La Bête de Perle [PV Aquila {X} ]

 :: Empire d'Irianeth :: Colonie de Perle
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Gédéon
Gédéon
Gédéon
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12859-gedeon-coeurdencre-sorcier-d-argent#155078
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12853-gedeon#155019
Nombre de messages : 96
Rôle : Sorcier - Touriste - Noble d'Argent

Plus sur le personnage
Âge: 25 - 30 ans
Race: Humain
Gédéon
Mar 23 Avr 2019, 12:45
La Bête de Perle
8ème mois, 1575

Mission locale et rencontre avec Aquila

Après une bonne quinzaine de jours sous une chaleur torride à en donner des cloques à un lézard, un orage lourd violaçait le ciel dans le beau royaume de Perle. Cela faisait onze jours que j’avais pris la route, sous les ordres du Gouverneur d’Argent, pour venir en aide aux Perlois. Étrange, me direz-vous, en vérité ce ne l’était pas vraiment. Ces temps-ci, un petit village d’Argent, à la frontière de Perle, subissait quelques désagréments. Une bête énorme pillait le bétail et saccageait les différentes maisonnettes relais qu’utilisaient les bergers, écuyers et chasseurs de passages. Le Gouverneur d’Argent ne m’aurait pas envoyé si dans la missive et les plaintes qu’il reçut, il n’y était pas mentionné le mot “magie”. L’affaire devenait encore plus croustillante, car elle commençait à compter des morts. Soucieux de ses ouailles, dans son infinie grandeur, il me fit cadeau de cette mission périlleuse pour me dépoussiérer un peu de mes tâches quotidiennes. C’est donc à Coque, petit village où les attaques avaient débutés et persistaient encore, en Perle, que je posais mes affaires pour quelques jours. Je dus m’estimer heureux de trouver une petite taverne qui possédait quelques chambres à l’étage. L’établissement fût d’ailleurs une agréable surprise en soit, car en plus de bénéficier des quelques petites chambres au solde peu coûteux, il était le lieu de rencontre de nombreux voyageurs et perlois à tout moment de la journée jusqu’à tard en soirée. Argent n’ayant pas jugé bon de m’offrir les bras de quelques hommes, Perle bataillant déjà pour des actions plus politiques, je me retrouvais avec une coquette sommes pour trouver et payer quelques mercenaires triés sur le volet afin de m’aider dans cette quête, au cas où, mes capacités magiques ne seraient pas suffisantes pour venir à bout de cette créature.

C’est donc le soir même que je pus faire mes entretiens. La soirée fut riche en beuverie, en rencontre et en émotion pour certains lourdauds. Au petit matin, j’étais fin prêt à partir en traque, le vêtement léger avec quelques endroits protégés par un cuir déjà usé. Oui, je n’étais pas vraiment du genre à me retrouver en première ligne et à dire vrai, je n’avais pas plus l’envie que cela de porter un accoutrement plus lourd qui serait un véritable frein à ma gestuelle. C’est donc après un bon petit déjeuner composé de tartines aux miels et d’un thé mentholé que j’attendais les cinq mercenaires rencontrés la veille. À mon souvenir, car Parandar sait comme j’oublie facilement un visage…,il me semblait qu’un duo fraternel - l’un grand et rond et l’autre plus petit et mince - devait nous rejoindre, ainsi qu’un homme traqueur de profession, d’une cinquantaine d’année, un jeune chasseur peu malin mais sachant se servir de ses armes et une femme devaient débarquer sous peu.

Le dernier mercenaire, à bien y repenser en cet instant, me fit froncer les sourcils. Avais-je bien vu la vielle ? Ou j’étais peut-être en train de faire un amalgame monstrueux avec celles que j’avais refusé en début de soirée. Je ne réfuterai pas le fait qu’à mes yeux, elles n’avaient absolument rien à faire dans cette chasse, bonne archère ou non. Je n’aimai pas travailler avec le sexe féminin de manière générale. À chaque fois, le peu de mission effectuée avec l’une d’elle s’était soldé par un désastre catastrophique ou des migraines prolongées. Elles étaient, à mon sens, bien trop bavardes, sournoises et têtues pour obéir docilement aux ordres. Inutile de vous dire que pour cette mission, je n’avais qu’un seul souhait, que le travail soit vite fait et bien fait, de la façon la plus rapide qu’il soit.

Progressivement, les mercenaires engagés la veille pointèrent le bout de leur nez. Nous allions partir lorsqu’en poussant la porte, je me retrouvais nez à nez avec une femme, aux cheveux blancs semblaient-ils, dont la bonne humeur et la mine avait été laissée au placard. Un doute me submergea à sa vue. J’avais donc choisi quatre ou cinq de ces pions sans allégeance ? Les yeux plissaient, le regard sévère, je lui donnais l’ordre de s’écarter de mon passage.

“Halte-là! Où comptez-vous aller de la sorte ?! Ôtez-vous de là, la gueuse. Une bête attend sa mise à mort et vous retardez celle-ci avec votre maladresse.”


Sans plus de cérémonie et d’un aplomb assuré, je forçais le passage sans me soucier de l’identité de cette jeune femme. Si elle était avec nous, elle était en retard, si ce n’était pas le cas, elle me gênait et j’avais une sainte horreur que l’on me gêne dans mes affaires. Les hommes derrière moi ne pipaient pas mot, ils avaient la démarche nonchalante et la face cachée pour certains.
Aquila
◊ Animatrice ◊
Aquila
Aquila
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12437-aquila-ne-pas-oublier-la-monnaie
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12436-aquila-open-your-wings-evil-angel
Nombre de messages : 363
Rôle : mercenaire / chasseuse de tête / messagère du dieu de la discorde

Plus sur le personnage
Âge: 27 - 32 ans
Race: Maître-Magicienne/ Quscpasseribus
Aquila
Sam 27 Avr 2019, 10:20
Voilà quelques longues et laborieuses années qu’Aquila avait – bien malencontreusement – mis ses pouvoirs et capacités aux services de l’Empire. Le regrettait-elle ? Si les débuts avaient été compliqués, et si son envie de voir la tête chauve de l’empereur détachée de son corps lui venait souvent en tête, le train de vie de la mercenaire n’avait pas réellement changé. Elle travaillait maintenant pour un autre employeur, voilà tout. Elle exécutait toujours les volontés de son père divin, et trouvait aussi du temps pour vaquer à ses affaires personnelles de mercenaire renommée. Et c’était bien avec ce statut qu’elle était venue se perdre dans la petite campagne de Perle, proche du royaume d’Argent. Une étrange bête terrorisait la région, et la mercenaire avait entendu qu’un sorcier de l’empire recrutait quelques indépendant, contre une bonne somme d’argent. Il était évident qu’Aquila n’allait pas s’aventurer dans une chasse pour le simple plaisir de sauver des vies de misérables paysans. Non, il fallait tout de même garder un peu de rentabilité dans tout cela. Et puisque l’homme en question travaillait pour l’empire, la Quspasseribus ne pouvait que trouver intéressant d’être payer davantage par Irianeth.

Vêtue d’une simple tunique noire assortie avec un pantalon de la même couleur et adapté à la présence de ces ailes tout aussi sombre, la jeune femme avait ajouté à sa garde-robe de mercenaire une épaulière en cuir sombre renforcé par quelques plaques d’argent. Elle se présenta à l’auberge dont on lui avait parlé, mais se trouva nez à nez avec le gérant. « Désolé, ma p’tit dame, je crois que l’monsieur à trouver ce qu’il lui fallait. » lui répondit-il, après la question qu’avait posé Aquila sur les entretiens qui était supposé se dérouler ici. Elle était donc arrivée trop tard ? Voilà une nouvelle chose. Depuis quand cela lui arrivait-il ? Et d’ailleurs, depuis quand prenait-t-elle la peine de prendre le temps de trouver une équipe ? Ah oui, l’argent, encore et toujours. Sans rien répondre, elle s’éloigna de du maître des lieux et quitta l’établissement. Son attention fût alors attirée sur une jeune femme qui discutait et riait avec une autre personne. Aquila s’approcha et entendit quelques paroles. Avait-elle à faire avec l’un des mercenaires enrôlés par le sorcier d’Irianeth ? La femme ailée écouta un instant la conversation, discrètement avant que ces suspicions ne se confirment. Sans un mot, un sourire étrangement malsain étirant ses lèvres claires, la maître-magicienne utilisa de sa magie élémentaire pour déstabiliser les deux autres mercenaires. En quelques foulées, elle arriva à leur hauteur et d’un coup de vent poussa la mercenaire aux longs cheveux bruns par terre, sa tête s’écrasa sur une pierre et elle laissa échapper un dernier soupir avant de mourir. Aquila s’occupa ensuite de l’homme. Elle posa rapidement une main sur la tempe du jeune homme, à l’allure bien plus proche du chasseur que du mercenaire – amateur !- et lui fit oublier aisément ce dont il venait d’être témoin. Oh, la jeune femme aurait put le tourner aussi, sans hésitation, mais la malléabilité de l’esprit légèrement simplet que Hob – joli prénom, félicitation – possédait, en faisait un potentiel allié de poids, ou plutôt un pion, sacrifiable à n’importe quel moment. Et maintenant qu’Aquila avait gagné sa place dans la petite compagnie de chasse qu’avait monté le sorcier d’Irianeth, Gédéon, si elle se souvenait bien des paroles de l’aubergiste, les choses pouvaient enfin commencer..

