Répares-moi si tu peux | Yahmé

 :: Hors Jeux :: Archives v.2 :: Lustre 2
Neelam
Rang Classique : Seccyeth
Nombre de messages : 116
Rôle : Seccyeth

Plus sur le personnage
Âge: 115-120 ans [L3]
Race: Démon
Jeu 18 Juil 2019, 13:16
Neelam
de
Jérianeth
Yahmé
T. Coudasaïe

Pas de nouvelles bonnes nouvelles
?
- An 1576 Mois 6 -
Nous sommes au beau milieu d’un après-midi d’un mois de saison chaude. Le ciel était dégagé, le soleil tapait fort, des aménagements supplémentaires avaient été installés pour que les dragons ne souffrent pas trop de la chaleur, et tout le monde semblait travailler au ralenti à cause de la chaleur.

* Hic *

Ce mini hoquet fut suivit d’un rot tonitruant. Tu te demandes sans doute pourquoi. Que signifie ce « hic ». Pourquoi rote-t-elle ? Pourquoi marche-t-elle comme un zombie dans les ruelles du village tivecca avec une bouteille de liqueur à la main qu’elle portait à ses lèvres de temps à autres ?
Mah, reprenons. Structurons un peu les choses.
Voici donc Neelam quelques heures auparavant.

« NON, non-non-non-non-non, non, noooon, non…. »

Oui, bon, ce n’était pas bien explicite et ça n’expliquait absolument pas pourquoi quelques heures plus tard, la miss déambulait ivre morte dans le village. Il faut dire que Neelam pouvait parfois ne pas être très clair quand elle parlait, c’était parfois difficile de la suivre et de la comprendre. En même temps elle était capable de sortir une phrase totalement hors sujet, tout d’un coup, sans raison valable.
Sauf que là il y avait une raison.
Bon, je cesse ce suspens inutile et vaguement tangible.
Elle avait du retard.
Tu sais ce que cela signifie généralement quand une femme a du retard ?
C’est qu’elle était potentiellement en cloque.
Et comme Neelam n’aimait pas les enfants…
Bon, je vais peut-être arrêter les retours à la ligne inutile pour faire plus de longueurs.

Donc, Neelam s’était rendu compte qu’elle avait un peu de retard. Cela lui était apparu tôt ce matin telle une révélation au petit réveil. A ce moment-là elle dormait avec Duladra. La Seccyeth se réveilla dans un cri et en sursaut car elle avait rêvé qu’elle avait des jumeaux dans les bras – non mais, des jumeaux, quelle horreur ! – donc forcément, elle s’est réveillée en hurlant. Ce qui a réveillé Duladra et le mit de mauvaise humeur. Elle se fit salement éjectée d’un coup de queue bien placée. Le nez dans la terre, elle ne s’offusqua même pas du manque de respect et de compassion de son dragon – de toute façon, c’était habituel – et elle fonça dans sa petite maison pour y chercher sa planification. Car ouais, elle planifiait son cycle, car justement elle faisait attention à ne pas retomber enceinte. Cela lui rappela qu’elle avait un fils. Du coup, elle lui envoya une lettre.
Par Parandar, elle a écrit une lettre à son fils, c’était l’apocalypse.

Elle ne savait guère s’il allait lui répondre, et de toute façon, elle ne recevra pas la lettre avant quelques jours certainement, donc il y avait de fortes chances que d’ici là, elle ait oublié à nouveau qu’elle avait un fils et qu’elle avait envoyé une lettre. Autant dire qu’elle risquait fort de ne pas comprendre pourquoi elle recevrait une lettre d’un sorcier, lettre qui vraisemblablement avait tendance à s’auto-détruire après lecture, ce qui n’aidera pas la pas-si-jeune Seccyeth à se remémorer les choses. Si Nashoba n’aidait pas dans ses problèmes de mémoire aussi !
Elle avait donc écrit une lettre qu’elle avait tout de suite envoyée par pigeon avant d’oublier. Vraiment, sa mémoire était d’une telle catastrophe qu’elle ferait peut-être bien de consulter quelqu’un… mais il y avait de fortes chances qu’elle oublie également d’aller le voir. Bref. C’est un cercle sans fin.
Malgré sa mémoire plus que défaillante, elle n’arrivait pas à oublier son petit souci actuel. Cela restait bien ancré dans sa mémoire, et des souvenirs de quand elle était enceinte de Nashoba et plus particulièrement l’accouchement lui revenaient en mémoire, en rajoutant d’autant plus à sa peur. Pourrait-on dire que c’est une phobie ? Ouais, avec elle, carrément.
Neelam était complètement perturbée, secouée, choquée. Alors elle fit la seule chose intelligente dont elle était capable : elle alla dans une taverne et but jusqu’à plus soif, alors que le soleil n’avait pas encore atteint son point le plus culminant dans le ciel. Il n’y avait pas grand monde à cette heure-là mise à part les ivrognes de service. Et comme Neelam en était une, elle était parfaitement à sa place. Les verres se sont enchainées, elle commença petit à petit à oublier qu’elle était enceinte, mais lorsqu’un des gars la toucha intimement espérant certainement avoir un petit plaisir avec une femme soûl, elle le repoussa avec tellement de force qu’elle faillit le tuer. Elle ne saurait dire pourquoi, mais, lorsqu’il l’avait touché, tout son corps appelait à la répulsion de l’être qui ne devait certainement pas être très beau mais comme elle était déjà bien touchée par l’alcool, elle le voyait comme un Adonis.

« M-me touchhe pas ! » lui avait-elle alors sorti en bégayant un peu, la langue pâteuse.

Quiconque connaissait un minimum l’animal savait qu’elle était d’ordinaire très ouverte, et qu’un petit attouchement ne la dérangeait pas – c’était d’ailleurs plutôt elle qui attouchait les autres et les autres qui ne voulaient pas forcément – alors ce fut plutôt inquiétant de voir à quel point elle refusait tout contact avec le sexe opposé. Le tavernier, qui la connaissait puisqu’elle venait très souvent dans sa taverne, en resta bouche bée, tandis que les amis de la victime complètement assommé contre un poteau de bois contre lequel il fut projeté se levèrent pour secourir leur compère… et s’attaquer à Neelam.
Avec l’alcool, rien ne va plus. On est plus ouvert, mais on est également plus sujet à se bagarrer contre des personnes qu’il ne faut pas. Et ce fut le cas… des hommes, qui voulurent se battre contre une démone alcoolisée.
La bâtisse faillit prendre feu.
Les hommes faillirent y laisser la vie.
Neelam se barra avant le coup final et se déchaina en projetant des flammes dans le ciel afin d’éviter de blesser des personnes innocentes – car ouais elle avait quand même un minimum de conscience même si la plupart du temps, elle ignorait superbement la petite voix de la raison dans son subconscient. Puis, elle se mit à marcher, déambulant sur les chemins jusqu’au village Tivecca – car oui, la taverne n’était pas située au village, donc il a fallu qu’elle marche, complètement bourrée, jusqu’au village. Elle avait réussi à subtiliser une bouteille de liqueur au tavernier quand celui-ci tenta de calmer le jeu avec les hommes – en gros, de tenter de leur sauver la vie – et elle était partie sans demander son reste.
Marchant pas droit sous le soleil caniculaire, elle trébuchait à maintes reprises, ne sachant plus trop comment coordonner ses pieds, tandis qu’à quelque reprise, des gouttes de sang tomber sur le sol, traçant son chemin.
Ah ! Aurais-je oublié de dire qu’elle fut blessée dans la bataille ? L’un des hommes lui avait balancé son verre au visage. Elle s’était protégée la tête à l’aide de son bras gauche, qui en fut tailladé de bout de verre, et une petite estafilade sur le côté de son visage qui n’avait pas pu être protégé entièrement par son bras. Rien de bien méchant en soit, ce n’était pas très profond, mais cela faisait couler du sang, et ça picotait pas mal. Malheureusement, étant une démone, Neelam ne pouvait pas être guérie magiquement.

