestement. Elle avait presque envie de le laisser à rôtir sur place sous le soleil levant, mais par pure rancœur et une dose de malice, elle allait rester et lui prouver d’une manière ou d’une autre qu’il avait tord à son sujet, peu importe la manière, probablement assez basse, dont il devait la considérer maintenant. Non mais oh. Nesiris de Rubis était un chevalier de Jade capable et elle allait le prouver à qui veut bien l’entendre (elle surtout, c’était un peu son seul moyen de ne pas s’effondrer sur place après l’insulte profonde du ton de Xiufei.)

Cela dit, Xiufei n’avait pas tord sur la méthode à prendre, même si sa manière de faire passer le message s’inscrivait dans l’outrage au fer rouge sur la peau et l’âme de Nessie. Elle dirigea son cheval vers le côté et descendit, l’attachant à un arbre avant de s’atteler à sa tache, contournant les bandits. Les buissons et les arbres étaient suffisants pour la camoufler, d’autant plus qu’elle se montrait prudente ; et pour le bruit, elle avait une méthode bien pratique ; elle manipulait le vent autour d’elle de manière à ne pas laisser passer le son dans la direction des bandits. Cela lui prit quelques minutes (et elle ne doutait pas que Xiufei se préparait à faire son beau en arrivant pas l’arrière, probablement encore à cheval pour un effet supplémentaire) et puis elle sorti du bois, pour couper la route au bandit, la main sur son épée, encore à sa ceinture. « Par l’ordre des Chevaliers de Jade, plus un geste, vous êtes cernés. » dit-elle d’une voix haute, posée et froide. Un ordre, un vrai, les yeux pleins de certitude envers ce qu’elle faisait. En vrai, elle avait répété la phrase dans sa tête pendant tout son chemin jusqu’aux bandits, réfléchissant même à sa posture, aux mots exacts ou au ton qu’elle prendrait, et où regarder, fixer un bandit, la bande ou garder un regard dans le vide. Et heureusement que sa bouche était capable de parler d’elle-même car au fur et à mesure qu’elle prononçait les mots, Nessie les regrettait déjà. C’était pas assez classe, ou c’était en faire trop, elle n’était pas sûre, elle ne l’était jamais.

Heureusement pour elle, dans un sens, une flèche vint briser sa panique interne, l’obligeant au reflexe ; d’un coup de vent elle se protégea du projectile, et un faible sourire vint naître sur ses lèvres ; elle ne se sentait jamais aussi sereine que quand il fallait se battre, et même si elle ne cherchait pas le combat, ils venaient de lui offrir la situation parfaite pour se détendre un peu. « Vous allez regretter cela… » lâcha-t-elle avant de sortir son épée de son fourreau et de frapper l’air devant elle. Le mouvement généra un courant qu’elle put contrôler, envoyant une lame de vent contre l’archer, une lame suffisamment tranchante pour couper corde et arc et le renverser sur le sol, une longue coupure sur le torse, mais toujours envie. Que les autres viennent, Nessie était prête pour eux. Et elle en avait presque oublié Xiufei, ce qui n’était pas plus mal, si vous lui demandiez.

Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Sauter vers :