Pas le temps d'être triste ! [PV Irresana]

 :: Alliance d'Enkidiev :: Royaume de Diamant
Brynhildr
◊ Animateur ◊
Brynhildr
Rang Classique : Princesse
Nombre de messages : 25
Rôle : Princesse de Diamant

Plus sur le personnage
Âge: 26-29
Race: Demi-elfe
Ven 06 Déc 2019, 09:20











An 1576, Mois 10

Quelques jours de permission nous étaient accordés chaque mois. Le service militaire nous essorait de toute notre énergie mais n'avait point d'intérêt à nous rompre, les recrues avaient leur limite. Alors pour pouvoir nous ressourcer quelque peu, nous étions libérés plusieurs douzaines d'heures. Bien sûr il fallait revenir à la caserne dans les temps sans quoi une grave sanction pouvait tomber, allant à un prolongement du service à la condamnation pour trahison. Personne ne voulait ça, enfin presque. Pour ma part dans ces situations, je restait souvent avec l'officier auquel j'étais attachée, ici je nommais le Général Ulfric. Cette fois-ci cependant je ne l'avais point fait insister longtemps pour l'épargner de ma présence qu'il trouvait forte irritante à la longue. En réalité, de nous deux, il devait être celui qui avait le plus besoin d'une permission pour se reposer, si je l'en croyais lorsqu'il criait à quel point je le fatiguais.


Ainsi retournais-je au château immaculé de Diamant. Il y avait tant de monde là-bas qui devait se languir de mon absence. Surtout le roi, ça je le parierai. Mais avant de le revoir lui en particulier et qu'il ne m'enferme entre ces murs pour me garder rien qu'auprès de lui, je devais voir quelqu'un d'autre. C'était avec la plus gentille des gardes royaux, Irresana, que je voulais fêter mon retour fracassant bien qu'éphémère. Si ses rondes n'avaient pas changé, je savais où l'embusquer pour l'exfiltré vers le plus convenable des endroits et entretenir une chaleureuse conversation, dans un endroit où j'avais déjà été auparavant. Bien sûr, j'aurais attendu la fin de son service de garde avant de « l'elfenapper ».


« Ir-re-sa-na ! l'interpelai-je avant de m'accrocher à son bras. Tu as terminé, pas vrai ? Viens avec moi, allez ! Il faut rattraper le temps perdu avant que l'on s'oublie, viens ! »


Ne lui laissant point le temps de me répondre - d'ailleurs si elle répondait, je faisais mine de ne pas l'écouter -, je l'attirai égoïstement mais joyeusement vers la sortie du palais pour l'entraîner ensuite dans les rues de l'enceinte fortifiée du cœur de Diamant. Les tavernes dans la capitale étaient nombreuses mais mes camarades expérimentés m'en avaient indiqué une, l'an dernier, plutôt bien cotée : le « Déj' à Vous ! ». Déjà car le nom de l'établissement était écrit, je savais qu'il s'adressait à une clientèle éduquée. Alors qu'avais-je à craindre si la fripouille analphabète était moins présente par ici ? De plus, c'était comme si tout le monde se connaissait déjà, il n'y avait pas plus amical comme endroit pour manger et boire. Depuis le début de mon service militaire, c'était mon repère occasionnel avec mes amis de la caserne. Enfin, Professeur Irre' devait connaître aussi, sans doute s'était-elle déjà rendue ici un temps auparavant.


À l'intérieur, les clients étaient nombreux et l'ambiance était vivante. J'installai ma grande sœur improvisée à la dernière table miraculeusement vide avant de me diriger vers le comptoir, intimant mon invitée de m'informer de sa commande et d'attendre mon retour. Je ne manqua pas de taper ma main dans celle de la serveuse et d'échanger un sourire lorsqu'elle me reconnu en passant. L'avais-je déjà vu auparavant ? Peu m'importa au final puisque le tavernier me servit ma commande aussitôt demandée et je pu rejoindre Irresana. Enfin je m'assis, enfin j'arrêtai de bouger, enfin j’écoutai mon homologue elfique me parler. Je la fixe en souriant, m'attendant à de veines protestations sur ma conduite ou le fait qu'elle ne voulait point venir ici. Peu m'importait, elle était avec moi ce soir là.