Elle soupira.
Elle était arrivée à la moitié de la bouteille lorsqu’elle arriva au village – passons sous silence qu’une marche de 15 minutes avait duré 1h – là, elle se mit à chercher une maison en particulière, ignorant les regards des midjins qui se voulaient jugeant sur son état d’ébriété. Elle entra dans des maisons sans s’annoncer sans frapper pour chercher la personne qu’elle voulait. Evidemment, elle se trompa beaucoup de fois de maisons, et se fit chasser sans ménagement à chaque fois – à force, les midjins connaissaient l’animal, et s’ils se montraient trop compatissants, elle resterait chez eux.
Il ne resta qu’un fond dans la bouteille lorsqu’elle arriva enfin à trouver la bonne maison. Là, comme à son habitude, elle ne frappa pas, et entra directement. Ses yeux un peu vitreux par l’alcool captèrent presque immédiatement la personne qu’elle cherchait depuis quelques heures déjà… et elle se jeta sur elle, la serrant dans ses bras – elles faisaient presque la même taille – avec une petite larme à l’œil.

« Yahméééé…. » Elle avait un ton geignard d’un enfant qui boudait, tandis que son haleine devait empester l’alcool. « J-J’ai un problèèème… j’crois ch’ui ensseinte… * Hic * »

Ce « hic » n’annonça rien de bon. Neelam se recula, fit la grimace, tourna la tête à gauche, à droite, avant de se jeter sur un seau pour y rejeter tout le liquide qu’elle avait ingurgité jusqu’à maintenant, et il y en avait beaucoup.
C’était loin d’être sexy.
C’était loin d’être glorieux.
Mais elle s’en foutait.


1 459 mots
CODAGE PAR AMIANTE
Yahmé
◊ Administratrice ◊
Yahmé
Rang Classique : Seccyeth
Nombre de messages : 184
Rôle : Seccyeth - Noble d'Irianeth

Plus sur le personnage
Âge: 35-40 ans (L4)
Race: Hybride
Mer 04 Sep 2019, 22:50
Entrée gênante
FT. Neelam

C’était une journée ordinaire. Nous étions levé.es depuis quelques heures déjà, Nathaleigh et moi. Mon apprenti.e s’entraînait fort, et je voyais ses progrès à chaque jour. Cela avait été quelque peu hasardeux et pénible au départ, surtout pour créer un lien avec un dragon, mais iel y était parvenu. Nous avions d’ailleurs fait un entraînement aérien ce matin, et iels arrivaient davantage à se coordonner. Aux vues de ses efforts, je lui avais donné congé pour le restant de l’après-midi. La vraie raison était plutôt que je m’étais enfin décidée à répondre à Gédéon. Depuis ce fameux soir, nous nous étions croisé qu’en de très rares occasions. Nos échanges se faisaient d’ailleurs plus rares. Je ne lui en tenais aucunement rigueur : la situation n’était point aisée à gérer. Pourtant, il y a de cela deux mois, il m’avait écrit une lettre que j’avais pris soin de lire attentivement… quelques jours après sa réception, ou du moins, du moment où je l’avais découvert à Pikay. Bien que nous venasses régulièrement à la demeure familiale, mon apprenti.e et moi, la lettre aurait pu être livré quelques jours avant, et donc, elle a dû traîner sur mon bureau pendant un certain moment. L’après-midi était bien entamée lorsque je retournai à ma demeure et que je m’assis enfin devant mon bureau, une plume à la main. Pourtant, je ne savais plus comment commencer cette lettre. C’était une habitude que nous avions depuis très longtemps, de nous écrire. Toutefois, j’étais tellement gênée par les derniers événements, mais surtout par mes pensées que je trouvais égoïstes et malvenues qu’aucun mot ne voulait s’inscrire sur le parchemin. À peine avais-je débuté la lettre que je la jetais de manière virulente dans la corbeille, au pied du meuble. Je finis donc par me lever et par marcher en rond, rongée par mes pensées. C’est le moment que choisis mon amie et ancienne maître de débarquer, comme à son habitude, à l’improviste.

Interrompu dans mes réflexions profondes, je me sentis happée par une masse de la même taille que la mienne. Cela me fit me raidir sur le coup de la surprise. Je n’aimais pas particulièrement que l’on me touche, et cela encore moins par surprise. J’allais me fâcher comme une adolescente en crise lorsque j’entendis mon nom prononcé par la voix geignarde et reconnaissable entre toute de Neelam. Mes muscles se délièrent un peu à sa vue, même si je restais rigide. Je n’avais pas eu trop le choix de m’adapter à son caractère tactile : nous avions passé cinq ans en commun, lors de mon propre apprentissage. Cela avait été une relation des plus difficiles, au départ. Nos caractères étaient complètement à l’opposé : elle était autant ouverte aux relations sociales que moi j’étais fermée comme une huitre. De cette relation antithétique, nous en avions fait ressortir une amitié forte. J’avais d’ailleurs appris à m’ouvrir davantage sur le monde, ce qui me permettait de moins angoisser en des circonstances de socialisation.

Mon amie semblait – encore une fois – être sous l’emprise de l’alcool. Je pouvais sentir à plein nez son haleine fétide, en plus de constater son comportement peu normal – enfin, peu normal pour une personne normale. Neelam avait effectivement tendance à avoir des comportements atypiques, mais cela pouvait faire son charme, à moins de la confronter directement. En tant que démone, on pouvait dire qu’elle avait littéralement le sang chaud. Malgré la différence entre nos races, une chose nous rassemblait particulièrement : la peur de l’eau. Nous en avions toutes deux en horreur, pour des raisons différentes que je ne saurais nommées. Enfin bref, Neelam avait, encore une fois, fait irruption dans ma demeure sans s’annoncer, bourrée comme une bourrine, dans tous ses états. Je l’entendis marmonner quelque chose comme quoi elle serait enceinte, et cela me fit arquer du sourcil droit. J’ouvris la bouche, mais avant de ne pouvoir dire quoi que ce soit, je l’entendis hoqueter puis je la vis s’éloigner d’un pas pressant et chercher d’un regard affolée quelque chose où se départir d’un surplus indigeste. Heureusement pour elle, je laissais maintenant toujours un seau traîner dans les parages, justement au cas où elle débarquerait à l’improviste se désaouler de manière peu recommandable. Les premières fois qu’elle m’avait fait ce petit scénario, je n’avais pas prévu ce genre d’équipement, et j’avais dû faire le ménage derrière elle – une tâche des plus déplaisantes. Les mains sur les hanches comme une mère qui gronderait son enfant, je la sermonnai :

- Neelam… Combien de fois devrais-je te répéter de ne pas boire autant ? Tu sais très bien que tu arrives tout le temps ici malade ! Je ne suis ni ta mère, ni ta bonne !

J’avais volontairement évité le sujet sensible, soit le potentiel bébé que je croyais faux, puisque tout ce qui sortirait d’elle pour le moment serait de potentielles fabulations. Bien que je la sermonnasse, je savais qu’elle n’en prendrait pas une miette en considération et soupira. Rebaissant les bras et l’examinant de plus près, je vis qu’elle était blessée à la tête. J’avais autrefois essayé de la guérir par magie par méconnaissance. Il faut dire que les démons rejetaient tout traitement magique, alors cela n’avait pas eu grand effet… Au commencement, je pensais simplement que mes pouvoirs n’étaient pas assez bons, comme pour Kaliyah. Il s’avéra tout simplement que c’était le métabolisme de Neelam qui se refusait à la guérison magique.

- Reste là, je vais chercher de quoi te soigner.

M’assurant qu’elle avait bien entendu, je lui tournais le dos et partie en direction de la remise où je gardais quelques bandages et autres matériels de soin. Je passai également par la cuisine où je ramassis une cruche d’eau ainsi qu’un nouveau seau et du gingembre. Mère me donnait souvent une infusion au gingembre lorsque j’étais malade, et cela m’aidait beaucoup. Cela ne pouvait pas être mauvais pour une démone, si ? Nous verrons… Je revins donc auprès de Neelam et déposai mon équipement sur la table basse.

- Donc, on commence par quoi, la blessure ou le rejet d’alcool ?

La regardant d’un air exaspéré, j’attendis sa réponse. Dans son état, je ne pouvais la forcer à se faire soigner – surtout pas elle. Elle pouvait bien m’envoyer balader et mettre la maison en feu si elle le voulait, et son état mental était trop instable sous l’influence de cette drogue liquide.