Le lendemain, Aquila s’apprêta à pousser la porte de la taverne lorsque celle-ci s’ouvrit. Elle tomba alors nez à nez avec un homme d’une belle carrure, les cheveux couleurs corbeaux, et visiblement bien pressé. L’ordre sévère et peu diplomatique qu’on lui donna fit presque sourire Aquila. Il était bien évident que l’homme – qui, au vu de son ton et de sa mission ne pouvait être que le fameux Gédéon – ne savait pas à qui il avait à faire. La mercenaire laissa le sorcier passer, avant de tout bonnement le suivre dehors. Le visage froid, l’air neutre, Aquila invoqua à elle le vent d’Ouest, puissant et dangereux. Elle concentra cette puissance élémentaire avant de la lancer purement et simplement sur le dos du sorcier, qui ne manqua de rejoindre le sol de terre, encore boueux de la pluie de la nuit. « La gueuse a une bien belle vue d’ici. » dit-elle, postée, fier, devant la taverne, alors que son regard bleu profitait des courbes agréables du sorcier. Quant à cette aura blanche qui entourait le sorcier, Aquila préféra ne pas s’en formaliser, qui s’avançait à son tour, gardant son regard sur l’homme. « Bon, qu’attendez-vous ? N’avons-nous pas une bête à terrasser ? » demanda-t-elle, avant d’enchainer. « Je me présente, Aquilæ Rienne. L’une de vos employés a, il semblerait, eut une nuit difficile, je suis donc la pour la remplacer. J’ose espérer que le paiement sera à la hauteur de la tâche. » dit-elle, pas le moins du monde inquiétée par ce qu’elle venait de faire. Quant aux quatre bouffons que Gédéon avait embauché la veille, ils ne semblaient pas presser de faire quoique ce soit.
Gédéon
Gédéon
Gédéon
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12859-gedeon-coeurdencre-sorcier-d-argent#155078
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12853-gedeon#155019
Nombre de messages : 96
Rôle : Sorcier - Touriste - Noble d'Argent

Plus sur le personnage
Âge: 25 - 30 ans
Race: Humain
Gédéon
Dim 19 Mai 2019, 17:03
Le pas décidé, presque militaire, je prenais donc la route avec mes gens lorsqu’une pression particulière se fit sentir sur mon dos et mes épaules. Ce poids invisible, tel un souffle venu d’on ne sait où, me fit perdre l’équilibre et mon pied d’appui glissa dans la boue. Aussitôt, le reflet de mettre mes mains en alerte pour attraper et me rééquilibrer se fit instinctivement. Mon second pied vint bien vite en aide au premier pour m’éviter de toucher terre. Il en était moins une. La pression me donna chaud, une sensation désagréable me prenait la nuque et le dessous des aisselles. Un picotement qui en disait long sur mon manque de vigilance. La réplique de la gourgandine me fit grincer des dents. La mâchoire close, les lèvres scellées, je tournais légèrement la tête à demi en lui lançant mon regard le plus méprisable que j’avais en réserve. C’est à cet instant que je la vis, cette étrange lueur… Je ne me rappelais pas de l’avoir vu hier, elle ou bien ses ailes… Un frisson me parcourut l’échine alors que je réadoptais une posture d’officier. Une brise légère d’Ouest me caressa le visage et fit bouger quelques mèches de ma sombre chevelure. Est-ce réellement possible ? Je pensais que les Âme-soeurs étaient une légende. Une curieuse histoire que l’on racontait aux fillettes pour leur faire croire à un lien exceptionnel entre deux âmes. Mes yeux se plissèrent pour exprimer mon dégoût. Foutaise ! Elle était probablement magique et cet halo devait sûrement être une supercherie. Du moins, j’essayais d’en convaincre mon cœur, qui tout comme mes tripes, se mettaient à créer une bien étrange chaleur. Est-ce ça, le bourdonnement des papillons que certains ont dans l’estomac ? Je fermais un court instant les yeux pour me reconcentrer. Non. La veille j’avais probablement dû manger un je-ne-sais-quoi que j’avais du mal à digérer.

Son enveloppe auréolée frôla la mienne et je sentis une énergie électrique s’en dégager. Est-ce l’air orageux qui rendait nos corps si chargés ? Je desserrais la mâchoire avant de poser de nouveau mes yeux sur elle, un regard mesquin sur son arrière-train et un demi-sourire narquois aux lèvres laissait échapper un maigre :

“Chacun son tour…”

Avant qu’elle ne décide de se présenter et de m’expliquer qu’elle venait remplacer une autre. Quelle importance, la somme promise serait la même, sauf si le destin avait déjà prévu d’en faire disparaître quelques uns en route. Alors que la belle nous jouait une scène, les balourds dans mon dos attendaient sagement qu’elle ferme sa délicate bouche. Ou n’est-ce pas là l’un de mes désirs ? En tout cas, ils ne brochaient pas même si quelques soupirs s’émanaient de temps à autres de leur corps. Je jetais un regard vers les cieux, les nuages étaient encore lourds et les premières pluies fines ne tarderaient pas à tomber. Avec un peu de chance, nous pourrions pister quelques traces.

“ Partons. Nous avons assez perdu de temps…”

Ne répondant ni à sa présentation, ni même à ses remarques enfantines, je me dirigeais vers ma monture et l’enfourchais pour ouvrir la marche. D’après les derniers témoignages, les dernières attaques avaient eu lieu à Est, dans le sous-bois qui bordait les plaines perloises. Ma cape couvrant l’arrière de ma monture, ma tête recouverte par le tissu, je donnais mes premiers ordres à la troupe.

“Les hommes avec moi, nous gagnerons le sous-bois par la route principale. Quant à vous, profitez de vos ailes pour vous rendre utile. Vous y serez bien assez tôt. L’endroit est facilement remarquable, l’abri a pris feu la semaine dernière à l’Est. Tâchez de trouver quelques pistes exploitables avant que je regrette d’avoir composé une équipe impaire…”

Le ton était donné. Sans plus de cérémonie, je lançais ma monture au galop suivi par les quatre bandits. Dans une bonne heure, nos routes allaient de nouveau se croiser.
Aquila
◊ Animatrice ◊
Aquila
Aquila
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12437-aquila-ne-pas-oublier-la-monnaie
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12436-aquila-open-your-wings-evil-angel
Nombre de messages : 363
Rôle : mercenaire / chasseuse de tête / messagère du dieu de la discorde

Plus sur le personnage
Âge: 27 - 32 ans
Race: Maître-Magicienne/ Quscpasseribus
Aquila
Lun 27 Mai 2019, 16:25
Ce regard que lui lança le sorcier, ne tira qu’un rictus amusé à la mercenaire. Qu’espérait-il donc faire avec ça ? Lui faire peur ? Il ne manquerais plus que ça ! Avoir peur d’un petit sorcier de pacotille qui n’avait pas l’intelligence de rester vigilent ! Certes, l’homme ne s’était pas étalé aussi ridiculement que la Quscpasseribus l’aurait espéré, mais cette petite chute lui suffisait. Elle avait simplement souhaité marqué son point, et elle n’aimait pas réellement qu’on l’insulte de gueuse. Elle n’était certes pas très à cheval sur les convenances ou l’étiquette, mais elle restait tout de même d’ascendance divine, et refusait qu’on la traite comme la première paysanne venue. Elle était une mercenaire, certes, mais une mercenaire avec une certaine classe et ne comptait pas se laisser marcher sur les pieds par un petit sorcier de l’empire, aussi haut soit-il dans la hiérarchie. Après tout, il ne devait pas l’être tant que ça, si on l’envoyait à la chasse au monstre. Peut-être avait-il besoin de se rattraper au sein des bonnes grâces de sa majesté ? Ou peut-être cherchait-on simplement à s’en débarrasser. Si la dernière hypothèse était la bonne, Aquila se portait volontaire. Aura blanche, ou pas.  Car cette auréole qui entourait le sorcier d’une clarté blanche et presque agréable, Aquila s’en moquait comme de son premier couffin. Et cette électricité, cette légère tension qui flottait entre eux, n’avait rien d’important pour la jeune femme. Seul l’argent comptait, et refaire payer l’empire pour son travail. C’était une maigre consolation, une maigre vengeance, mais elle devait s’en contenter pour le moment. Un jour viendra où elle pourra se venger complètement, mais ce jour n’était pas encore arrivé. Elle devait donc se contenter des basses couches de l’empire. Celle ou elle évoluait, pour son plus grand-déplaisir. Heureusement, certains citoyens de l’empire remontaient un peu le niveau, mais elle ne les comptais pour le moment, que sur les doigts d’une main.

Mais il était à présent temps de partir, et si la mercenaire avait espéré une petite querelle un peu plus évoluée que celle-ci, le sorcier semblait bien décider à accomplir sa mission. Très bien. Elle déploya donc ces ailes, et n’attendit pas les ordres de son supérieur provisoire pour s’envoler vers les cieux chargés d’une étrange électricité, comme si eux-mêmes relevait de l’étrangeté de la situation.

- Ne tardez pas trop., dit-elle alors, avant de prendre la direction indiquée.