Afin d'éviter que l'ennui la saisisse, je racontai toutes sortes de péripéties sur la vie à la caserne et... La vie à la caserne. C'était un peu triste de ne pouvoir parler que de cela même si j'en avais beaucoup à en dire. Je finis ma chope cul-sec puis la posai brutalement sur la table en émettant un  « Aah ! » de satisfaction. De ce fait j'avais l'impression de faire comme les adultes vétérans qui buvaient bière après bière, sauf que je venais de terminer ainsi mon jus de litchi. C'était tôt au tard que dans la conversation un sujet plus important allait faire surface, celui-ci étant de mon point de vue tout indiqué pour une personne du calibre de l'elfe à la chevelure azurée.


« Irre', que penses-tu que je devrai faire après mon service militaire ? M'engager dans l'armée ou la garde m'empêcherai de profiter de ma liberté, non ? D'ailleurs, est-ce qu'être une princesse adulte nécessite beaucoup d'investissement ? Je ne vois pas trop quel sera mon rôle avec ce statut. Toi, tu es plus âgée, tu dois sûrement savoir, pas vrai ? »













Dernière édition par Brynhildr le Mer 05 Fév 2020, 16:38, édité 1 fois
Irresana
Rang Classique : Garde royal
Nombre de messages : 71
Rôle : Garde Royale de Diamant

Plus sur le personnage
Âge: 340-345 ans [L4]
Race: Demi-elfe
Dim 08 Déc 2019, 12:40
Toute occupée à sa dernière ronde de la journée, Irresana affichait un grand et beau sourire, peut-être même le plus beau sourire qu’elle n’ait jamais eu… Une joie de vivre plutôt extraordinaire s’était emparée d’elle. Une joie de vivre qu’elle se faisait un plaisir de transmettre autour d’elle, à tout bout de champs. Elle était heureuse, tout simplement ! Pour la première fois depuis bien longtemps, les pensées de la jeune Garde Royale à la chevelure azurée n’étaient pas tournées vers le Royaume des Elfes, ni même vers une certaine personne qui lui manquait pourtant de plus en plus chaque jour. Non, cette fois-ci, elle profitait simplement de la vie qu’elle vivait au château de Diamant. Fait assez rare pour le souligner, elle n’avait même pas pleuré à son réveil – ni même au cours de la journée, mais cela était plus habituel… C’était même tout le contraire ! Elle s’était réveillée en pleine forme, avait enfilé son uniforme de Garde avec entrain, puis avait effectué chacune de ses tâches sans broncher une seule fois. Elle en avait même étonné certains de ses collègues, de qui elle était le plus proche…

Mais le comble de cette journée arriva plus tard, justement à la fin de la dernière ronde de la journée. En effet, alors qu’elle tournait à un couloir avant de pouvoir enfin terminer son service, Irresana fut surprise par l’apparition d’une personne qu’elle ne connaissait que trop bien. D’abord surprise, ne s’attendant pas vraiment à se faire aborder à cet endroit précis, la demi-elfe se reprit cependant rapidement lorsqu’elle reconnut son interlocutrice. Et son sourire ne s’en élargit que plus, si du moins cela était possible… Était-ce déjà le temps des permissions militaires ? Et Brynhildr avait-elle vraiment décidé de passer le temps qu’il lui restait avec notre chère tricentenaire ? Il semblait bien ! Et Irresana en était des plus heureuse… Après tout, la jeune princesse était sa protégée, elle la considérait même comme sa petite sœur, alors il était totalement normal qu’elle apprécie passer du temps avec elle. Cependant, ce n’était peut-être pas le bon moment pour partager un instant privilégiée, la demi-elfe ferait peut-être mieux de se changer d’abord, n’est-ce pas ?