(c) Never-Utopia
Neelam
Rang Classique : Seccyeth
Nombre de messages : 116
Rôle : Seccyeth

Plus sur le personnage
Âge: 115-120 ans [L3]
Race: Démon
Jeu 19 Sep 2019, 05:05
Neelam
de
Jérianeth
Yahmé
T. Coudasaïe

Pas de nouvelles bonnes nouvelles
?
- An 1576 Mois 6 -
Vomito-girl que voici, aka Neelam pour les intimes-pas-si-intimes, s’était donc déversée dans le seau prévu à cet effet. C’est que Yahmé avait finit par comprendre comment gérer une situation comme celle-ci ! Il faut dire que ce n’est pas spécialement la première fois que la Seccyeth venait voir son ancienne apprentie dans cet état. Dans tous les cas, elle s’était sagement assise par terre avec le seau entre ses jambes. Là, la jeune femme se rendit rapidement compte que vomir avait eut le don de la désouler. Du moins, de lui donner les idées un peu plus claires qu’à son arrivée, puisque son taux d’alcoolémie dans le sang était toujours aussi élevé et ce n’était pas en vomissant que cela allait descendre. La vider de son sang serait une idée pour la désouler complètement, mais cela équivaudrait à la tuer.
Donc. Les idées un peu plus claires grâce au vomi et au sol froid sous son corps, Neelam se rendit compte qu’elle avait mal à son bras et à sa joue. Le souvenir de ce coup de bouteille perfide lui revint en mémoire, et elle grimaça tout en jetant un œil à son bras où perlait ici et là des bouts de verres, ainsi que, bien évidemment, du sang.
Neelam soupira. Ce n’était pas son jour décidément.
Une voix la fit revenir un peu sur terre. Une voix qu’elle reconnaitrait entre mille : c’était celle de Yahmé. Ah ! Elle se rappela soudainement qu’elle n’était pas chez elle en train de décuver, mais chez son ancienne apprentie. Pendant un bref instant, elle l’avait oublié. Mais passons. Au son de sa voix, Neelam releva la tête dans sa direction, les yeux un peu vitreux, l’écoutant d’une oreille distraite. Arrêter de boire autant ? Ce serait du domaine de l’impossible. Néanmoins, il était clair que Neelam se sentait comme de la merde, là, actuellement, assise par terre à côté de son vomi. Peut-être devrait-elle réduire effectivement…

« On a… On a presque la même taille. Tu pourrais être ma mère haha ! »

Notez qu’elle parlait un peu mieux que tout à l’heure, c’est grâce au vomi, là encore. Mettons un peu de paillettes sur ce vomi qui sauve un peu la situation à défaut de sentir bon et d’être visuellement attractif. En tout cas, cela n’a presque rien fait sur son cerveau qui déblatérait toujours des idioties, surtout sachant que Neelam était bien plus âgée et que, mise à part leur taille, elles ne se ressemblaient pas trop – voir même pas du tout.
Après cela, Yahmé lui informa qu’elle partait chercher de quoi la soigner, tout en prenant soin de lui demander de rester où elle était. Neelam lui fit un salut militaire, levant sa main vers son front, la prenant pour son commandant de décuvage. Puis elle partit. Neelam eut l’impression qu’elle avait simplement disparu, volatilisée, se déplaçant beaucoup trop vite pour l’œil éméché de la démone. Elle eut d’ailleurs l’impression qu’elle partit pendant des heures, heures pendant lesquelles Neelam observait son vomi – ou plutôt le toisait – en se disant qu’elle allait devoir aller jusqu’à un puits pour le laver à l’eau. L’avantage de cette maison était qu’elle n’était pas loin d’un puits, mais bon, ça restait chiant à faire.
Yahmé réapparut à côté d’elle, la faisant quelque peu sursauter lorsqu’elle reprit la parole. Blessure ou rejet d’alcool d’abord ? Neelam releva la tête, observa le nécessaire pour la soigner, puis regarda à nouveau le seau. L’équipement médical, puis le seau. L’équipement médical, puis…
Le manège dura bien plusieurs minutes, surtout qu’au vu de son état, Neelam ne pouvait pas tourner la tête trop vite au risque de faire un malaise. Son petit manège démontrait bien à quel point elle était indécise. Elle doutait qu’elle vomirait à nouveau, et elle avait mal à son bras blessé, et en même temps l’odeur de son vomi la mettait mal à l’aise.

La démone décida finalement de se lever. Avec bien du mal, un peu vacillante, elle se releva de toute sa petite hauteur, fit quelques pas en direction de Yahmé… pour faire ce qui semblait être un câlin mais qui, sur le coup, donnait plus l’impression qu’elle s’écrasait sur les épaules de son ancienne apprentie. Tout ceci était étrange. Neelam se sentait étrange. Il se passait quelque chose d’étrange.
Elle ne dit absolument rien pendant quelques minutes, avant de finalement se relever, mettant fin à ce câlin-écrasement.

« Haha, qu’est-ce que j’suis bête, hm, j-j’vais nettoyer le hm vomi. »

Sans vraiment attendre de réponse, Neelam se retourna et se saisit du seau. Elle vacilla un instant avec le seau entre les mains – c’est qu’il était plus lourd qu’elle ne le pensait, ou alors elle était fatiguée – puis se dirigea vers la sortie, en direction d’un puits. Ce n’était pas celui qui était au centre du village, il y en avait un peu partout par ci par là, chose plutôt appréciable puisque le village Tivecca n’était pas petit.
Neelam ne marchait absolument pas droit et vaciller de temps à autres, des gouttes de sang la suivant à la trace. Toute concentrée dans sa tâche qu’elle ne se rendait compte de rien de ce qu’il se passait autour d’elle. L’on pouvait crier son nom, faire une explosion, créer une guerre juste à côté d’elle : son objectif, c’est le puits.
Elle y arriva d’ailleurs. Elle mit son temps, mais y arriva. Elle posa le seau par terre, tira un seau d’eau du puits avec grande peine, se saisit du seau… le posa par terre, avant de s’assoir par terre, contre le puits, et de ne strictement rien foutre. Elle resta là, posée, sans trop savoir pourquoi.
CODAGE PAR AMIANTE
Yahmé
◊ Administratrice ◊
Yahmé
Rang Classique : Seccyeth
Nombre de messages : 184
Rôle : Seccyeth - Noble d'Irianeth

Plus sur le personnage
Âge: 35-40 ans (L4)
Race: Hybride
Mar 24 Sep 2019, 19:50


Je savais que de demander à Neelam d’arrêter de boire relevait de l’impossible. Je ne m’empêchais toutefois pas de le faire. Neelam était bien éméchée : elle n’arrêtait pas de sortir des idioties. Cela me décourageait, mais que pouvais-je y faire ? Boire était presque dans sa nature. Le jour où elle arrêtera sera le jour où je me poserai le plus de questions. Enfin bref, j’avais offert un choix à Neelam, et je le regrettais déjà. Son regard n’arrivait pas à s’arrêter entre le seau et le nécessaire à soigner.  Soudainement, elle se leva sans un mot. Qu’avait-elle en tête ? Je ne saurais dire. En fait, je m’attendais à TOUT sauf à… un câlin. Quoique, j’aurais dû. Je sursautais lorsque Neelam me tomba presque dessus, manquant de me faire tomber. Je fis quelques pas en arrière pour retenir notre chute. Mais qu’est-ce qu’elle était lourde ! Elle avait beau être petite, elle était bien bâtie. Je me crispais, me retenant de la pousser plus loin. J’étais certes un peu habituée à ses sautes d’humeur et ses crises d’affection, je n’appréciais toujours pas le toucher d’autrui. Je m’étais accommodée seulement du comportement de mon ancienne maître, un peu parce que je n’avais pas le choix… Il restait que cela me crispait.

Ce manège dura quelques minutes pendant lesquelles je prenais de grandes inspirations pour endurer le contact avec mon amie. Toutefois, à chaque inspire, je le regrettais, sentant l’odeur de l’alcool à plein nez. Pouah ! Mais c’est qu’elle puait, en plus ! Je m’efforçais tout de même de la soutenir et de lui tapoter le dos comme une mère le ferait. À croire que c’était le rôle que je joue pour Neelam…

- Haha, qu’est-ce que j’suis bête, hm, j-j’vais nettoyer le hm vomi.