La mercenaire monta alors jusqu’au-dessus des nuages et, tout en avançant, ouvrit son esprit et le lança à la poursuite du sorcier. Elle devait répondre à quelques questions. Qui était-il ? Pourquoi les dieux pensaient-ils qu’il était lié à sa destinée ? Aquila n’aimaient pas les dieux, elle ne leur faisait pas confiance, elle les trouvait perfides et sournois. Elle savait pourtant qu’on ne leur résistait pas. Avaient-ils encore quelque chose dernière la tête ? Elle espérait sincèrement que non. L’esprit de la magicienne traversa les mètres verticaux qui la séparait de Gédéon – elle devait rester à proximité pour tenter une percée dans son esprit ! – et se retrouva rapidement à l’entrée de celui du sorcier. S’il était au service de l’empire, nul doute qu’il devait avoir une certaine puissante magique, mais aller savoir ! L’empire était plein de mauvaises surprises, et la blanche ne serait pas surprise qu’il en soit une. Elle commença d’ailleurs à sa battre contre les défenses du jeune homme et tenta une percée au moment même ou un courant ascendant la fit monter jusqu’au-dessus des nuages, l’empêcher de mener à bien sa petite enquête personnelle.

- Stercore !, pesta-t-elle, mais un deuxième courant l’emmena à présent en direction du sol, et elle n’eut d’autre choix que de se concentrer totalement sur sa première mission : la bête et l’argent.

D’un battement d’aile, la jeune femme repris la bonne direction, et arriva après une longue demi-heure de vol à la petite clairière qu’on lui avait indiquée dans laquelle on trouvait un petit cabanon, dont le bois était devenu noir à cause d’un incendie. La Quscpasseribus se posa à côté de l’ancienne maison, et commença à chercher ce qu’elle était venue chasser. Elle ne trouva cependant rien de bien inquiétant. Il y avait un grand nombre de traces humaines : des pas, des restes de nourritures. Tout un tas de chose, mais rien de bestiale. La blanche fronça un instant ces sourcils, puis leva un regard perplexe en direction du sorcier, qui venait à peine d’arriver.

-Vous êtes certains que c’est le bon endroit ?., demanda-t-elle, remettant en doute les dires du sorcier sans s’inquiéter de sa fierté, ou quoique ce soit d’autres. J’ai fait le tour de la clairière, et il n’y a absolument rien reliant cette attaque à une créature, assura-t-elle. Et cette constatation lui fit même oublier l’envie qu’elle avait d’envoyer une pique ou deux au visage de son supérieur éphémère.
Gédéon
Gédéon
Gédéon
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12859-gedeon-coeurdencre-sorcier-d-argent#155078
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12853-gedeon#155019
Nombre de messages : 96
Rôle : Sorcier - Touriste - Noble d'Argent

Plus sur le personnage
Âge: 25 - 30 ans
Race: Humain
Gédéon
Ven 14 Juin 2019, 12:23
Alors que je me mis en route, quelques hommes derrière moi se mirent à parler et me firent comprendre leur désapprobation concernant cette mi-femme, mi-oiseau. Chacun avait ses raisons plus ou moins idiotes, mais je reconnus que l'un d'eux n'avait pas tout à fait tord concernant les possibles intentions de celle-ci. Si elle venait remplacer une autre, autre que d'après les dire des hommes, elle aurait pu se débarrasser, c'est qu'elle avait une raison autre que le gain final pour venir se greffer à notre équipe. Les hommes furent d'autant plus suspicieux lorsque l'un d'eux remarqua son vole déviant. Que cherchait-elle à faire ? Je plissais les yeux pour tenter de comprendre sa voltige et finis par la perdre de vue. Silencieux, je les écouter se monter la tête, je préférais ça plutôt que de ne pas les entendre et soupçonner une attaque surprise contre moi.

Après une bonne heure sur la route, nous finîmes par arriver au point de rendez-vous. Nous étions à peine arrivés que la demoiselle commençait déjà à piaffer. Je laissais échapper un soupir d’ennui en l'écoutant. Nous étions bien au bon endroit et j'étais certain qu'elle n'avait fait aucune enquête précédemment... Alors, que venait-elle faire ici ?

Las comme jamais, je descendais de ma monture et attacher celle-ci à la branche d'un chêne. Les autres hommes m'imitèrent sans même prendre la peine de regarder notre volatile intelligent. Si ses courbes étaient belles, sa tête semblait bien vide. Calmement, je la repris en essayant d'être le plus patient possible.

"Bien. Vous avez déjà vu un incendie, je présume. Effectivement, c'est difficile de trouver des traces, des poils, des marques de griffes lorsque les flammes ont déjà léchées et consumées tout le décor... Mais, qu'est ce qui résiste aux flammes ?"

Je m'avançais sur les débris en faisant attention. La cabane était plus que fragile et j'étais certain que le moindre pas pouvait me faire traverser le plancher. Autour de nous, les cendres et le sang séché donnaient une ambiance des plus déplaisante. Le point positif était qu'il était plus favorable de respirer l'odeur du soufre plutôt que celle d'un corps en décomposition.

"Vous marquez tout de même un point. Je doute qu'une bête puisse créer un incendie. Le feu s'est déclaré à l'intérieur... Regardez la noirceur de cette cheminée. Le lit aussi en a prit un sacré coup... Sûrement que l'alcool imbibé les draps."

Les grincements du bois eurent raison de moi et je rebroussais chemin. Si le feu s'était déclaré à l'intérieur, qui l'y avait mit ? Où étaient les corps ? On en avait retrouvé deux à l'extérieur de la maison trois jours après les faits. Mais aucune trace des trois autres qui étaient censés y être également. Non loin de nous, l'un des hommes nous siffla pour dire qu'il avait trouvé quelques choses. Des poils qui d'après lui étaient ceux d'un loup au vu de leur longueur et épaisseur. J'étais prêt à m'en satisfaire lorsque mon regard fut happé par un petit objet brillant sur une poutre en bois de l'encadrement de la porte d'entrée. Les mains gantées, je récupérais l'objet… Étonné par sa composition.

"Une dent... Crochue et de la taille de mon pouce cela dit..."

Je levais mon bras comme pour faire signe à la demoiselle qu'elle avait parlé bien trop vite.

"Regardez, c'est une dent, mais… la partie qui est normalement les racines est en argent. Allons voir d'un peu plus prêt ces poils de loup..."

Je mis notre premier indice dans ma bourse et me dirigeais d'un pas pressé vers le chasseur qui s'était enfoncé dans le sous-bois. Je ne pus me retenir de lancer un petit pic d'agacement envers la seule femme de notre équipe.

"Je savais que s'est une bien mauvaise idée de vous laisser venir ici. Vous êtes aussi utile qu'un caillou dans une chaussure."
Aquila
◊ Animatrice ◊
Aquila
Aquila
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12437-aquila-ne-pas-oublier-la-monnaie
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12436-aquila-open-your-wings-evil-angel
Nombre de messages : 363
Rôle : mercenaire / chasseuse de tête / messagère du dieu de la discorde

Plus sur le personnage
Âge: 27 - 32 ans
Race: Maître-Magicienne/ Quscpasseribus
Aquila
Ven 28 Juin 2019, 18:28
Aquila soutins le regard du sorcier avec un certains mépris. Pourquoi la prenait-il ? Pour une péquenot du coin ? Une gueuse de l’empire ? La jeune femme n’était rien de tout cela. Elle était une Quscpasseribus, la fille d’un dieu, une maître magicienne craintes et indétrônable dans son domaine. Et si la magicienne faisait des erreurs – elle ne se rappelait que trop bien les fêtes de Parandar au lustre dernier – elle refusait qu’on la traite de cette manière. Oui, elle savait ce qu’était un incendie. Oui, et surtout, elle savait traquer, chercher et pister. Pas l’animal, mais les hommes. Aquila n’était pas une mercenaire pour rien, et elle était d’ailleurs convaincue que c’était le fait devoir faire équipe avec cette équipe de bras cassés qui l’empêchait d’avancer. Après tout, si le sorcier auréolé semblait un tant soit peu faire quelque chose – et encore ! – les autres restaient là, immobiles et inutiles. L’esprit de la magicienne se projeta un instant dans les esprits des brutes, avant d’en ressortir. Le vent y soufflait bien trop fort, et la blanche n’avait pas réellement envie de terminer comme eux.

Elle reporta alors son attention sur Gédéon, qui lui accorda un point. Bah voilà, était-elle donc de retour dans son école de magie ? Elle ne l’espérait pas. Et puis elle n’avait jamais eut de bon point, là-bas. Si la magie avait toujours été aisée, son comportement ne lui avait toujours apporter que des ennuis. Enfin, ces ailes repliées dans son dos, elle avança à l’entrée de la petite cabane, continuant d’observer et d’écouter le sorcier. Enfin, elle aurait certainement mieux fait de le tuer, peut-être plus tard, si l’envie lui prenait ou s’il continuait à l’insulter. Et puis, - par son Père, comment avait-il fait ? – il tomba sur une dent, UNE DENT, dont la racine était en argent. Peu commun, pour une bête. Fronçant les sourcils, Aquila posa un regard noir sur le sorcier, avant de détendre davantage ces ailes.

- Oh, vous vous croyez malin, avec votre uniforme de l’Empire et vos manières. Ne me dites pas que vous êtes fier d’avoir trouver trois poils de loup ?, demanda-t-elle, railleuse, avant de s’avancer vers le sorcier, son regard bleu planté dans le siens. Et quelles sont vos déductions, Sorcier? Un canidé est venu dans la nuit, une torche dans sa gueule, pour exterminer une pauvre petite famille ?

Le ton d’Aquila s’était intensifié en allant. Elle l’avait vu, cette touffe de poil, mais n’avait pas relié tout cela à ce qui s’était déroulé ici, et n’y voyait toujours aucun lien.

- Non. Ce n’est pas une bête qui a fait ça. C’est plus compliqué. Cette dent que vous avez trouvé, n’a rien d’animal. Non.., répéta-t-elle, alors prise dans ses réflexion. Ca sent la magie. Ca pue la magie, même. Dit-elle.