Mais Irresana n’eut pas vraiment l’occasion de protester puisque, avant même qu’elle n’ait le temps de dire « ouf », elle fut traînée par Brynhildr jusqu’à la taverne Déj’ à vous, repère far des gardes et autres soldats, si elle se souvenait bien… La Garde Royale espérait qu’une fois assise à sa table, elle pourrait enfin en placer une, à commencer par légèrement sermonner sa protégée sur son comportement, mais ce ne fut pas vraiment le cas. Non, en réalité, Brynhildr se hâta d’aller commander à boire au comptoir, puis se mit à raconter sa vie à la caserne au moment même où elle se réinstalla aux côtés d’Irresana. Pourtant, même si, au départ, la jeune demi-elfe à la chevelure azurée ne pensait qu’à ce que les passants pourraient penser d’une Garde en uniforme – et donc possiblement en service – attablée dans une taverne, son attention fut ramenée plutôt rapidement vers sa petite sœur de coeur. En effet, les détails qu’elle racontait était une part importante de sa vie, et Irresana ne pouvait s’empêcher de s’intéresser à la vie de Brynhildr. C’est pourquoi, finalement, son sourire se redessina sur son visage et elle écouta attentivement les paroles de sa protégée en buvant lentement le cidre qu’elle avait commandé. Jusqu’à ce qu’une question en particulier la prenne au dépourvu, et qu’elle laisse planer un silence de quelques petites secondes…

« Ce que tu devrais faire après ton service militaire ? Et bien… Je te conseille simplement de faire quelque chose qui te plaît ! Après tout, tu vas te lever tout les matins pour effectuer les mêmes tâches, alors autant que tu apprécies les faire… » Elle prit une nouvelle gorgée de cidre, avant de poursuivre : « Quant au reste… Je ne pense pas que l’armée ou la garde ne te privent de liberté. Ce n’est pas mon impression en tout cas ! Et pour ce qui est de ton statut de princesse, je ne m’y connais pas assez vu que je n’en suis moi même pas une. Mais je suppose qu’il est possible que l’on en attende plus de toi à cause de cela. Comme c’est déjà le cas actuellement, n’est-ce pas ? »

Le ton d’Irresana était doux, son sourire ne l’avait pas quitté depuis le début de la conversation, et on pouvait voir dans son regard qu’elle appréciait ce moment partagé avec Brynhildr. Ses yeux brillaient presque, signe de sa joie évidente d’être ici en compagne de sa petite sœur de coeur…
Brynhildr
◊ Animateur ◊
Brynhildr
Rang Classique : Princesse
Nombre de messages : 25
Rôle : Princesse de Diamant

Plus sur le personnage
Âge: 26-29
Race: Demi-elfe
Jeu 12 Déc 2019, 18:05











An 1576, Mois 10

« Faire ce qu'il me plaît, hein ? Et si ce n'est pas ce qu'une princesse devrait envisager de faire, Hm ? »


Je lui adressai un regard en coin avec un sourire narquois. Je ne sous-entendis rien en particulier mais je voulu la faire réfléchir. N'avait-elle vraiment aucune idée ? Me cachait-elle ses réelles pensées ? Irresana avait vécu plusieurs siècles déjà, je savais qu'elle était plus sage que cela. Ou bien étais-je bête d'espérer entendre une réponse qui siérait à mes oreilles ? Et si elle n'avais rien dit justement car je n'avais rien à espérer de ma vie post-service ? Sa gentillesse manquerait alors d’honnêteté.


« Inutile d'insister, Irre' ! L'armée ou la garde, ce n'est point ma tasse de thé de toute façon. Je verrai bien ce que Sveter me réserve d'ici là ! »


Ma mentor et camarade ne pouvait rien pour moi en réalité, mise à part me faire profiter de son agréable compagnie. Elle avait son destin et moi le mien, je ne pouvais point exiger à ce qu'elle me le change au détriment du sien. Il y avait bien quelque chose à propos de son soi-disant « destin » qui suscitait ma curiosité mais il étais bien trop délicat de lui demander sans la froisser. Je devais procéder avec tact.