Qu’est-ce qu’elle comptait faire, encore ? Je la regardais me tourner le dos sans un mot. Je n’eus pas le temps non plus d’en dire un seul lorsqu’elle prit le seau et vacilla. Je fermai les yeux pendants quelques secondes, m’attendant à ce qu’elle s’écroule et échappe le tout au sol. Or, je n’entendis aucun bruit de chute. Lorsque j’ouvris les yeux, j’eux à peine le temps de voir la silhouette de mon amie traverser le cadre de porte et s’éloigner sur la route. Je me précipitais à sa suite.

- Neelam ! Où comptes-tu aller, comme ça ?

Même si j’avais crié assez fort pour que tout le village m’entende, elle ne me répondit pas. Que faire ? Je déposais le nécessaire de soin et m’élança à sa poursuite, maugréant. Ah là là ! Elle allait m’entendre, quand elle aura toute sa tête ! Je la suivis donc, dans son trajet quelque peu erratique et pas du tout discret. Une démone transportant un seau au milieu de la journée, dont la démarche n’était pas très claire… On aura tout vu ! Après tout, c’était le quotidien avec elle, de toute façon… Arrivée au puit le plus proche, je la vis s’arrêter, puiser un seau d’eau et… s’évacher sur le sol, ne terminant pas sa tâche. Évidemment, il fallait s’y attendre… Sans un mot, je pris le seau usé et me mis à la tâche pour le laver. Une fois que ce fut fait, je puisais de l’eau à nouveau pour pouvoir en ramener à la maison. Je me retournai vers Neelam et aggripa son bras. Il ne me servait à rien de lui parler ; elle n’était pas en état d’écouter. Je la tirais alors du mieux que je pouvais pour la forcer à se lever.

- Aller, Neelam, on retourne à la maison.

Que cette action soit facile ou difficile – peu importe. Nous retournâmes à ma demeure avec quelques embûches, mais nous y arrivâmes. Un fois à l’intérieur, je la poussais – oui, littéralement – dans le canapé un peu usé du salon. Sans un regard derrière moi, j’allâmes mettre une bouilloire d’eau sur le feu afin de lui préparer une infusion au gingembre. Je n’avais pas encore fini que j’entendis du grabuge dans le salon…













(c) Never-Utopia
Neelam
Rang Classique : Seccyeth
Nombre de messages : 116
Rôle : Seccyeth

Plus sur le personnage
Âge: 115-120 ans [L3]
Race: Démon
Dim 03 Nov 2019, 10:50
Neelam
de
Jérianeth
Yahmé
T. Coudasaïe

Pas de nouvelles bonnes nouvelles
?
- An 1576 Mois 6 -
Neelam eut du mal à avoir une vision sur ce qu’il se passait autour d’elle. Elle avait vaguement la sensation que quelqu’un s’affairait à côté d’elle, mais sa vue était bien trop trouble et bancale pour qu’elle arrive à attraper un visage et un nom. Ou même une action. Aux yeux de Neelam, ce pouvait être tout et n’importe quoi. Une personne qui dansait jusqu’à une personne qui dépeçait un corps pour mieux le cacher, dispersant ses membres et ses organes un peu partout.
Une imagination débordante ? Oui, c’était Neelam. Le plus étonnant est que cela ne la surprendrait pas que ce soit un mercenaire dépeçant un corps pour le cacher. Enfin, le plus étonnant… le plus effrayant, plutôt ! Le pire était que Neelam ne faisait absolument rien pour empêcher la personne dans son acte. Bon, il faut dire aussi que Neelam n’était pas tellement en état de se battre et risquerait plus de se faire tuer et molester rapidement. Oui, dans cet ordre, c’était très logique.
Mais, heureusement, ce n’était pas un assassin. C’était simplement Yahmé qui corrigeait les erreurs de Neelam, encore, et toujours. Cette dernière qui avait bien besoin de boire le plus d’eau possible d’ailleurs, vu comme elle s’était déshydratée en vomissant et en buvant moult alcools différents. A bien des égards, Neelam ressemblait plus à un pirate dépravé qu’à un Seccyeth. Est-ce que cela la dérangeait ? Probablement pas. Neelam n’était pas de ceux qui s’offusquaient de l’image qu’ils renvoyaient.
Ah, mais c’était tout le problème en fait.

Yahmé réussit à faire se lever Neelam, non sans mal. Surtout lorsque à peine debout, la demoiselle s’étala par terre. Il fallut plusieurs tentatives pour quelle tienne debout, et le plus ardu fut de rentrer à la maison. Combien de temps mirent-elles à simplement faire le chemin retour ? Bien trop longtemps. L’on pouvait saluer la patience de la petite Seccyeth face à une démone bourrée qui avait du mal à marcher droit – à marcher, tout simplement. Ah, il était important de noter que Yahmé avait dit « à la maison », et pas « à sa maison ». Cela signifiait que bien que même si Yahmé n’aimait guère les visites de Neelam, elle considérait quand même que sa maison était la sienne aussi.
Ou alors c’est simplement qu’elle n’a pas réfléchi avant de parler. Ça marchait aussi.

Arrivées à bon port, Neelam fut contraint de s’assoir sur un vieux canapé tandis que Yahmé s’affairait à autre chose. Mais, une Neelam immobile, c’était comme un gros dragon rentrant dans une petite boite : c’est-à-dire, impossible. Neelam, en particulier lorsqu’elle était bourrée, voulait bouger autant que possible… bien que son corps lui indiquait qu’elle n’était absolument pas apte à bouger.
C’était donc tout naturellement que Neelam se leva du canapé – notez qu’elle n’était pas tombée – et s’était dirigée vers la table avec le nécessaire pour soigner son bras et l’entaille à son visage. Même si elle était embuée d’alcool, elle commençait petit à petit à ressentir la douleur, et ce n’était pas agréable – surtout pour un démon – c’était donc tout naturellement qu’elle voulait se soigner.
Encore faudrait-il qu’elle atteigne véritablement la table. La vue trouble et vacillante, Neelam crut qu’elle avait atteint ladite table et a voulu s’appuyé dessus… et elle s’appuya dans le vide. Elle tomba alors de tout son poids par terre, non sans se cogner le coin de la tête contre le coin de la table qui n’était pas excessivement loin d’elle. Se prenant la tête d’une main, relevant son corps de l’autre, Neelam éclata d’un long rire nerveux et incontrôlable.

« Je… J-j’suis tombée ! » dit-elle entre deux fou rire alors qu’une bosse commençait à pointer le bout de son nez.

C’était à se demander si Neelam n’était pas un peu limitée intellectuellement car elle était trop tombée sur des coins de table en étant bourrée. L’hypothèse était à creuser. Lentement mais sûrement, Neelam finit par reprendre son souffle et à arrêter de rire, s’asseyant en tailleur sur le sol. Et puis, elle afficha une mine un peu trop sérieuse. Beaucoup trop sérieuse pour une Neelam bourrée.

« Tu sais… » cmomença-t-elle à l’intention de Yahmé. Quoique, c’était à se demander si elle parlait vraiment à quelqu’un, ou si elle parlait à elle-même. « Un jour… j’irai tuer ma famille. »

L’on pouvait sentir une profonde peine, mais également une profonde haine dans ses paroles. C’était une première. Car Neelam semblait être une personne que rien ne peut atteindre. Ni la haine, ni la tristesse. Et pourtant… Il faut savoir aussi que Neelam n’était pas quelqu’un qui parlait de son passé. Elle n’en parlait pour ainsi dire, pas du tout. Yahmé avait certainement du en entendre parler que très rarement et sans doute des bribes un peu incompréhensible lorsque Neelam était bourrée. Mais c’était sans doute la première fois que Neelam exprimait clairement son envie de les tuer pour l’avoir abandonner, exiler, eux qui se disaient être sa famille.
Et puis, comme un épisode fugace, comme si cela ne s’était jamais produit, l’expression froide et sérieuse de Neelam s’effaça pour qu’elle reprenne celle joyeuse et simpliste, non sans grimacer de douleur.