Et dans sa réflexion, à la recherche d’un type de magie qu’elle pouvait peut-être connaître, elle ferma les yeux et étendit ses ailes de tout leur longueur. Une brise légère mais fraîche vint faire s’envoler sa chevelure blanche. Elle laissa sa magie faire le reste, et s’imprégna de ce qui l’entoura. Elle ne vis aucune image distinctement, mais ressenti tout un tas de chose et lorsqu’elle retourna à la réalité, quelques secondes à peine après cet intermède, elle plante son regard froid dans celui du sorcier.

- Une illusion ? questionna-t-elle. Donnez-moi cette dent, dit-elle alors, s’approcha vers le sorcier jusqu’à être à quelques centimètre de lui, se fichant éperdument de sa taille ou de cette lueur blanche qui l’entourait.

Elle voulait cette dent, Gédéon l’avait trop rapidement rangé dans sa bourse, et elle n’avait guère eut le temps de l’observer. Et pourtant, elle était certaine que cette dent était la clef de l’histoire.
Gédéon
Gédéon
Gédéon
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12859-gedeon-coeurdencre-sorcier-d-argent#155078
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12853-gedeon#155019
Nombre de messages : 96
Rôle : Sorcier - Touriste - Noble d'Argent

Plus sur le personnage
Âge: 25 - 30 ans
Race: Humain
Gédéon
Sam 29 Juin 2019, 14:19
Une main sur la garde de mon épée, je reculai d’un pas face à la femme ailée. Que cherchait-elle à faire ? M’impressionner ? Elle réussissait. Cependant, je n’étais pas du tout favorable à accéder à sa requête, car je n’avais aucune confiance en elle. N’étant pas à l’aise avec les relations féminines, j’avais beaucoup de mal avec ses assauts. Elle était impulsive et sa fougue me rendait instable. Autant dire que l’instabilité n’était pas ce que je préférais surtout en pleine mission. Elle débarquait comme une fleur pour remplacer une autre, arrivait avant nous en me disant qu’il n’y avait rien à trouver ici, puis me demandait maintenant de lui confier la seule preuve. Le seul indice de mon enquête ?! À mes yeux, elle était le suspect numéro un actuellement. Dans sa langue natale, je lui ordonnais de faire marche arrière. Mes yeux soutenaient son regard, j’étais décidé à lui montrer qu’elle n’était pas à sa place.

- Recule reniée.

Nous restons là, sans bouger, à nous observer tel des chats s’observant. Plus loin, un de mes hommes nous appelait, des traces fossilisés dans la boue montraient la trace d’un passage. D’une impulsion combative, j’approchais mon visage un peu plus prêt du sien pour lui murmurer de ma voix grave au creux de son cou.

- C’est ma magie que tu sens. Calme toi.

D’un regard commandeur, j’observais la belle avant d’ôter ma main de la garde de mon arme et la maintenir à ma ceinture. Puisqu’elle n’aimait pas écouter, j’allais la prendre autrement. Elle ne me semblait pas mauvaise. Maladroite à n’en pas douter. Mais j’étais d’accord avec elle, il n’était pas question d’une bête dans toute cette histoire. Je ne savais pas si la magie était vraiment utilisée, il est vrai que des fragments de celle-ci électrisaient l’air ambiant. Cependant, l’attaque datait et je n’étais pas sûr que celle-ci était bien celle du drame. D’un pas nonchalant, je rejoignais le braconnier et l’écoutait parler. Apparemment, les traces se perdaient plus loin. Le passage se séparait en deux. L’un semblait plus accueillant et large. L’autre était noyé par la végétation et semblait peu accessible. Alors que le groupe se resserrait autour de ces deux passages, je décidais de gagner du temps. Il me fallait prendre la jeune femme à part avant qu’elle ne nous attire des ennuis.

- Bien. Vous prendrez celui-ci. L’un de vous est télépathe ? Parfait. Vous nous direz ce que vous trouverez dans cette direction. Je vais prendre celui-ci, Aquila, avec moi. Si les choses se corsent, donnez l’alerte.

D’un signe de la tête, les hommes acquiescèrent. Deux d’entre eux regardaient la jeune femme, je m’adressais à eux d’un ton ferme.

- Un problème ?

Ils secouèrent la tête sans broncher, puis l’un crachat à terre. Le braconnier, le regard hagard, commenta.

- Vous y arriverez à deux ? Les bois sont peu hospitaliers par ici…


J’eus un sourire moqueur en croisant les bras avant de reprendre avec une pointe d’humour.

- Vous l’avez entendu, elle n’a peur de rien. Alors… Autant en profiter.


Les mentons se redressèrent et sur un geste de la main, les mercenaires tournèrent les talons et partirent de leur côté. J’attendais un peu avant de me tourner vers Aquila, le regard plein de reproches. Une longue inspiration me fit gonfler le torse avant que je ne me décide à adresser quelques mots à la jeune femme avant de m’engager sur la piste où la nature avait repris ses droits.

- Y a quelque chose de magique entre toi et moi. Un champ magnétique qui ne s’explique pas. Mais ce n’est pas pour autant que tu dois monter dans les tours. Je n’ai pas besoin de toi, en revanche toi, c’est de la récompense que tu as besoin. Alors on va reprendre nos rôles et s’y tenir. Si ça ne te convient pas, tu peux partir. Je ne te retiens pas.

D’un pas assuré, je me mettais en marche, mes sens en alerte, sondant de ma magie les alentours. J’étais à l’écoute de la flore, de la faune qui vivait là, mais également des remarques et commentaires de ma partenaire. J’avais fait l’effort d’adoucir mon ton avec elle, d’utiliser le tutoiement pour la rapprocher de moi et de lui donner une place à mes côtés pour qu’elle n’ait pas besoin de prouver qu’elle avait sa place ici. Que pouvais-je faire de plus pour calmer le jeu ? Lui confier la dent ? Impossible. Elle devait d’abord me prouver que je n’étais pas le seul à faire des efforts, me montrer que je pouvais lui faire confiance. La lumière qui l’entourait n’était pas suffisante à mes yeux pour que je puisse aveugler lui confier cet objet qui pourrait me coûter ma place au sein de l’Empire.
Aquila
◊ Animatrice ◊
Aquila
Aquila
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12437-aquila-ne-pas-oublier-la-monnaie
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12436-aquila-open-your-wings-evil-angel
Nombre de messages : 363
Rôle : mercenaire / chasseuse de tête / messagère du dieu de la discorde

Plus sur le personnage
Âge: 27 - 32 ans
Race: Maître-Magicienne/ Quscpasseribus
Aquila
Dim 30 Juin 2019, 00:50
Aquila s’était peut être un peu trop enjaillée. Elle s’était rapprochée du sorcier en quelques pas et ses ailes s’étaient gonflées légèrement, si d’un sentiment d’insécurité certains. Il y avait quelque chose ici, qui ne lui disait rien qui vaille. Cette magie qu’elle avait ressentie, n’était en rien comparable avec ce qu’elle connaissait déjà. Mais peut-être n’avait-elle pas eut l’occasion de côtoyer tant de sorcier que cela ? Après tout, son mentor mercenaire lui avait appris quelques tours, mais n’avait jamais été capable de lui apprendre la vraie magie, celle qui habitait la Quscpasseribus et qui ne demandait qu’à s’exprimer. Aquila était en retard sur sa magie, elle le savait, son père lui rappelait constamment. Et si.. Et si cette énergie qu’elle avait détectée n’était en rien reliée à cette enquête qu’il menait ? Et si tout cela la dépassait elle, mais aussi tous les autres ? Un léger frisson lui parcouru l’échine, et elle préféra passer à autre chose. Se calmer. Oui, elle devait se calmer. Et elle laissa donc Gédéon gérer ses hommes – hommes sur lesquels l’emprise qu’avait légèrement eu Aquila n’existait désormais plus. Par son père, qu’est-ce qui lui prenait, tout d’un coup ? Un coup de froid ? Un coup de chaud ? Peut-être était-ce la faute de cette auréole blanche qui entourait le sorcier. Peut-être était-ce de sa faute. **La paranoïa ne te ressemble pas, Aquila. ** souffla une voix dans son esprit, suave, grave et surtout terrifiante. Cela faisait un certain temps que la jeune femme n’avait pas eut à faire à son paternel, et elle ne s’en était pas mal trouvé. Pour que le dieu daigne venir lui parler, quelques chose devait se passer.. Ou quelque chose allait se passer. Dans tous les cas, entendre la voix de son père lui rappela un instant qui elle était.

Lorsqu’elle retourna à la réalité de la situation, Aquila se retrouva un peu perdu. Elle n’avait peur de rien ? Evidemment qu’elle n’avait peur de rien, qu’elle était cette ironie dans la voix du sorcier ? Avait-il décidé une nouvelle fois de la rabaisser ? La Quscpasseribus fronça légèrement les sourcils. S’il cherchait le combat, elle serait ravie de lui montrer de quoi elle était capable, vraiment capable. **Bieeeeen. Bieeeeen.**, siffle la voix, encore.

Aquila observa les têtes d’œufs s’en aller sur le chemin de gauche, avant que le sorcier de l’empire ne se tourne vers elle, et pousse un profond soupir, avant de simplement la ramener à une place de sous-fifre dont elle avait assez. Besoin de l’argent ? Non. Envie de l’argent ? Oui. Et donc partir n’était pas une option. Partir et abandonné n’était jamais une option. Sinon, elle se serait rendue il y a de cela des années, et ne serait pas actuellement à la solde de l’empire. Enfin, cette mission avec un sorcier, aussi magique soit-il, n’était définitivement pas aussi intéressante et palpitante que son mois passé à Béryl en compagnie d’un certain chevalier. Mais, elle devait supposer que les Chevaliers de l’Empire avait ce petit quelque chose en plus dont manquait cruellement l’ordre des magiciens. Enfin, tous les citoyens et serviteurs de l’empire ne pouvait pas être intéressant. Elle en avait déjà trouvé un, il ne fallait pas demandé la lune.