« Jouons à un jeu ! Je t'explique les règles ! »


C'était simple et enfantin : chacune de nous devait s'imaginer grandir dans la peau de l'autre et créer une histoire alternative. Une petite partie d'histoire imaginée, chacune notre tour.


« Je vais commencer pour te montrer, suis mon exemple. Je me levai et mis un pied sur ma chaise, je m’appuyai ensuite sur ma jambe surélevée et pris un ton plus grave, plus sérieux, dans le but d'imiter avec humour Irresana.Je suis Arrasine, être au cœur pur et à la dévotion loyale ! Je suis née à Elfes et lorsque je serai plus grande... Je marquai une pause théâtral en la regardant avec malice ... je serai chanteuse et chavirerai tous les cœurs de ma voix divine ! »


Je fis exprès de me donner en spectacle car je voulu aussi que cela paraisse un défi pour ma comparse plus expérimentée. Et puis, la clientèle du Dèj'à Vous étais bon publique. Encore une fois je forçais les choses sur la pauvre Irresana mais ce n'était point cher payé pour s'amuser, n'étais-ce point vrai ?













Dernière édition par Brynhildr le Mer 05 Fév 2020, 16:37, édité 1 fois
Irresana
Rang Classique : Garde royal
Nombre de messages : 71
Rôle : Garde Royale de Diamant

Plus sur le personnage
Âge: 340-345 ans [L4]
Race: Demi-elfe
Mer 08 Jan 2020, 12:12
Assise sur sa chaise, sirotant lentement sa choppe de cidre le sourire aux lèvres, Irresana espérait sincèrement avoir été de bon conseil et avoir répondu comme il faut aux questions de sa petite protégée. Elle n’avait certes prononcé que des banalités, que Brynhildr avait sûrement entendu un nombre incalculable de fois au cours de sa vie, mais notre chère tricentenaire pensait que c’était justement ce que la jeune femme voulait entendre. Elle pensait qu’elle voulait être rassurée sur la voie qu’elle s’était probablement déjà choisi, cherchant conseil auprès d’Irresana afin de savoir si elle avait bien fait. Et pourtant, ce n’était pas le cas… Ou, plutôt, ce ne fut pas l’impression que laissa Brynhildr lorsqu’elle répondit à la demi-elfe. Réponse qui souleva d’ailleurs un point auquel la Garde Royale n’avait pas pensé. Pourtant, c’était un fait… On demandait certaines choses aux princesses, qui leur excluait indéniablement plusieurs possibilités d’avenir. Posant donc sa choppe sur la table, prenant un air un peu plus sérieux, Irresana se mit à réfléchir, avant de prendre la parole.

« C’est vrai, Bryn, tu n’as pas tort, je n’avais pas pensé à cela ! Mais, dis-moi, qu’est-ce qu’une princesse devrait envisager de faire ? Trouver un bon mari et régner sur un Royaume avec lui ? Ça ne laisse pas trop de possibilités, tu ne crois pas ? »

Cependant, bien que Brynhildr ait eu l’air concernée par le sujet, Irresana n’eut pas de réponse à sa question puisque, à peine eut-elle fini de parler que la blonde en face d’elle changea de sujet après lui avoir annoncé qu’une carrière de soldat ou de garde ne l’intéressait pas. Quelque peu surprise de ce retournement de situation, la demi-elfe ne put cependant pas empêcher son sourire de se dessiner une nouvelle fois sur son visage en voyant l’enthousiasme dont faisait preuve Brynhildr pour lui expliquer ce jeu qu’elle semblait avoir inventé à cet instant précis. D’autant plus qu’elle faisait vivre la chose en se mettant en position debout, un pied sur sa chaise, et un air sérieux sur son visage. Si bien que, sans vraiment le contrôler, Irresana fut prise d’un rire incontrôlable. Un rire comme elle n’en n’avait plus eu depuis bien longtemps maintenant, et elle remerciait d’ailleurs intérieurement Brynhildr pour cela. Cependant, il fallait bien que ce fou rire prenne fin à un moment ou à un autre, afin que la tricentenaire aux cheveux bleutés puisse se donner en spectacle à son tour, et ce fut finalement le cas quelques instants plus tard. Essuyant les larmes de bonheur qui avaient commencé à perler de ses yeux, Irresana plaça ses deux mains sous son visage, penchant la tête de côté, les yeux grands ouverts, essayant d’avoir l’air le plus mignon possible, puis se lança finalement dans ce qu’elle pensait être sa meilleure imitation de Brynhildr…