« Aïe aïe aïe… j’ai maaal, Yahmééé, soignes moiiii ! » Elle leva des yeux de merlan frit en direction de son ancienne écuyère tel un enfant quémandant auprès de ses parents. « J-j’te ferais un câlin après et on ira jouer avec nos dragons ! »

CODAGE PAR AMIANTE
Yahmé
◊ Administratrice ◊
Yahmé
Rang Classique : Seccyeth
Nombre de messages : 184
Rôle : Seccyeth - Noble d'Irianeth

Plus sur le personnage
Âge: 35-40 ans (L4)
Race: Hybride
Mar 26 Nov 2019, 11:18



Suite aux bruits de chute que j’entendis, une voix fluette qui vint confirmer mes doutes : ce n’était que ma locataire temporaire que était tombée, tout bonnement. Ne m’inquiétant pas outre mesure - car je savais que ça arrivait à chaque coup - je continuais de surveiller la bouilloire. Toutefois, Neelam prononça des paroles que j’avais que trop peu entendu, mais qui n’était jamais bon signe : elle aborda le sujet de sa famille. Je savais que cela serait passager, et qu’il ne me servait à rien de lui poser des questions à ce sujet, car elle se refermerait comme une huître. Chacun avait droit à sa part d’ombre, et celle-ci appartenait à mon ancien maître. La bouilloire se mit à siffler, m’indiquant que l’eau était prête. Je la versais donc dans une tasse et fit infuser le gingembre, puis laissa le tout reposer. J’entrais alors à nouveau dans le salon dans le but de soigner la petite démone, ce qu’elle ne tarda pas à requérir. L’adrénaline et les effets de l’alcool devait commencer à s’estomper, car Neelam commençait à ressentir la douleur, et donc à se plaindre.

- J-j’te ferais un câlin après et on ira jouer avec nos dragons !

Je roulais des yeux et soupirais. Elle savait bien que je détestais que l’on me touche, mais elle persistait quand même. Certes, je m’y étais habituée. À vrai dire, je n’avais pas eu le choix. Je m’assis en tailleur devant elle et lui pris la trousse de soin des mains. Sans dire un mot - car je trouvais cela inutile - je la rapprochais de force de moi et me mis à nettoyer sa plaie. Elle avait beau se plaindre ou même se débattre, je continuais, impassible. Une fois ses plaies nettoyées, je les bandais, si cela était possible. Il ne fallait pas qu’elles se salissent si elle voulait qu’elles cicatrisent comme il faut. Une fois fait, je la laissais seule encore une fois, le temps d’aller chercher son infusion. Elle aurait probablement encore changé de place à mon retour, mais peu importe... Je revins donc, la tasse en main, et la lui fourra entre ses pattes sans considérer qu’elle le veuille ou non.

- Bois.

Je la regardais, la fixant durement. Même si elle refusait, j’irai jusqu’à lui faire ingurgité de force. J’espérais que mes signaux non-verbaux soient assez clairs pour qu’elle ne rechigne pas.

- Bois, et je te laisserai tranquille.

Je répétais ma consigne, toujours aussi impassible. J’avais compris au fil du temps qu’il ne me servait à rien de me mettre en colère, ni de l’implorer, ni quoi que ce soit. Il fallait simplement ne pas lui donner le choix. Même là, ce n’était pas gagné d’avance... J’insistais donc sur un point.

- Si tu bois cette infusion, je considérerais peut-être d’aller jouer avec toi.

Cette offre ne tenait qu’à un fil, et elle le savait. Ce n’était pas la première fois que Neelam me proposait toutes sortes d’activité alors qu’elle était intoxiquée à l’alcool, et la plupart du temps, je refusais. Cette fois, peut-être que j’irai... Je m’ennuyais déjà, de toute façon.








(c) Never-Utopia
Neelam
Rang Classique : Seccyeth
Nombre de messages : 116
Rôle : Seccyeth

Plus sur le personnage
Âge: 115-120 ans [L3]
Race: Démon
Dim 01 Déc 2019, 08:04
Neelam
de
Jérianeth
Yahmé
T. Coudasaïe

Pas de nouvelles bonnes nouvelles
?
- An 1576 Mois 6 -
Est-ce que Yahmé ignorait superbement les paroles de Neelam ? Oui mon bon monsieur, c’était bien cela. Du moins, elle semblait l’ignorer, puisqu’elle ne répondait rien. Ah, elle avait quelques réactions sur son faciès prêtant à penser qu’elle avait bel et bien entendu, mais Neelam, beaucoup trop soûl pour s’en rendre compte, se demandait si elle avait parlé assez fort pour que l’hybride qui fut son apprentie l’entende. C’était peut-être pour cela qu’elle ne répondait pas ! Il était vrai que Neelam avait l’impression de ne pas parler trop fort – ce qui était loin de la réalité. En vérité, elle parlait très fort, comme à son habitude, lorsqu’elle avait trop bu.
C’est alors que Yahmé s’approcha pour bander les blessures de Neelam. Elle n’était pas très délicate avec la pauvre démone qui ne faisait de mal à personne – on en rirait, de cette phrase – et elle ignorait aussi superbement les petits couinements de douleur de son ancien maître. Quel manque de respect ! Décidément, son éducation était à refaire ! Neelam n’avait pas su lui inculquer le respect de ses ainés. C’était décevant de sa part.
Enfin, c’était plutôt : pas très surprenant. Déjà, respecter Neelam était plutôt difficile à faire. Neelam ne faisait rien pour que cela soit ainsi. Ensuite, elle-même n’était pas très respectueuse de ses ainés. Il n’y avait qu’à voir son passé sur l’île de Jérianeth. Le nombre de fois où elle avait défié l’autorité de son père l’alpha, et de plein d’autres aînés… ouais, avec une Neelam qui n’était déjà que peu respectueuse des autres, il était difficile pour elle d’enseigner le respect à ses apprentis. Donc, en fait, mieux valait passer outre.
Toute à sa réflexion, elle ne vit pas le temps passé ni les mouvements de Yahmé. Elle ne se rendit compte que son bandage était fini et que l’hybride avait bougé qu’au moment où elle reçut une tasse entre ses mains. Une tasse bien chaude. Cela se lisait clairement sur son visage que Neelam était décontenancée et ne savait guère ce qu’elle devait faire avec cette tasse. Se la verser sur ses blessures ? Elle ne craignait pas les brûlures, insensible comme elle était. Du coup, la Seccyeth ne savait pas du tout ce qu’était la boisson que son ancienne apprentie lui avait fourré dans les mains. Mais, bien qu’elle espère que ce soit de l’alcool fort, elle en doutait un peu au vu de la jeune femme.
Yahmé lui ordonna de boire. Boire, la tasse ? Neelam supposait qu’elle parlait de la tasse. Les yeux de la démone passaient de la tasse à Yahmé plusieurs fois d’affilée, se demandant bien si elle devait boire la concoction. Après tout, Yahmé pouvait très bien décider de l’empoisonner pour avoir la vie plus facile ! Par Parandar, Neelam venait vraiment de songer que sa chère et tendre amie tente de la tuer ?
Si Neelam buvait, Yahmé la laisserait tranquille. C’était bien beau ça, mais Neelam doutait d’avoir envie d’être laisser tranquille. Mais c’est alors que la Seccyeth prononça des paroles qui tintèrent aux oreilles de Neelam comme des cloches annonçant la meilleure des nouvelles. Yahmé considérerait de jouer avec elle. Ah, bien entendu, dans la tête de la démone, elle interpréta cela comme si Yahmé disait très clairement qu’elle allait jouer avec elle. Pas de peut-être, pas d’hésitation.
Les yeux rouges flamboyants de Neelam brillaient comme deux étoiles dans le ciel noir.