- Hmm. Ok., répondit-elle, d’un haussement d’épaule, avant de prendre la suite du sorcier.

Qu’allait-elle répondre de plus ? Elle avait déjà bien trop parlé, il était temps d’arrêter. Non, il était temps d’arrêter de vouloir semer la discorde ici. Elle n’était pas son père et plus vite elle menait à bien cette mission, plus vite elle serait en mesure de retourne à son pied à terre, voire même à Pikay. Qui sait, peut-être que l’empereur avait – enfin ! – quelque chose d’intéressant à lui proposer ? Peut-être même aurait-elle de nouveau droit à sa babysitter préférée ? Ou peut-être pourrait-elle aller prendre l’air marin ? Le sel abimait incontestablement sa chevelure, mais l’iode lui nettoyait lui poumon, et la compagnie, certes blonde, était loin d’être désagréable. Elle pouvait sinon rejoindre quelques jours la belle et précieuse Béryl. Incertaine d’être bien reçu, elle trouverait bien une ou deux personnes attentionnées, dans le lot.

- Il n’y a rien entre vous et moi., dit-elle finalement, après avoir tout de même tenu deux minutes sans ne rien dire (penser à ses amants était efficace, oupas !). Les dieux semblent penser le contraire, mais il n’est jamais bon de faire confiance aux dieux, dit-elle, simplement.

Et cette chose magnétique, comme il disait, Aquila s’en fichait comment de sa première nuisette. Pour elle, cela n’existait. Et certes, elle devait l’avouer, l’homme était plutôt agréable à regarder, mais son ton et ses manières agaçaient bien trop la mercenaire qui regrettait bien d’avoir pris la place de la mercenaire originelle. Et puis, ses ailes gonflèrent et ses poils se hérissèrent.

Il y avait quelque chose devant.

Sans rien dire, sans prévenir, Aquila utilisa sa magie pour pousser Gédéon sur le côté. Un filet apparu alors soudaine. Il pendait à un arbre, vide, sa proie étant par terre, sale, mais sauve. Pourquoi n’avait-elle pas laisser la chose se passer ? Pourquoi l’avait-elle poussé ? Elle aurait put se débarrasser de lui sans n’avoir rien à faire.

- Ne me remerciez pas, surtout, siffla-t-elle, avant devant lui, sans l’aider à se relever et de continuer sur le chemin qu’il suivait depuis un moment.

Une chose était sûre, tout cela n’avait rien d’animal, mais cela, le détective en chef pouvait bien le deviner tout seul, n'est-ce pas?
Gédéon
Gédéon
Gédéon
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12859-gedeon-coeurdencre-sorcier-d-argent#155078
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12853-gedeon#155019
Nombre de messages : 96
Rôle : Sorcier - Touriste - Noble d'Argent

Plus sur le personnage
Âge: 25 - 30 ans
Race: Humain
Gédéon
Jeu 04 Juil 2019, 06:55
Alors que j’allais, sans le vouloir, déclencher un piège, Aquila me poussa part sa magie et me fit atterrir dans les ronces et la boue. L’avais-je encore froissé ?! Si c’était le cas, ce n’était absolument pas voulu. Quelle bestiole la piquait encore ?! Je désapprouvais son comportement et en levant les yeux au ciel, j’interrogeais les dieux. Par Parandar, pourquoi elle ?! Bien que je n’étais pas certains d’apprécier d’avoir une âme sœur, j’avais toujours été un bon croyant et nos divinités étaient précieuses à mes yeux. Est-ce une mauvaise blague ? Une épreuve pour tester ma foi et ma dévotion ? Elle était plus piquante qu’une rose et sa beauté, bien quelle soit douce, laissait un goût amer et douloureux sur ma peau. Décidément, j’avais encore du chemin à faire avec les rapports sociaux ou bien, juste avec les femmes et leur sale caractère d’avant cycle.

- Vraiment ?! Tu ne pouvais pas juste me retenir par l’épaule ? Franchement… Si tu prends ton pied à vouloir tant me voir dans la boue, tu n’avais qu’à demander, hein. J’aurais trouvé une autre façon…

J’étais agacé. Elle était une véritable peste. Je me redressais boudeur et épousseté ma tenue. Je n’aimais pas me salir les mains et encore moins mon uniforme. Cependant, je laissai cette histoire couler, car tête de mule qu’elle était, je comprenais bien qu’avec elle rien ne serait facile. Je me maudissais de l’avoir laissé venir avec nous. Elle n’était pas faite pour travailler en équipe, incapable de recevoir des ordres simples et de s’y tenir, c’était probablement un miracle si elle parvenait à réussir des missions seule. Elle pouvait être bonne sur plusieurs choses, seule, il était plus que sûr qu’elle n’irait pas bien loin. Blasé de son comportement, je finis par laisser tout cela de côté pour me pencher un peu plus sur le piège. Effectivement, il était fait par des humains, mais ça, même le plus idiot des mercenaires auraient pu le deviner. Ce qui me dérangea le plus dans mon observation des lieux, ce fut qu’il n’y avait aucun bruit. Pas un oiseau ne piaffait. Pas une souris ne courrait dans la végétation, pas même un papillon semblait s’être perdu dans l’étroitesse de cette flore. L’air inquiet, j’appelais ma partenaire.

- Aquila ?


Aucune réponse. Elle n’était même plus dans mon champ de vision. Prudemment, je me mis à sa recherche. À travers les feuillages, je remarquais que le soleil se teintait de rouge, le crépuscule était déjà là et je n’avais reçu aucune indication de l’autre partie du groupe. Je projetais alors mon esprit vers les hommes et ne reçus aucune réponse. Le chaos régnait en maître. La main sur la garde de mon épée, je réfléchissais aux options que je pouvais envisager. Ils pouvaient être mort, trop loin de moi ou fermés à mon appel. Dans tous les cas, cela ne m’aiderait pas à retrouver la mercenaire. Mais là, je pouvais choisir de la laisser seule et de finir de mon côté. Est-ce bien raisonnable ? Si la proposition était fort tentante, je me mis néanmoins à me mordre l’intérieur de la joue. Je n’étais pas du genre à tourner le dos à mes alliés et encore moins à mes ennemis. Nous étions assurément sur la bonne voie puisque le piège n’était pas, de toute évidence, pour les bêtes sauvages. Par la pensée, je tentais d’avoir des nouvelles de cette péronnelle qui méritait bien une bonne fessée.

* Aquila ? Où es-tu ? *
Aquila
◊ Animatrice ◊
Aquila
Aquila
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12437-aquila-ne-pas-oublier-la-monnaie
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12436-aquila-open-your-wings-evil-angel
Nombre de messages : 363
Rôle : mercenaire / chasseuse de tête / messagère du dieu de la discorde

Plus sur le personnage
Âge: 27 - 32 ans
Race: Maître-Magicienne/ Quscpasseribus
Aquila
Ven 12 Juil 2019, 18:24
Aquila n’écouta pas les remontrances de Gédéon. Aurait-elle put lui faire éviter ce piège autrement ? Très certainement. Mais le pousser grâce à sa magie était bien plus rapide et efficace que toutes autres solutions. Aussi pouvait-il bien se plaindre autant qu’il le souhaitait, la Quscpasseribus n’en avait strictement rien à faire. Passée devant le sorcier, la magicienne se contenta d’un simple haussement d’épaule. Il était certainement mieux de ne rien lui répondre, ou elle risquait, non pas de le faire tomber une nouvelle fois dans la boue, mais de lui faire manger cette terre encore imbibée d’eau de la dernière pluie. Elle resta silencieuse, continuant d’avancer, ignorant tant bien que mal ce souffle rauque qu’elle entendait en penser. Ce rire malsain qui lui faisait parfois fermer les yeux, alors qu’elle avançait toujours plus sur ce petit chemin, en oubliant presque son compagnon de route. Elle avançait, se prenant parfois une ou deux branches dans ses ailes, si grandes qu’elles la handicapaient presque dans cette basse forêt. ** Cours donc, cours donc.** murmura son père, si proche de son oreille, qu’un frisson la gagna tout entière. **Ton Ame-Sœur, c’est charmant.** ajouta-t-il, railleur.

Son âme-sœur ? SON AME-SŒUR ? Aquila s’arrêta d’avancer, elle avait depuis longtemps perdu son âme-sœur, de toute façon. C’était donc cela ? Cette aura, cette douce lueur blanche qui entourait le sorcier. Mais c’était tout bonnement ridicule ? Elle, une âme-sœur ? Pour qui les dieux la prenaient-ils ? L’une de ses humaines ridicules ? Noon, Aquila refusait d’y croire. Peut-être s’agissait-il seulement d’une erreur ? On d’un nouveau pouvoir qui s’éveillait ? Après tout, cela était possible. Elle avait l’impression d’en découvrir chaque fois davantage. N’avait-elle, par mégarde, manipuler les peurs d’un paysan ? Ces dernières étaient bien ridicules, elle devait l’admettre. Mais tout de même, le regard qu’elle avait vu dans le regard du fermier, en un instant à peine, avait été intense et agréable en même temps. Qui pouvait savoir ce dont elle était capable ? **Moi je sais. Et c’est formidable** lui souffla la voix de son paternel, froide, basse mais terrible. Aquila soupira, et réfléchis un instant. Elle avait perdu Gédéon, peut-être était-ce le bon moment pour finalement se la jouer solo ? Encore fallait-il qu’elle trouve un moyen de quitter cette forêt humide et insupportable.