« Quant à moi, je me nomme Bryldrhin, princesse de Diamant de mon état, et je suis l’être le plus joyeux qui existe en ce monde ! Quand je serais plus grande, je serais… » Faisant passer ça pour un effet de suspens, la garde de Diamant réfléchit quelques instants, avant de reprendre : « Je serais l’épouse d’un étranger venu d’un lointain Royaume, qui m’aura soustrait à l’autorité de ma royale famille, et je vivrais la plus heureuse des vies à ses côtés ! »

Ne sachant pas vraiment d’où lui était venu cette idée, Irresana se mit de nouveau à rire, réalisant l’absurdité de la chose, avant de boire la dernière gorgée de cidre contenue dans sa choppe. Puis, se rappelant d’un détail dans l’histoire alternative que lui avait créé Brynhildr quelques instants plus tôt, elle se tourna vers elle, toujours en souriant, puis lui demanda quelques précisions…

« Dis-moi, Bryn, est-ce quelque chose que tu as inventé pour les besoins de notre jeu, ou tu penses réellement que je puisse être douée en chant ? »

Ayant toujours été impressionnée par le talent dont pouvait faire preuve certains chanteurs ou chanteuses, dont les voix pouvaient être… divines, c’était bien le mot, Irresana se demandait parfois si, en travaillant un peu, elle pouvait elle aussi se mettre à pratiquer cet art. Et c’est justement pour cela qu’elle avait posé sa question.
Brynhildr
◊ Animateur ◊
Brynhildr
Rang Classique : Princesse
Nombre de messages : 25
Rôle : Princesse de Diamant

Plus sur le personnage
Âge: 26-29
Race: Demi-elfe
Lun 20 Jan 2020, 06:23











An 1576, Mois 10

« Bingo ! C'est justement ça : point de possibilité ! C'est à croire que j'ai seulement assez de valeur pour servir de décoration auprès d'un autre fanfaron ! Je suis une princesse mais je ne peux point décider de mon sort, voir même du sort des autres ! »


Je dénotai une once de tragédie dans ma tirade pour appuyer mon infortune. Étais-je à plaindre ? La vie serait peut-être plus simple après le service militaire ? Peut-être que le jus de litchi me monta à la tête pour m'éloigner de mon optimisme habituel. Quoiqu'il en fut, le petit jeu que j'eusse proposé à Irressana sembla lui plaire tellement elle ria face à ma prestation décalée. Sa contre-attaque fut des plus intrigantes en me caricaturant comme un chiot nouveau né remuant la queue et s'interrogeant sur le monde devant lui. Par Parandar ! Ce qu'elle débita fut osé ! Tant de blasphème et de félonie pour un jeu qui se voulait innocent ! Se faire enlever d'ici par un charmant étranger ? C'était beau et dangereux à la fois ! La garde ria de plus belle à ses magnifiques absurdités. Elle stoppa non sans difficulté son éclat et me demanda sérieusement si, selon moi, l'elfe disposerait d'un don pour le chant. D'un air grave, je lui annonçai la mauvaise nouvelle.


« Malheureusement pour toi, Bryldrhin, la telle exploitation de ce cadeau divin qu'est ma voix serait si exceptionnelle qu'elle serait prise pour de la magie. Le commun des mortels n'est point encore prêt pour se faire transcender de ma sublime éloquence. Mais ne sombres point dans le désespoir de ne m'entendre, dame Bryl'. Qui sait ton charmant ravisseur sera peut-être le plus talentueux des musiciens et ne jouera que pour toi ? »


Ma réponse ne fut point des plus honnêtes étant donné que je me prêtai au jeu bien plus que mon interlocutrice ne put s'y attendre. À parler de dons, ce fut comme si nous assumions que ce que nous étions aujourd'hui fut décidé dès notre naissance. Il pouvait en être ainsi pour le statut social ou la magie, mais le talent, lui, ne s’acquérait que par l'expérience.