« C’est vrai ?! » Neelam semblait heureuse comme un enfant à qui on lui promettait le meilleur des cadeaux. « A n’importe quel jeu ? Si je bois ? Juste un jeu ou plusieurs ? Plusieurs ! »

Evidemment, Neelam n’attendait pas spécialement de réponse à sa question. Pour elle, c’était clair et net qu’il y allait y avoir plusieurs jeux. A savoir par lequel elle allait commencer…
Ni une, ni deux, la voilà qui avale cul sec l’infusion au gingembre. En grande buveuse qu’elle était, cela ne lui posa pas de problème. La légende dit qu’elle peut boire une carafe d’eau entièrement sans respirer. C’est une légende, car encore faudrait-il voir Neelam boire une carafe d’eau.
Son verre finit, elle tira la langue, la mine dégoutée. Elle détestait le gingembre. C’était une épice qu’elle réservait à d’autres. Pourtant très utilisé, le gingembre était notamment utile pour les rapports sexuels – Neelam est au courant de cela par la force du hasard et de l’innocence, bien entendu. Le verre vide, Neelam se releva d’un bond – puisqu’elle était encore assise par terre – et eut un grand sourire aux lèvres avant de prendre Yahmé dans ses bras pour la serrer fort fort fort fort contre elle.
Ah, oui, quand elle était bourrée, Neelam avait tendance à ne plus trop trop brider sa force de démon. Ah, mais elle eut la présence d’esprit de relâcher la pression sur Yahmé avant de lui briser la colonne vertébrale et de la rendre tétraplégique.

« On va jouer à un jeu de boisson ! Allez, viens, on va trouver une bouteille d’alcool ! »

La prenant par la main, Neelam était bien décidée à aller chercher une bouteille d’alcool. Il y en avait plein chez elle – comme si cela été surprenant – alors c’était vers chez elle qu’elle se dirigea promptement.

CODAGE PAR AMIANTE
Yahmé
◊ Administratrice ◊
Yahmé
Rang Classique : Seccyeth
Nombre de messages : 184
Rôle : Seccyeth - Noble d'Irianeth

Plus sur le personnage
Âge: 35-40 ans (L4)
Race: Hybride
Sam 08 Fév 2020, 14:17


L'excitation qui émanait tout à coup de Neelam me faisait regretter mes paroles. Elle prenait coup sûr ma proposition comme acquis, et mes soupçons ne tardèrent pas à être confirmés. C'est ainsi qu'après avoir descendu le contenu de sa tasse sans la moindre hésitation malgré le dégoût visible sur son visage, elle m'attira avec elle en direction de sa maison. Un jeu d'alcool... Elle savait pertinemment que je ne tenais pas l'alcool ! Dubitative, j'essayais de protester, en vain.

- Ne...Neelam ! Je n'ai pas accepté !

Mes protestations ne semblaient pas l'atteindre, trop obnubilée qu'elle était par son jeu. Tout ceci n'augurait rien de bon. Nous arrivions à sa maison sans que je n'ai pu me dégager de son emprise. C'est que sa force démoniaque était trop élevée comparé à ma frêle condition... Je constatais au moins qu'elle se sentait miraculeusement mieux, bien qu'elle n'ait certainement pas fini de dégriser. Alors que nous entrions à peine d'un pas dans sa demeure, elle me lâcha pour se précipiter vers son armoire à alcool. J'en profitais donc pour me masser le poignet. Quand elle revint, je la regardais sévèrement.

- Neelam, tu viens à peine de t'en remettre ! Il est HORS DE QUESTION que je participe à ce jeu ! Range ça TOUT DE SUITE !

Les poings sur les hanches, je la regardais comme une mère regardait son enfant en faute. C'est qu'elle me décourageait !












(c) Never-Utopia
Neelam
Rang Classique : Seccyeth
Nombre de messages : 116
Rôle : Seccyeth

Plus sur le personnage
Âge: 115-120 ans [L3]
Race: Démon
Ven 20 Mar 2020, 11:00
Neelam
de
Jérianeth
Yahmé
T. Coudasaïe

Pas de nouvelles bonnes nouvelles
?
- An 1576 Mois 6 -
Neelam avait-elle été véritablement malade ou tout ceci n’avait été qu’une machination diabolique afin de se rapprocher de Yahmé et surtout de la rapprocher de l’antre du diable : la maison de la démone. Ce n’est pas comme si c’était bien difficile de forcer la Seccyeth à entrer chez Neelam, la constitution de celle-ci faisait qu’elle pouvait forcer Yahmé à faire tout ce qu’elle voulait – dans la mesure physique du possible.
Et puis, qu’on se le dise, Neelam n’avait pas un cerveau assez machiavéliquement intelligent pour penser à un tel plan pour faire boire Yahmé.
Surtout que Yahmé ne voulait pas boire. Au début Neelam n’avait fait qu’ignorer et ne pas entendre ses plaintes, mais il devint évident qu’elle ne pouvait plus passer outre alors que son ancienne apprentie se tenait là, bien droite, les mains sur les hanches, telle une mère mécontente de son rejeton. Que les choses soient claires : il y avait de très fortes chances que Yahmé n’ait jamais l’envie d’avoir un enfant comme Neelam sous son aile.

C’est une bouteille dans chaque main que la démone était revenue voir une Yahmé pas contente. Elle n’avait clairement pas l’envie de se souler. Et… Neelam fit la moue. La moue d’un enfant à qui l’on refusait son jouet préféré. Elle en avait même des petites larmes aux yeux, alors que ses bras pendouillaient le long de son corps, son regard enflammé perçant le corps de Yahmé.

« Mais… Mais… t’avais dis qu’on jouerait ensemble ! »

Et puis, elle changea totalement d’expression à la vitesse grand V, passant de la tristesse infinie à un grand éclat de joie.

« Mais t’étais trop mignonne quand t’avais bu avec moi avant l’attribution ! Haha, je m’en souviens ! » Il n’était point étrange que Neelam se souvienne d’une chose fortement embarrassante pour Yahmé. « J’devais te porter pour retourner à la forteresse haha ! Dingue comme t’es légère comme une plume, j’avais pas l’impression de porter un être vivant sous mon bras ! C’était adorable ! »

Puis abandonnant ses bouteilles sur la table, elle se jeta sur Yahmé, la prenant dans ses bras, se collant tout contre elle dans l’attente d’un réconfort chaleureux et bienveillant.

« Alleeeeeeeeeez joue avec moiiiiiiiiiiiiiiiii je m’ennuiiiiiiiiiiiiiiiie Yahméééééééééééé mon apprentie préférééééééééééééée ! Oh, oh ! On pourrait faire un action ou vérité ! Et si tu veux pas faire une action ou dire une vérité, tu dois boire ! Ca vaut pour moi aussi, hé. Allez, s’teuplait, ça va être marraaaant, ça fait longtemps qu’on n’a pas passé une vraie soirée enseeeemble, YAHMEEEEEE ! »

Oui, elle avait littéralement crié le nom de son apprenti droit dans ses oreilles. Autant dire que Neelam pouvait être sacrément chiante à geindre comme une enfant et à s’accrocher aux personnes qui ont horreur des contacts. Mais c’était généralement comme ça qu’elle obtenait quelque chose… et si Yahmé réussissait à refuser encore, alors elle allait devoir trouver autre chose pour attirer l’attention de la démone.

« S'tu veux tu peux commencer à m'faire-faire des trucs je choisis vérité ! »
CODAGE PAR AMIANTE
Yahmé
◊ Administratrice ◊
Yahmé
Rang Classique : Seccyeth
Nombre de messages : 184
Rôle : Seccyeth - Noble d'Irianeth

Plus sur le personnage
Âge: 35-40 ans (L4)
Race: Hybride
Sam 16 Mai 2020, 20:44


   


   


   
   
Jouer le jeu


   
FT. Neelam


   

   
Tout ça allait bien trop loin, bien trop vite. Je ne savais plus que faire pour tenter de gérer Neelam - dans la mesure où c'était possible de gérer cette démone... Non, évidemment, c'était encore et toujours un mission impossible. Son comportement excessif me dépassait.

Alors qu'elle me faisait les yeux piteux et que j'allais pour la gronder - c'était qui la plus vieille entre nous deux, déjà? - son comportement changea du tout au tout. Ce ne fut pas le plus étonnant - au contraire, c'était banal - mais lorsqu'elle mentionna sa première et unique cuite... Le rouge me monta au joue et je me cachais le visage de honte.

- Ne.. Ne dis pas n'importe quoi ! Et p-puis... C'est de.. de ta faute, c'est ça ! Aaaah !

Je ne l'avais pas vu venir avec son câlin express et je basculais au sol avec elle par surprise. Mon corps se tendait en entier sous son toucher. Ah non ! Je détestais par-dessus tout son côté tactile ! Certes, je m'y étais un peu habituée... Sauf que là, elle m'avait prise par surprise ! Et en plus, elle me criait dans les oreilles... C'était insupportable ! Mon coeur et mon corps s'affolait et je peinais à respirer...