Elle repris sa marche, lorsque la voix du sorcier raisonna dans son esprit. Qu’avait-il ? Etait-il perdu ? Un roulement des prunelles de ses yeux plus tard, et Aquila fit demi-tour, toujours aussi silencieuse. Elle suivi l’énergie du sorcier, enfin tenta. Que se passait-il exactement ? Gédéon était bien là, elle l’avait entendu, mais le reste semblait bloqué. Elle retrouva néanmoins le sorcier sans trop de problème, puisqu’elle n’avait fait que suivre le petit chemin.

- Ici, répondit-elle, avant d’étirer ses fines lèvres en un sourire railleur. Qu’est-ce qui vous arrive ? Vous avez vu le grand méchant loup?, lança-t-elle, moqueuse.

Elle s’avança jusqu’au niveau du chevalier, ne pris même pas la peine de lui expliquer pourquoi elle avait disparu un instant.

- Quelque chose bloque ma magie, quelques plus loin. Je vous ai entendu, mais impossible de ressentir votre énergie magique, dit-elle, sans avoir besoin de rajouter qu’elle aurait la sentir. On devrait aller voir de plus prêt. Vous avez des nouvelles de vos baboons ? demanda-t-elle.

Ce petit moment toute seule semblait lui avoir du bien, ou peut-être était-ce l’absence de commentaires de la part de son père. Avait-il était appelé ailleurs ? Etait-il aller régler lui-même ce problème d’âme-sœur ?

- Allons-y ! s’exclama-t-elle alors, Et ne vous arrêtez pas, cette fois, ajouta-t-elle, avant de ricaner quelques secondes, et de partir dans la même direction qu’elle avait prise plus tôt.
Gédéon
Gédéon
Gédéon
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12859-gedeon-coeurdencre-sorcier-d-argent#155078
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12853-gedeon#155019
Nombre de messages : 96
Rôle : Sorcier - Touriste - Noble d'Argent

Plus sur le personnage
Âge: 25 - 30 ans
Race: Humain
Gédéon
Mar 13 Aoû 2019, 15:21
La créature ailée réapparu et elle semblait, une fois de plus, moqueuse. Si pour elle, il n’y avait qu’un chemin sinueux, pour ma part trois s’étaient dessinés. Ses remarques me permirent de confirmer mes craintes. Il y avait bel et bien une affaire douteuse dans cette végétation. Suivant ma comparse de près, nous nous avançâmes jusqu’à une place dépourvue d’arbres. On ne pouvait pas dire que c’était une clairière, car le manque de végétaux avait été souhaité par l’homme. Nous avions trouvé le repère de notre fameuse bête, qui n’avait pour l’heure rien de bestiale. C’est avec prudence que je m’avançais sur ce territoire en faisant signe à Aquila de ne faire aucun bruit et de garder les yeux bien ouverts. Plutôt, je lui avais confié que je n’avais pas pu contacter les hommes qui nous avaient accompagnés ici et j’avais la forte impression que cette magie d’obstruction n’en était pas principalement la cause. Contrairement au moment où j’avais tenté de joindre ma partenaire, où je n’eu pas l’impression de trouver mon but ou de l’attendre indéfiniment. Pour eux, j’étais certain que le message était arrivé à destination et était resté sans réponse. C’était comme un fil tendu qui ne vibrait pas à mon appel.

Lentement, je déambulais à côté de certaines zones où la terre semblait avoir été remuée. Je doutais fortement qu’on vienne semer ici. Les deux idées qui me vinrent à l’esprit furent des tombes ou la recherche d’un bien précieux. Un peu plus loin, un trou d’une profondeur indéterminé semblait servir de puits. Hélas, nous n’eûmes pas le temps de découvrir ce qu’il renfermait, car des braillements venaient en notre direction. Je fis signe à Aquila de se cacher, pour ma part, je me fondais dans les ombres pour guetter ces nouveaux visiteurs. À cette heure, le soleil était sur le point de se coucher et couvrait de ses derniers rayons les bois d’un voile chaud et orangé. L’instant était en ma faveur, bientôt les ombres furent suffisamment nombreuses pour que je me glisse tel un serpent d’un endroit à un autre. Camouflé à la perfection dans cette obscurité, je viens me poster à la droite de la jeune femme lorsque les visages des mercenaires se montrèrent. Sans me montrer, toujours unis aux ombres, je lui sifflais moqueusement :

« Bien. Bien. Voyez-vous ça… Finalement, tu étais vraiment aussi blanche que neige. Je n’aurais jamais pensé que ces hommes aient suffisamment d’intelligence pour montrer pareille petite affaire. »


Nos hommes étaient des contrebandiers, qui dérobaient quelques butins, pour ensuite les faire passer les frontières. Actuellement, ils avaient allumé un feu pour commencer à échafauder leur plan pour passer la frontière qui menait en Turquoise. Conscient qu’il était risqué de quitter Perle directement pour Turquoise, ils avaient prévu de passer par Émeraude. Leur départ pour ce royaume neutre était prévu à l’aube. L’énigme de la Bête fut rapidement élucidée lorsque le plus gras d’entre eux hissa la corde du puits pour y sortir un coffre. À l’intérieur de celui-ci, nous pûmes apercevoir une tête de loup des plus monstrueuses. Celle-ci semblait faire deux à trois fois celle d’un loup normal. Accroché à celle-ci, des pattes et un corps vidé de tout organe. Si encore l’utilisation de cette tenue grotesque était mystérieuse, on pouvait être certain que la dent que nous avions récupéré sur notre lieu d’arrivée était à cette mâchoire déformée et rapiécée de toute part. Silencieux, nous guettions leurs mouvements. Pendant que l’un tentait de réparer sa bête immonde, les deux autres s’étaient mis à creuser les tombes anonymes pour déterrer leur butin.

« Décidez à faire équipe Aquila ? »


Lançais-je à la tête de mule avant qu’elle ne décide de bondir sur leur dos pour les croquer tout crue.
Aquila
◊ Animatrice ◊
Aquila
Aquila
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12437-aquila-ne-pas-oublier-la-monnaie
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12436-aquila-open-your-wings-evil-angel
Nombre de messages : 363
Rôle : mercenaire / chasseuse de tête / messagère du dieu de la discorde

Plus sur le personnage
Âge: 27 - 32 ans
Race: Maître-Magicienne/ Quscpasseribus
Aquila
Mer 28 Aoû 2019, 04:48
Cette mission était bien trop étrange. Tout cela puait beaucoup trop la magie, et pour parvenir à bloquer la sienne, il en fallait un certain paquet. Comment était-ce possible ? N’étaient-ils pas supposés traquer une bête ? Certaines créatures pouvaient s’avérer magique, en effet, mais pas dans la campagne Perloise. Il fallait aller les chercher bien plus loin, dans les terres magiques de Fée et les épaisses forêts des terres interdites, près de Béryl.  Mais ici, dans la petite forêt Perloise, surement pas. Et si Aquila ne connaissait certainement pas toutes les créatures d’Enkidiev, elle en savait assez pour être en mesure d’assurer et de croire en ce qu’elle pensait. Alors, par son père, que se tramait-il la dessous ? Son père, d’ailleurs, qui lui fichait enfin la paix. De cette façon, elle ne perdit pas son compagnon de route derrière lui. Sorcier si sûr de lui qui dénotait avec la nature qui l’entourait. Aquila l’imaginait bien davantage assis sur un vieux fauteuil dans une haute tour poussiéreuse à rechercher l’origine même de la magie ou bien encore auprès d’un roi, ou d’un gouverneur prodiguant quelques conseils. Mais, qui voudrait des conseils de ce genre d’individus ? La mercenaire se le demandait bien, et se disait aussi qu’à Irianeth, plus rien ne la surprenait. Après tout, elle-même était encore en vie, parce elle ne savait qu’elle hasard ou magie. Alors, tout pouvait arriver, n’est-ce pas ? Et si Gédéon avait été promu au rang de sorcier, peut-être y avait-il une bonne raison, chose que la Quscpasseribus n’avait pas encore découvert, mais avec cette lueur d’âme sœur qui les reliait, nul doute qu’elle finirait par en savoir plus, un jour ou l’autre.

L’homme lui avait d’ailleurs confié ne pas avoir eu de réponse de la part de ceux qu’il avait engagé, précisant que l’absence de réponse ne semblait pas venir d’un problème de magie, mais d’autre chose. Ces hommes avaient-il abandonné la mission ? Avaient-ils été tués ? Aquila n’eut gère le temps de se poser davantage de question que déjà, ils arrivèrent à une clairière, créée de toute part par l’homme, lorsque quelques braillements se fit entendre. La jeune femme rapprocha ses ailes de son corps menu, et se cacha derrière un buisson. Ses pupilles suivirent avec grand intérêt les quatre hommes, ceux-là même qu’avaient engagé Gédéon la veille.

- Qu’est-ce que.., commença-t-elle à murmure, ne comprenant pas ce que ces trois hommes foutaient là.