« À mon très humble avis, cependant, j'avouerai exagérer quelque peu quant à la légitimité divine de ma voix. Ce n'est qu'à force de persévérance et d'entraînement que le résultat semble si beau, il n'y a nulle magie dans mon secret, seulement de la passion. Tu y arriveras si tu t'y essayes sérieusement, Bryl'. »


Je terminai par un clin d’œil complice à Irressana alors que je commençai à élever ma voix dans le récit d'une balade connue, rythmée par la musique ambiante de la taverne. Libre à elle de m'accompagner ou de simplement écouter.













Dernière édition par Brynhildr le Mer 05 Fév 2020, 16:37, édité 1 fois
Irresana
Rang Classique : Garde royal
Nombre de messages : 71
Rôle : Garde Royale de Diamant

Plus sur le personnage
Âge: 340-345 ans [L4]
Race: Demi-elfe
Mer 05 Fév 2020, 13:40
Ayant abandonné le jeu au moment même où la question avait franchi ses lèvres, Irresana attendait impatiemment une réponse de la part de Brynhildr. Elle se demandait sérieusement si, avec le travail approprié, elle serait capable de chanter aussi bien que tout les ménestrels et autres bardes qui parcourraient le monde. Quelle ne fut pas sa surprise, donc, lorsque la jeune princesse pris un air grave et lui annonça que sa voix était un cadeau divin trop beau pour être entendu par des oreilles mortelles, tout en l’appelant Bryldrhin par la même occasion. S’étant attendu à une réponse sérieuse, la tricentenaire afficha pendant quelques secondes un air de surprise sur son visage. Cependant, en y réfléchissant bien, ce serait mal connaître la Princesse de Diamant que de croire qu’elle abandonnerait si facilement un jeu dont elle avait elle même eu l’idée, et qu’elle semblait apprécier tout particulièrement. En réalisant cela, Irresana dessina une nouvelle fois un énorme sourire sur ses lèvres puis, plaçant une nouvelle fois ses deux mains sous son menton, elle plongea son regard dans celui de celle qui se faisait pour l’instant appeler Arrasine et l’écouta le plus attentivement possible, faisant mine d’être totalement absorbée par ses paroles, acquiesçant d’un hochement de tête lorsqu’elle était d’accord ou penchant la tête de côté lorsqu’elle ne comprenait pas quelque chose. Ce petit manège dura plusieurs minutes, durant lesquelles Bryn’ – euh, non, Arra’, pardon... – lui assura que son charmant ravisseur serait sûrement un musicien ne jouant que pour elle, avant de revenir sur ses paroles précédentes en disant que le chant tenait plus de la persévérance et de l’entraînement que du don, ce à quoi la fausse Princesse répondit par un hochement vif de la tête. Puis, subitement, la jeune fille commença à élever sa voix pour entonner une ballade typique du Royaume de Diamant, ce qui surprit Irresana qui, une nouvelle fois, ne s’y attendait pas du tout. Cependant, après avoir laissé sa petite sœur de coeur démarrer, la Garde Royale se laissa entraîner et se mit à son tour à entonner le chant…

«[…] Jette un sou au mercenaire,
Ô fertile vallée, ô fertile vallée.
Jette un sou au mercenaire,
Ô fertile vallée ! […] »


Bien que, si l’on s’attardait sur les paroles, cette ballade soit un hymne anti-magie, Irresana n’y prêta pas la moindre attention et éleva à son tour sa voix, chantant à plein poumons comme si sa vie en dépendait. Elle semblait d’ailleurs si enthousiaste que certains clients de la taverne, l’entendant et connaissant également les paroles, se joignirent à elle. Si bien que, de fil en aiguille, ce petit moment privilégié entre une Garde de Diamant et sa protégée se transforma en une cacophonie de personne chantonnant, plus ou moins faux, la ballade connue sous le nom de Jette un sou au mercenaire. Mais cela ne s’arrêta pas là puisque, une fois la chanson terminée, un tonnerre d’applaudissement se fit entendre. Ne sachant pas vraiment si c’était pour ses talents de chanteuse ou tout autre chose, Irresana sentit le rouge lui monter au joue et se tourna vers Brynhildr, prenant un faux air intimidé – bien que, en réalité, intérieurement, elle soit réellement gênée par tout ces applaudissements…