- Nee... lam ! Élo... oigne-toi !

Chaque inhalation devenait un enfer. Je paniquais complètement. Que quelqu'un me vienne en aide !

- Je.. n'veux... jouer.. à ça.. !

Ma respiration était presqu'entièrement coupée et mon esprit totalement embrouillé. Que faire ? J'étais certaine que Neelam ne démordrait pas une seule seconde ! Qu'elle s'éloigne, au moins ! J'essayais de la pousser avec ma maigre force, mais autant dire que c'était inutile. Je ne faisais pas le poids contre une démone saoule...


   
   
©Codage by Littleelda from     Never Utopia

   
Neelam
Rang Classique : Seccyeth
Nombre de messages : 116
Rôle : Seccyeth

Plus sur le personnage
Âge: 115-120 ans [L3]
Race: Démon
Lun 18 Mai 2020, 11:38
Neelam
de
Jérianeth
Yahmé
T. Coudasaïe

Pas de nouvelles bonnes nouvelles
?
- An 1576 Mois 6 -
Il était si facile de rendre Yahmé mal à l’aise. Surtout sachant que Neelam avait un dossier croustillant à son sujet. Elle doutait que d’autres personnes soient au courant de cet état dans lequel Yahmé avait été lors de son attribution. Elle avait beau dire que c’était la faute de la démone, Neelam, elle, savait très bien ce qu’il en avait été. Elle n’avait pas forcé Yahmé à boire ce jour-là. Oh, certes, elle avait un peu insisté, mais ne la forcerait pas à boire si elle ne voulait pas au bout d’un moment. Or, la jeune femme s’était laissé tenter. Pour le gout du risque ou véritablement car elle avait eut envie de fêter le fait qu’elle avait triomphé de ces 5 années avec Neelam ? En tous les cas, cela ne faisait aucun doute dans la tête de la démone que Yahmé avait apprécié cette petite expérience – sur le moment, car le lendemain, ça a piqué.

Mais voilà, bien entendu, Yahmé nierait en bloc d’avoir apprécié faire une sortie quasi-sans-limite avec son ancien maître. Est-ce que cela ennuyait Neelam ? Pas le moins du monde. Elle s’en fichait pas mal que Yahmé n’assume pas, ou que les autres ne la croient pas. Elle, elle savait, et c’était tout ce qui comptait. Elle garderait en mémoire ces merveilleux moments à tout jamais – enfin, on peut en douter de cela, mais bon.
Et bien évidemment, Neelam se mit à enlacer Yahmé de son habituel être trop tactile pour la jeune fille. Allez savoir pourquoi, moins elles aimaient être touchées, plus Neelam avait envie de les toucher. Enfin, pas forcément de façon sexuel, car oui, je sais que tu y as pensé. Yahmé en est la preuve : Neelam veut juste lui faire des câlins et la rendre mal à l’aise en public si possible. Et c’était d’ailleurs chose faite ! Même un peu trop bien, voilà que Yahmé se mettait à s’énerver et à respirer de façon plus saccadé.

Les petits bras de Yahmé tentaient de repousser la démone. Celle-ci ne pouvait que rire intérieurement de la force de moucheron de son ancienne écuyère. C’est d’une façon étonnamment calme que Neelam décida par elle-même de s’éloigner de Yahmé, s’asseyant sur son parfait fessier à côté d’elle – car elles se trouvaient par terre, au cas où tu n’aurais pas suivi – et lui souriant de façon presque pas moqueuse.

« Allez, c’bon, calme toi l’hybride, respires, s’non tu vas devenir bleu. Avec ta taille on te confondrait avec un midjin, l’horreur ! »

Neelam ? Cracher allègrement sur les midjins dans leur dos ? Noooon, voyons. Elle crache sur toutes les espèces dans leur dos, même sur les démons. Dépendant de son interlocuteur. Bon, le fait est que les midjins et les humains sont les deux races qui reviennent souvent dans son « racisme ». Je mets des guillemets car ce n’est pas que Neelam ne les aime pas… sinon elle ne coucherait pas avec des humains. C’est plus que c’est une sorte de méchanceté gratuite qu’elle aime bien s’offrir pour s’amuser et rire avec son interlocuteur. Les midjins reviennent assez souvent dans les discussions et blagues entre Seccyeths non midjins justement

« Tu n’es pas marrante tu sais. Tu dis que tu joueras avec moi si je buvais ton truc infecte, et maintenant tu ne veux plus jouer. C’est assez déroutant. Maiiis ça fait longtemps qu’on n’a pas discuté et passé du temps toutes les deux, alleeeez, sois gentille ! Tu n’es pas obligée de boire jusqu’à être complètement saoul. On peut boire pour le plaisir du gout aussi. Pi, j’veux savoir comment ça se passe avec ton tout premier apprenti ! Et si tu t’es enfin décidé à abandonner ta virginité. Allez ! Parles moi un peu de toi quoi ! A ton ancien maître préféré ! Je sais que je te manque, avoue ! »

Neelam poussa un long et profond soupire, le genou plié vers le haut, son coude posé sur son genou et son menton sur son poing, regardant Yahmé de biais.

« Je sais bien que j’suis paaas très très fiable maiis tu peux toujours venir me voir si tu as des questions, besoin d’aide avec ton apprenti, ou simplement pour parler. J’ai l’impression que tu veux simplement tout rejeté de moi. » Neelam prit une triste mine presque pas exagérée. « Ca me blesse mon petit cœur tout mou. » Et, aussi vite que cela est venu, elle reprit un air enjoué. « On peut aussi aller marcher ou voler avec les dragons et on vole loiiin et on discutera rien que toutes les deux ! Allez, tu ne peux pas tout me refuser quand même ! »
CODAGE PAR AMIANTE


HRP : désolé pour ce post médiocre T-T
Yahmé
◊ Administratrice ◊
Yahmé
Rang Classique : Seccyeth
Nombre de messages : 184
Rôle : Seccyeth - Noble d'Irianeth

Plus sur le personnage
Âge: 35-40 ans (L4)
Race: Hybride
Dim 23 Aoû 2020, 13:23


   


   


   
   
Jouer le jeu


   
FT. Neelam


   

   
- Allez, c’bon, calme toi l’hybride, respires, s’non tu vas devenir bleu. Avec ta taille on te confondrait avec un midjin, l’horreur !

Je reprenais difficilement ma respiration alors que Neelam avait décidé par miracle de me lâcher la grappe. Enfin. J'aurais pu apprécié son humour, mais mon esprit se focalisait uniquement sur ma respiration afin d'essayer de reprendre mon calme. J'enfouis ma bouche dans mes petites mains afin de créer un dôme d'air, de manière à contrôler mieux ma respiration. Et plus Neelam parlait, plus je me sentais rougir. Il était hors de question que je boive : mon corps ne supportait pas l'alcool. Et.. ma... ma vi... virginité ?! Cette fois, mes mainss cachèrent mon visage entier pour dissimuler sans grand succès ma gêne.

- N-non ! Tu.. Je... On peut aller voler.


Oui, voilà, un échappatoire. Je n'aurais pas tant à lui parler, et je n'aurais pas duuu touuut à ingérer ce liquide traitre. Oui, je m'étais laissée tenter une première fois... Mais je n'avais aucunement l'intention de recommencer. C'est donc sans l'attendre que je me leva et me dirigeais vers la porte, ignorant si mon ancien maître recommençait sa débauche ou si elle me suivrait... Qu'importe. Si elle ne me suivait pas, je passerai simplement du temps avec Kaliyah... Sinon... Aïe, je sais pas comment je vais faire pour m'éclipser.