Elle ignora les remarques de Gédéon qui semblait d’ailleurs avoir disparu, et observa la scène devant elle. Le plus gros des mercenaires s’était assis après avoir récupérer une peau d’ours gigantesque d’un puit. Mais, comme l’avait si bien dit le sorcier, ces trois-là étaient bien trop idiots pour fomenter un coup pareil. Après tout, pourquoi se seraient-ils engagés auprès du sorcier d’Argent pour se traquer eux-mêmes ? Tout cela n’avait aucun sens. Ou alors.. Ou alors, il y avait autre chose. Anguille sous roche, baleine sous rocher. Elle n’avait pas ressentit la moindre once de magie dans le sang de ces camarades de route… Elle se tapis davantage dans l’ombre.

- Il y a autre chose, un magicien. Ces quatre là ne sont pas magique, dit-elle, avec toute l’assurance qu’elle possédait.

Et c’était ce magicien qu’elle redoutait. Après tout, elle sentait sa magie, mais n’était pas en mesure de le localiser. Serait-elle en mesure de l’abattre ? Allait-elle vraiment devoir faire équipe avec Gédéon ? Elle ne semblait pas avoir le choix.

- Allons-y ! Ces baboons se sont assez moqué de nous et advienne que pourra


[HRP : Je te propose un dé, celui de Nataleigh :
fille : Gédéon & Aquila attaquent les quatre hommes qui n’opposent pas plus de résistance que cela, et seulement à la fin de l’attaque, le magicien fait son apparition. Il s’attendait à un sorcier d’Irianeth, mais pas deux : bonne prise !
garçon : Gédéon & Aquila lancent leur attaque mais le magicien les empêche de tuer ses baboons. Il s’attendait à un sorcier d’Irianeth, mais pas deux : bonne prise ! ]
Gédéon
Gédéon
Gédéon
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12859-gedeon-coeurdencre-sorcier-d-argent#155078
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12853-gedeon#155019
Nombre de messages : 96
Rôle : Sorcier - Touriste - Noble d'Argent

Plus sur le personnage
Âge: 25 - 30 ans
Race: Humain
Gédéon
Mer 04 Sep 2019, 10:12
Remonté à bloc, je me faufilais d’ombre en ombre pour gagner le cœur de la clairière et me matérialiser dans le dos des bandits. L’idée n’était pas de les tuer, j’avais besoin d’eux vivants pour les mener à une geôle de torture afin de connaître l’identité de leur chef. Aquila parlait beaucoup, mais elle ne disait pas que des bêtises finalement. Ces benêts étaient dépourvus de magie et ils étaient probablement venus surveiller leur planque. Quel meilleur moyen pour guetter les fouineurs que de s’infiltrer parmi eux ? Ainsi, à nos côtés, ils pouvaient être au courant de nos agissements, de notre avancée dans cette enquête, pendant que leur Maître était bien caché, je ne sais où. C’était plutôt lui, à vrai dire, qui m’inquiétait. Par télépathie, j’envoyais donc mon accord à la femme mi-oiseau pour qu’elle rentre en scène. Elle pouvait mener l’attaque et se dégourdir les ailes comme elle le voulait, je m’occuperais de couvrir ses arrières et d’en effrayer quelques-uns avec les ombres.

** Les Dames d’abord. Dévoilons donc nos merveilleux atouts à ces ânes bâtés…**


J’accentuais l’apparition de quscpasseribus par un accompagnement frétillant d’ombres cadavériques. Les trois hommes, surpris dans leur agissement, furent lents à saisir les armes et peu agiles pour les manier. En même temps, pouvait-on leur en vouloir ? Voir si séduisante créature s’éveiller dans la nuit pour fendre sur vous sa rage furieuse et guerrière ? Aquila avait tout d’une redoutable chasseuse. Sa silhouette féline révélée une souplesse digne d’une demi-déesse. Ses longs cheveux blancs étaient aussi éclatants que des fils d’argent qu’on pourrait supposer aussi tranchant que les lames les plus affûtés de la colonie Argentaine. Pendant ces instants de confrontation hargneuse, elle me sembla même séduisante dans sa rage fougueuse. Dans l’ombre, j’accompagnais ses pas, ses mouvements, pour bloquer et dérouter le trio de mortel qui ne savait plus où donner de la tête. Leurs armes fendaient l’air, mais ne tranchait ni les vents, ni les chairs et se heurtèrent aux illusions d’ombrageuses qui reflétaient la guerrière.

Alors qu’Aquila menait à bien les trois hommes en respect, une boule de feu d’un bleu luminescent vint en ma direction. D’un souffle, ou plutôt d’une esquive chanceuse agrémentée d’une brise victorieuse, j’hésitais de flamber comme un vulgaire rôti. Une odeur de cochon grillé vint à mes narines. Il s’en était fallu de peu. Bravant les prochains assauts, je viens me poster aux côtés de la mercenaire prenant tantôt son bras, tantôt sa main pour la faire valser et tourner. Notre danse improvisée venait synchroniser nos mouvements et une harmonie combative rendait la bataille plus intense et sportive. Entre les coups d’armes et les assauts magiques, chacun y mettait du sien pour veiller sur l’autre dans cette danse aux contacts si physique qu’elle aurait été bannie des cours pour attentat à la pudeur et aux mœurs. Dans un dernier effort, je tirais ma compagne de jeu par la main pour la plaquer contre mon torse afin d’activer de ma main valide l’un de mes boucliers. Là, nous pûmes souffler un court moment pendant que le Mage nous montrait enfin son véritable visage.

Descendant des cieux tel un être divin, lover dans sa cape d’un noir funèbre, le mage mi-homme, mi-démon venait se poser devant ses sbires. Son sourire carnassier et ses yeux rouges luisant comme des rubis à la lueur des flammes ne m’inspiraient aucun réconfort. La main posée sur le bas du dos d’Aquila, je murmurais à son intention un :

- Et maintenant ?

Elle était donc là notre force. Il ne s’agissait pas d’un lien harmonieux et mielleux qu’aimaient compter les vieilles filles à chat, mais plutôt d’une harmonie dans la synchronisation de nos esprits et actions lors d’un combat. J’avais chaud, mon cœur battait à tout rompre dans ma poitrine et la soif me tiraillait tellement que je m’humidifiais les lèvres avant de donner mon dernier coup le plus puissant de cette soirée. La sueur perlait sur mon front et venait tremper les mèches rebelles qui étaient venues s’y coller. Je comptais sur Aquila pour donner le coup de grâce. Un coup suffisamment fort pour sonner le meneur, les autres n’avaient plus d’importance.

** Aquila, je vais les aveugler. Toi, vole, monte au plus haut pour donner ton plus puissant coup. **

Je lâchais alors son dos pour joindre mes deux mains ensembles et fendre le bouclier que j’avais initié. Une vague noire plongea la clairière dans une zone sans issue, sans lumière. Vraiment sans lumière ? Non. Le demi-démon brillait de sa flamme charismatique d’un bleu azuréen. Un genou à terre, retenant mon corps de basculer en avant grâce aux bouts de mes doigts sur la terre brûlée, j’inspirais profondément pour puiser dans mes dernières ressources magiques et me fondre dans ce décor ténébreux. Ainsi, le temps de rassembler mes dernières forces, j’étais à l’abri des yeux du Mage Noir.
Aquila
◊ Animatrice ◊
Aquila
Aquila
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12437-aquila-ne-pas-oublier-la-monnaie
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12436-aquila-open-your-wings-evil-angel
Nombre de messages : 363
Rôle : mercenaire / chasseuse de tête / messagère du dieu de la discorde

Plus sur le personnage
Âge: 27 - 32 ans
Race: Maître-Magicienne/ Quscpasseribus
Aquila
Jeu 05 Sep 2019, 06:31
Alerte, Aquila ne quittait pas la petite clairière des yeux, et notamment ces trois occupants qui n’avaient pas encore repéré les deux magiciens. La Quscpasseribus hésitait encore entra la stupidité totale ou une intelligence étonnante. Elle tenta furtivement de pénétrer l’esprit de l’homme qu’elle avait commandé la veille, mais rien. Une barrière magique, infranchissable entourant maintenant les pensées du mercenaire, et Aquila ne pouvait rien faire face à cela. Tout cela était nul doute une manœuvre de l’autre. Celui qu’on ne voyait pas, mais qui pourtant, était bien présent. Oh, la jeune femme en était sûre ! Le cerveau de cette opération était là, tapis dans l’ombre de la forêt, prêt à attaquer. Mais pour qu’il daigne se montrer, encore fallait-il lancer la bataille. Elle attendit cependant l’accord du sorcier d’Argent – elle ne savait pas pourquoi, d’ailleurs – et lorsque celui-ci lui confirma son idée, plus rien ne la retint dans l’ombre de la forêt.

La bête était lâchée, et, après seulement quelques pas, elle put déployer ses ailes noires, attirant l’attention des trois baboons sur elle. Un sourire aussi sombre que ses plumes qui lui permettaient de voler, Aquila quitta souplement la terre ferme pour s’envoler. Ce décollage sembla réveiller les trois mercenaires qui se jetèrent sur les premières armes qu’ils pouvaient trouver avant que le vent de la Maître-Magicienne ne vienne couper court à toute tentative. Elle lança alors ses attaques magiques sans ménagement – Gédéon les voulait vivant, mais avoir ce qu’on voulait ne faisait pas parti du jeu du monde ! La mercenaire virevoltait au-dessus des trois hommes, sentant la présence ombresque du sorcier auprès d’elle, déviant une lame, lui permettant d’affliger encore davantage de dégât aux trois hommes de mains. Et bientôt, la Quscpasseribus délaissa les airs pour retrouver la dureté du sol. Face au trois soldats – bien pathétiques ! – elle fut toutefois en mesure de sentir la boule de feu se diriger tout droit vers Gédéon. Afin de ne pas perdre celui qui allait la payer à la fin de la journée, elle fit souffler une bourrasque en direction de l’homme, l’aidant ainsi dans son esquive.