« Euh… Arra’… C’est moi qu’ils applaudissent ou c’est toi ? »
Brynhildr
◊ Animateur ◊
Brynhildr
Rang Classique : Princesse
Nombre de messages : 25
Rôle : Princesse de Diamant

Plus sur le personnage
Âge: 26-29
Race: Demi-elfe
Jeu 16 Avr 2020, 10:20











An 1576, Mois 10

La surnommée Bryl' se laissa entraîner dans l'humeur joyeuse du chant, pour sûr elle avait une belle voix. Son choix de chanson axée sur la propagande anti-magie mais surtout sur la vie pleine d'aventures du mercenaire vadrouillant entre les royaumes exprima à première ouïe un certaine désir - ou fut-ce plutôt de la nostalgie ? - de liberté. Une leçon de vie bien inattendue dans un lieu prompt à la philosophie de comptoir. La garde royale qui représentait mon unique figure sororale, à défaut de n'être moi-même poins aussi liée à mes demi-frères, ne paraissait point aussi vieille que son âge pouvait l'indiquer. Derrière ces airs d'enfant chagrinée se trouvait une adulte pleine d'expérience et de sagesse bien que peu explicite. Ma curiosité m'incita à mieux connaître la fille à la chevelure azure.


Les paroles ne furent point difficiles à se remémorer, la balade fut assez populaire parmi les recrues de la citadelle de Skeln pour rythmer les entraînements des journées même les plus moroses. Je restais persuadée qu'Ulfric lui-même ne l'aurait guère chanté, étant donné le caractère étriqué qu'il possédait. Après tout, il était plus un homme d'actions que de paroles, et c'était dire, étant donné son charisme et son éloquence de leader confirmés. Tout bien réfléchi, il était tout à fait possible que cette balade soit, en quelque sorte, à son effigie ; pour moi, il était le mercenaire que le peuple louait.


Notre duo créa un émoi dans la foule qui nous rejoignit à son tour dans notre élan bardique. Les gens ne furent point aussi appliqué que nous mais le chœur improvisé applaudit les deux vedettes de la taverne. Irresana eut cependant une réaction des plus étranges. Fut-ce une piètre imitation ou la réalité, je ne pus me résoudre à laisser passer cela.


« Malheureusement, Irre', tu as perdu. Bryl' n'est point sensée céder à la honte, la gêne ou aux remords. Elle tire le meilleur du moment présent sans se soucier ni du passé, ni de l'avenir. Il en serait bien trop triste s'il en était autrement. »


Aussi bien adressé à moi qu'à ma consœur, la "Moi" que j'étais ne s’inquiétait jamais. Je me rendis compte que j'avais été maladroite d'enquérir ainsi Irre' en premier lieu de mes incertitudes et de mes doutes, alors que Brynhildr de Diamant est réputée pour sa bonne humeur inflexible.


« Mais tu m'as rappelé quelque chose d'essentiel, alors disons que nous sommes à égalité. Jolie prestation, ceci dit ! Chantais-tu aussi autrefois ? Quel était l'objet de ton inspiration ? Était-ce aussi un certain mercenaire ? »











Irresana
Rang Classique : Garde royal
Nombre de messages : 71
Rôle : Garde Royale de Diamant