   
   
©Codage by Littleelda from     Never Utopia

   
Neelam
Rang Classique : Seccyeth
Nombre de messages : 116
Rôle : Seccyeth

Plus sur le personnage
Âge: 115-120 ans [L3]
Race: Démon
Lun 14 Sep 2020, 05:35
Neelam
de
Jérianeth
Yahmé
T. Coudasaïe

Pas de nouvelles bonnes nouvelles
?
- An 1576 Mois 6 -
Il n’était pas étonnant que Yahmé accepte enfin l’une des propositions de Neelam. Après tout, si elle voulait s’en débarrasser, il fallait bien lui accorder une petite chose avant de pouvoir se délester de ce boulet. Et quoi de mieux que d’aller voler ? Être à dos de dragon dans les airs, cela mettait de la distance – surtout sachant la taille de Duladra – donc, c’était parfaitement ce que Yahmé pouvait espérer de mieux. Est-ce que Neelam avait tout prévu ? Que Yahmé finisse par accepter de voler avec elle après l’avoir tanner sur des choses que Yahmé détestait ?
C’était ridicule. Neelam ne réfléchit pas autant.
C’est donc tout naturellement avec un grand sourire satisfait que Neelam suivit l’hybride pour rejoindre leur dragon respectif. Pour sortir, il fallait emprunter cette échelle de corde, étant donné que les midjins vivaient dans des tours. Autant dire que lorsqu’on était plus beurré qu’un petit Lu, cela pouvait s’avérer ardu, mais avec le temps, Neelam avait fini par prendre le coche. Oh bien sûr, pour un œil extérieur, cela semblait extrêmement dangereux, on pourrait presque avoir peur pour elle – si tant est qu’on veuille qu’elle survive. Après tout, elle se balançait, parfois descendait deux à trois barres d’un coup, riait aux éclats quand elle manque de glisser, et ainsi de suite.
Mais, qu’on se le dise, à force d’avoir un spectacle pareil, les midjins avaient fini par s’habituer et ne plus avoir peur pour elle. Il faut dire que Neelam n’était pas la plus jeune des Seccyeths, et son alcoolémie n’était pas une légende, donc autant dire que les midjins ont été habitués très vite à la voir déambuler dans leur village comme une bourrette.

Elles arrivèrent en bas en entier, chose incroyable compte tenu de… eh bien, compte tenu de Neelam. S’en suivit ensuite la recherche de leur dragon respectif, et cela ne fut pas chose facile non plus. A cause de la démone, qui avait tendance à papillonner à droite et à gauche. A dire bonjour aux midjins qui passaient, à en prendre un dans ses bras par simple démonstration affectif, à tenir des conversations incompréhensibles avec elle-même. En bref, ce fut le parcours du combattant, jusqu’à ce que Duladra pointe le bout de son nez.

« Duduuuuuuuu ! » cria-t-elle alors en se précipitant sur le dragon et en tentant de l’enlacer – ce qui donnait plus l’impression qu’elle s’écrasa sur son énorme torse avec les bras écartées.

Il était difficile voir impossible de lire des expressions sur les dragons. Ils ne sont pas fait comme les bipèdes, avec des muscles faciaux un peu partout afin d’exprimer diverses émotions. Cependant, on pouvait très clairement lire sur la tête de Duladra à quel point il était exaspéré par Neelam. Et ça, c’était beau.
Duladra ne prit même pas la peine de rabrouer Neelam sur son comportement – à force, il était tanné – et la laissa simplement monter sur son dos sans selle. Il n’était pas spécialement inquiet du fait que son seccyeth bourré monte sur son dos sans selle, car il se disait qu’il arriverait toujours à la rattraper si elle tombait – enfin, dépendant de quelle hauteur. Mais n’y pensons pas trop.
C’est ensuite par quelques mouvements d’ailes que Duladra prit son envol, avec une Neelam toute heureuse, ainsi que Yahmé et Kaliyah. Allez savoir comment ou pourquoi, mais à partir d’une certaine hauteur, et avec le vent fouettant son visage, Neelam dégrisa presque aussitôt, pour laisser place à un grand calme et une profonde plénitude.

Enfin, plénitude jusqu’à ce que Duladra se mette à essayer de mordre Kaliyah – ce qui pourrait presque en faire une seule bouchée en fait – car elle l’avait déplacé. C’était très sans doute pour jouer et taquiner la petite dragonne qu’il avait fait ça, mais n’importe qui voyant un dragon de 25 mètres ouvrir une gueule béante et hérissée de dents acérées pour vous bouffer, ça ne devait pas rendre fou de joie – ou alors on est suicidaire.

« Hey Duladra, arrête ça là ! » réprimanda Neelam d’un ton sec.

Kaliyah et Duladra se connaissaient bien, après tout, Yahmé ayant été son apprentie, ils avaient souvent du voler ensemble, néanmoins Neelam voulait prévenir les risques et éviter de causer un accident à Yahmé simplement car Duladra voulait faire peur à Kaliyah pour rire. Bref. Duladra n’aima pas la réprimande et décida de bouder, et donc plus particulièrement de piquer vers la terre.
Ils s’étaient bien éloignés du village Tivecca, et Duladra avait décidé de se poser lourdement sur un plateau, près d’une crevasse profonde, avant de se coucher en fermant les yeux pour ne pas voir son maître. Neelam posa pied à terre d’un bond, mais ne tenta rien sur le dragon. Elle le connaissait que trop bien, et lorsqu’il décidait de bouder, alors il fallait lui laisser un peu de temps. Plus spécialement : l’ignorance allait finir par l’ennuyer et il déciderait d’arrêter de bouder.

« Tu m’énerves Dudu. » Ce fut le seul commentaire de Neelam avant qu’elle ne fasse signe à Yahmé de descendre elle aussi. « Il boude. Je suis coincée. Si tu veux rentrer, vas-y. »

Neelam avait l’air assez irritée par la situation. Elle n’aimait pas quand son dragon faisait la sourde oreille. Plus qu’une question de bonne image, c’était surtout le fait de ne pas avoir de contrôle sur lui dans ces moments-là qui la frustrait. Il faut bien avouer que les dragons sont des bêtes capricieuses, alors des moments comme celui-là ne devaient pas être rare. Mais cela avait le don de l’énerver quand même.

CODAGE PAR AMIANTE
Yahmé
◊ Administratrice ◊
Yahmé
Rang Classique : Seccyeth
Nombre de messages : 184
Rôle : Seccyeth - Noble d'Irianeth

Plus sur le personnage
Âge: 35-40 ans (L4)
Race: Hybride
Dim 27 Sep 2020, 13:41


   


   


   
   
Jouer le jeu


   
FT. Neelam


   

    Je me demandais comment Neelam faisait toujours pour descendre les échelles sans s'étaler de tout son long. Surtout qu'elle était intoxiquée... Cela m'avait pris énormément de temps avant de ne plus faire de gaffe, comme de rater une marche, de m'accrocher les pieds ou autres. Enfin bref. Le trajet fut ardu, non pas que je ne trouais pas ma précieuse amie dragonne, mais plutôt que mon ancien maître trébuchait et déviait sans cesse du bon chemin. Heureusement, nous arrivions après... beaucoup trop de temps et de rencontres. J'allais donc rejoindre Kaliyah, la scella et sans vraiment discuter de long en large, nous décollions vers les cieux sans même attendre de voir si Duladra et Neelam étaient prêts. J'appréciais le vent frais sur mon visage qui me revigorait. Neelam était pire qu'une enfant et la gérer me demandait beaucoup troooooop d'énergie. Je profitais d'ailleurs de ce moment solitaire avant que... Duladra ne tente de mordre Kaliyah. Évidemment, il fallait s'attendre à ce qu'il se chamaille encore... Heureusement pour nous - surtout pour moi - Kaliyah était très rapide et avait d'assez bons réflexes pour éviter la gueule béante du lézard. Exaspérée, j'ordonnais à ma confidente de s'éloigner de la bête en rogne qui... piqua vers le sol. Bon, que lui arrivait-il ? Kaliyah et moi allions nous poser à côté du duo infernal.

- Que se passe-t-il ?

Je ne pris pas la peine de descendre de ma monture et reçut sa réponse comme une invitation à lui fausser compagnie.

- Très bien, je retourne au village. Reviens avant la tombée de la nuit !

Et c'est sur ces belles paroles, sans m'occuper davantage de son sort, que je partis d'où je venais. Après tout, Neelam était assez grande pour s'occuper d'elle-même... Et, pour aujourd'hui, j'en avais marre de ses caprices.

   
   
©Codage by Littleelda from     Never Utopia

   
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 :: Hors Jeux :: Archives v.2 :: Lustre 2
Sauter vers :