Gédéon la rejoins ensuite, l’entraînant dans une danse de combat qu’Aquila n’avait jamais expérimenté par le passé. Et pourtant, elle avait l’impression d’avoir fait cela toute sa vie. Elle savait exactement à quel moment ils devaient échanger leur place, et elle n’avait pas besoin de calculer quoi que ce soit. Tout était fluide et.. parfait, comme un ballet répété pendant des heures interminables, alors qu’il n’en était absolument rien. Pour faire diminuer les assauts, Aquila lança magiquement un poignard dans le cœur de l’un des mercenaire, le gros qui avait commencé son début de soirée à raccommoder sa peau de loup. A peine l’homme s’effondra au sol que Gédéon la ramena contre lui avant de les entourer d’un bouclier protecteur. Aquila était essoufflée, mais l’adrénaline était bien trop concentrée dans son sang pour que faire une pause lui soit vraiment bénéfique. Elle prit toutefois une grande inspiration – se surprit à penser que Gédéon sentait bon, même s’il transpirait ! – avant de jeter un regard en coin au demi-démon qui descendait du ciel. Elle plissa le regard.. Pour qui se prenait-il ? A la question du sorcier, Aquila ne répondit rien. Pour les démons, elle avait une arme infaillible : l’humidité et l’électricité. Alors, elle hocha silencieusement la tête lorsque Gédéon lui proposa son plan, ses yeux toujours posés sur leur adversaire.

A l’instant ou une fissure suffisamment grande se fit dans le bouclier du Sorcier, Aquila s’envola. Ses ailes déployées, elle en appela aux vents qui firent venir des nuages noires emplis de pluie. Et celle-ci se mis à tomber, sur le demi-démon et sur la petite clairière. Et puis, vint les grondements d’un ciel en colère et enfin, la foudre. Elle manqua une première fois son coup ou alors son adversaire esquiva. Mais le deuxième en fut tout aussi puissant, éteignant un cri de rage naissant de la gorge du magicien, qui s’écroula finalement sur un sol déjà détrempée par la pluie qui continua, et continueras toute la nuit. Aquila relâcha alors les éléments qu’elle avait appelé, et retrouva, haletante, le sol. Elle atterrit aux côtés de Gédéon, près du demi-démon.

- J’y suis peut-être allée un peu fort, dit-elle, en soupirant après s’être agenouillé auprès du corps inerte de l’homme dont les yeux rouges étaient restés ouvert.

Elle se releva, et haussa les épaules. Gédéon lui avait donné son plus fort coup, elle lui avait donné. Elle fit quelques pas, ses bottes noires tâchés d’une bouillasse brune répugnante et constat que les deux survivants de cette bataille n’avaient pas demandé leur reste et étaient partis. Aquila poussa un long soupir.

- Eh bien, voilà une mission accomplie !, dit-elle finalement, pas réellement sûre d’en être véritablement heureusement. Qu’allait-elle faire, maintenant ? Puisque vos trois autres mercenaires ne sont malheureusement plus des nôtres, j’accepte volontiers leur part de la récompense.

Si elle était magiquement épuisée, Aquila ne perdait que très rarement le nord. Elle se posa alors devant le sorcier, tête haute, ses ailes déployées dans leur totalité et les cheveux trempées par une pluie qui ne s’arrêtait plus. Elle ne payait pas de mine, mais son regard bleu azuré traduisait toute sa détermination. Et après tout, cet argent, elle l’avait bien mérité !
Gédéon
Gédéon
Gédéon
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12859-gedeon-coeurdencre-sorcier-d-argent#155078
http://rpg-chevalier.forumactif.com/t12853-gedeon#155019
Nombre de messages : 96
Rôle : Sorcier - Touriste - Noble d'Argent

Plus sur le personnage
Âge: 25 - 30 ans
Race: Humain
Gédéon
Lun 16 Sep 2019, 11:43
La pluie battait la terre encore électrisée par le dernier coup de ma partenaire. Elle n’avait pas qu’électrisée la zone et cet idiot de mage si vous voyez ce que je veux dire… Satisfait après son coup fatal, je repris forme humaine et vint inspecter le corps sans vie de notre demi-démon. Dommage, vivant, il aurait été plus intéressant, mais j’avais bon espoir qu’un nécromancien de l’ordre pourrait le faire parler. Un genou dans la boue, mon coude appuyé sur l’autre, je regardais les dégâts de la belle avant de poser sur elle mes mires glacés. Elle était surprenante, dangereuse, puissante magiquement, en somme, cette facette d’elle me plaisait bien. Avec un sourire moqueur, je lui dis :

« Bien. Tu n’y es pas allé de main morte… Je tâcherai de m’en souvenir la prochaine fois que je t’embêterais… »


Je haussais un sourcil et laissais un sourire railleur lorsqu’elle enchérit avec le fait qu’elle y soit allée un peu trop fort. Pendant qu’elle reprenait son souffle, je sortis mon épée et donnais quelques coups sur la nuque du mage mort. Une fois sa tête séparée de son corps, j’attrapais celle-ci par les cheveux et allais ouvrir le sbire mort pour récupérer son cœur. Si lui sa tête ne m’intéressais pas, en revanche, son cœur serait parfait pour quelques potions et dissections. Une fois ma collecte faite, je défis ma cape pour emballer soigneusement mes morceaux avant de mettre le tout dans un sac en toile de jute qui traînait sur le site. Je glissais également à l’intérieur le costume de bête et cachais par une illusion les cargaisons de nos armements. J’allais poursuivre mes affaires en donnant magiquement ma position aux chevaliers de l’Empire lorsque la guerrière revint me faire causette. J’essuyais mon épée sur le corps du mage noir et la rangeais dans son fourreau avant d’accorder à la meurtrière toute mon attention. Décidément, elle ne quittait pas de vue ses objectifs celle-là ! Je lui jouais un air faussement surpris en balançant le sac sur mon épaule.

« Ah ! Rien que ça ? »

Je pris un air pensif, me frottais le menton en regardant au loin, me jouant un peu d’elle et de son visage détrempé.

« Humm… On en a quand même perdu deux. Alors la mission n’est pas vraiment accomplie. Si tu acceptes de rentrer avec moi et de passer demain matin à la caserne pour donner une description des deux sbires qui ont filé… Alors peut-être que … »


Roulant des yeux vers les cieux, je ne pus m’empêcher d’éclater de rire face à l’impatience de la mercenaire. Puis je rebroussais chemin pour retourner auprès de ma monture temporaire. Sur le chemin, je lui confirmais qu’elle aurait effectivement la part des idiots.

« Allez viens. Je vais te signer tes gages à l’auberge, tu pourras les retirer à la trésorerie de Perle à l’aube. Tu pourras y manger, t’y chauffer et t’y reposer à mes frais. Je te dois bien ça… Prends la monture qui reste, on va la ramener aussi. Uth’ me ferait une vie si je la laisse sous cette pluie battante. »

Le retour me parut, même s’il fut de nuit, bien plus court qu’à l’allée. Je profitais de ce temps pour indiquer à quelques chevaliers la position où se trouvaient les ressources volées. Peu de temps plus tard, nous croisâmes l’équipe de renfort, qui après un bref arrêt pour nous saluer, se pressa pour aller ramasser les biens de notre Empereur. Lorsque nous arrivâmes au village, une fois que les bêtes furent mises au sec, nous pûmes frapper à l’arrière de l’auberge pour rentrer. Le commerce était clos, mais l’aubergiste avait l’obligation de venir m’ouvrir puisque j’étais encore en mission. Sans ménagement, je demandais à ce qu’on me monte de la nourriture et qu’on me fasse couler un bain chaud dans la chambre que je louais. C’était la plus coûteuse alors je n’avais aucun scrupule à réclamer quelques caprices à cette heure surtout après ces dernières heures passées dehors. Si beaucoup pouvaient y voir de l’arrogance, à mes yeux, cela ne l’était pas. Les gens d’ici avaient réclamé l’aide des ordres, alors je trouvais qu’ils pouvaient être reconnaissants que je mette ma vie en danger pour sauver la leur. Bon. J’étais peut-être aussi habitué à quelques folies dont ils n’avaient pas le luxe et le loisir d’avoir. Qu’importe, c’est les bottes boueuses que je prenais congé dans ma chambre. Une fois la porte poussée, j’invité la mercenaire à entrer et balançais avec lassitude le sac contre un coin de la pièce. Le feu crépitait déjà devant la cuve de bois encore vide. Je grattais une allumette afin d’allumer un cierge avant de me placer à mon bureau provisoire. Plume et encrier prêts, je commençais à écrire mon ordonnance pour le compte de la Quscpasseribus. Alors que j’étais prêt à tout signer et appliquer le sceau de l’Empire. Je fus pris d’un doute, le regard un peu brumeux, je posais mes yeux azuréens sur Aquila.

« Humm. À quel nom tu veux que je le mette ? Je doute que « Aquila » ça soit suffisant… »


L’entrée d’une jeune fille transportant de lourds seaux remplit d’eau chaude attira mon attention sur le demi-fut presque qu’à bon niveau. Une odeur de jasmin se mêlait à l’eau et venait titiller mes narines. J’appréciais terriblement cette odeur, elle me rappelait quelques choses de familier.
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 :: Empire d'Irianeth :: Colonie de Perle
Sauter vers :