Plus sur le personnage
Âge: 340-345 ans [L4]
Race: Demi-elfe
Dim 17 Mai 2020, 04:54
A vrai dire, même si elle avait utilisé le patronyme "Arra" pour s’adresser à Brynhildr, Irresana n’était plus très concentrée sur le jeu d’imitations qu’elles partageaient. Non, elle était plutôt sous le choc de la performance dont elle venait de faire preuve, et surprise du nombre d’applaudissements qu’elle avait reçu. Non pas que le chant soit quelque chose d’inconnu pour elle, mais elle ne pensait pas avoir autant de talents… C’est pourquoi, à la fin de la ballade qui avait attiré tant de clients à partager ce moment avec les deux amies, la demi-elfe avait posé cette question à la jeune princesse. Et c’est pourquoi, également, lorsque cette dernière lui fit part de sa défaite, Irresana laissa planer un silence de quelques secondes, avant de réaliser qu’elle avait totalement raison et se mettre à rire de bon coeur. Il était vrai que Bryn’ ne s’était jamais laissée rattraper par la gêne, comme venait de le faire la Garde Royale. Mais ce n’était que partie remise, la soirée ne faisait que commencer…

« Tu as totalement raison, Bryn’, félicitations pour cette victoire ! Mais ne te repose pas trop sur tes lauriers… Je compte bien te kidnapper jusqu’à la fin de ta permission, et je ne me laisserais pas battre si facilement à d’autres jeux ! »

Sur ces mots, Irresana adressa un clin d’oeil à sa petite sœur de coeur, un air de défi sur son visage, avant de faire signe à la serveuse pour lui demander s’il était possible de lui servir une nouvelle choppe de cidre. Puis, une fois ceci fait, elle laissa planer un nouveau silence et se mit à réfléchir à la question de Brynhildr. Son inspiration… Quelle avait été son inspiration ? C’était une très bonne question… A vrai dire, la tricentenaire ne savait pas vraiment par quoi elle avait été inspirée. Elle s’était laissée porter par le moment et avait laissé son coeur parler à travers elle. C’était d’ailleurs souvent le cas, lors des rares fois où elle s’essayait au chant. Oh, bien entendu, certaines chansons mélancoliques étaient alimentées par son chagrin et son amour pour un certain elfe qu’elle avait laissé derrière elle, mais ce n’était pas toujours le cas… Et cette fois-ci, heureusement, ça avait été une de ces fois où Aiwendil ne s’était pas invité dans son esprit. Pourquoi heureusement ? Simplement parce que, si cela avait été le cas, Irresana se serait probablement mise à pleurer et aurait dû expliquer la raison de ses larmes à Brynhildr. Mais cette fois-ci, donc, ce n’était pas le cas et elle avait juste laissé parler son coeur…

« Oui, en effet, j’ai déjà chanté, même si cela fait longtemps que ce n’était pas arrivé… Quant à mon inspiration, et bien… Je ne sais pas trop, en réalité ! Je crois simplement que je me suis laissé emportée, tout simplement ! Et toi, alors, t’es tu inspirée de ce bel inconnu que j’ai imaginée t’enlever ? »

Une nouvelle fois, un rire s’échappa des lèvres d’Irresana. Non pas qu’elle se moque de sa protégée, elle ne l’aurait de toute façon jamais osé, mais elle aimait imaginer la jeune fille rêver à un prince charmant la soustrayant à ses obligations. Après tout, c’était quelque chose de très romantique, digne des romans d’amour que l’on trouvait dans les bibliothèques royales… Alors, peut-être que Brynhildr, en tant que princesse, rêvait à tout ceci… Et puis, au-delà de tout ça, la demi-elfe voulait également réellement savoir l’inspiration de sa protégée.
Parandar
◊ PNJ ◊
Parandar
Rang Classique : Pnj-staff
Nombre de messages : 2405
Rôle : Représentation physique du STAFF

Plus sur le personnage
Âge: Naissance du monde
Race: Divine
Sam 17 Oct 2020, 06:48


Rappel


Bonjour !

Le sujet est-il toujours d'actualité ? Sans réponse, il sera déplacé le 31 octobre dans les Archives.

Cordialement,

Staff de  RPG-Chevalier
Crédit à Taëva. Réalisé pour l'usage par le Staff sur RPG-Chevalier seulement.
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 :: Alliance d'Enkidiev :: Royaume de Diamant
Sauter vers :